RÉSUMÉ SOTT 04/2017

TOUS LES RÉSUMÉS SOTT + DOSSIERS AD HOC ► ICI !

En complément de la vidéo Sott Média mise en ligne le 9 mai 2017 qui présente tous les évènements climatiques majeurs extrêmes dans le monde rien que pour le mois d’avril.

Et je précise que Sott a toujours fait le choix d’y inclure les passages de bolides, météores, astéroïdes ainsi que les dolines, apparitions ou disparitions soudaines de lacs… Comme les morts massives de poissons, cétacés, étoiles de mer…

Je rajoute, quelques informations, qui viennent contrebalancer la théorie du réchauffement climatique anthropique, servie par le GIEC, Al Gore & Co ;

https://fr.sott.net/article/30488-Le-professeur-Istvan-Marko-explique-pourquoi-la-theorie-du-rechauffement-climatique-doit-nous-faire-rire

En France, nous pouvons attester, pour la 2ème année consécutive que le gel aura détruit les vignes, vignobles et cultures ;

Pour beaucoup de viticulteurs, pas seulement dans ma région, avril 2017 est comparable à avril 1991, la pire année donc ► http://www.charentelibre.fr/2017/04/27/gros-coup-de-gel-sur-le-vignoble-cognacais-des-helicos-en-action,3098979.php

http://www.charentelibre.fr/2017/04/26/plusieurs-exploitations-viticoles-touchees-par-le-gel-en-charente,3098868.php

http://www.sudouest.fr/2017/04/27/le-vignoble-du-cognac-severement-touche-par-le-gel-3402217-813.php

http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/30/2565803-la-vigne-encore-touchee-par-le-gel.html

Bref ; On se les gèle !!!

Et donc, pour mettre un gros bémol aux théoriciens  du réchauffement climatique de mes deux tiques ;

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique : COP21… Message et retour en arrière sur le ClimateGate 2009

A lire sur Résistance 71 : « Le mythe du réchauffement climatique anthropique ».

Un message pour le mouvement écologiste

James Corbett

Originellement délivré le 25 Novembre 2009 durant le ClimateGate

URL de l’article (et vidéo) original : https://www.corbettreport.com/a-message-to-the-environmental-movement-hd/

A la veille de la conférence Cop21 de l’ONU à Paris, ce message, 6 ans plus tard, est toujours d’une vibrante et brûlante actualité et s’il l’est c’est parce que l’humanité ne s’est pas encore débarrassée de l’escroquerie du dogme du réchauffement climatique anthropique, depuis le ClimateGate de 2009, muté en “changement climatique” (l’anthropique étant maintenant sous-entendu…), ni n’est venue à bout du détournement du mouvement écologiste à des fins propagandistes et mercantiles. Rappelons-nous qu’à chacune des ces réunions sur le climat, il y a toujours cette étiquette “d’urgence, de fin du monde”… toujours depuis toutes ces années, on nous dit que “c’est la réunion de la DERNIÈRE CHANCE” pour la planète. La peur, encore la peur manipulatrice… Cela ne vous rappelle rien dans le contexte actuel ?… Le fonctionnement est toujours identique et suit la bonne vieille recette dialectique hégélienne : Action-Réaction-Solution (déjà toute prête, puisque les phases action et réaction ont été pilotées de l’intérieur…)

~ Résistance 71 ~

URL de l’article sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2015/11/30/escroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-cop21-message-et-retour-en-arriere-sur-le-climategate-2009/

Comme le précise Résistance71 très souvent ;

Toute cette fumisterie est passée du “Refroidissement Global” des années 1970, au “Réchauffement Climatique Anthropique” (RCA) dans les années 1980 (Thatcher commença cette escroquerie planétaire), au “Changement Climatique” (le mot “anthropique” étant maintenant sous-entendu pour mieux faire passer la pilule sur un plan sémantique, en effet qui peut nier que le climat change ?…), depuis l’affaire du ClimateGate de novembre 2009 qui vit des milliers de courriels et de correspondances intranet de l’université d’East Anglia en Angleterre (le nid du RCA) être fuités, démontrant la collusion entre scientifiques et politiciens dans la falsification et le bidouillage des données fournies pour fabriquer les modèles climatique informatiques bidons utilisés par le GIEC et les agences politiques idoines. L’affaire du “Hide the decline” ou le “Cachez ce déclin [du réchauffement] que je ne saurais voir”, signa l’arrêt de mort du RCA et les débuts du “changement climatique”, fondé sur la même escroquerie scientifique, engraissant sur le marché des échanges carbones les Al Gore, Patchauri (alors grand gourou du GIEC) et consorts, associés comme larrons en foire dans le CCX ou la bourse du carbone basée à Chicago et ayant le monopole du boursicotage du CO2. CCX (Chicago Carbon Exchange) qui a fermé depuis, mais les escrocs Gore et Patchauri courent toujours. Nous avons couvert ces affaires depuis des années et nos fidèles lecteurs en savent autant que nous à ce sujet.
Le professeur Roy Spencer est un expert en la matière et ses analyses pesées sont toujours rafraîchissantes. Pour les quelques ceux ayant manqué des épisodes ou prenant le train en marche…

Lire les dossiers sur R71 : “Escroquerie du RCA” et aussi le dossier connecté au RCA sur “Le pétrole abiotique”*, sachant que le bidouillage scientifique est rampant toujours pour le profit du plus petit nombre.

*Version PDF de 68 pages  (à partir des traductions de l’anglais par R71) réalisée par JBL1960 et N° 23 sur 29 à retrouver dans la page dédiéeLESPDFDEJBL1960

JBL1960

Publicités

Paroles Zapatistes d’hier et d’aujourd’hui…

Et parce que DEMAIN se plante AUJOURD’HUI

TEXTE POLITIQUE FONDATEUR version PDF {N°25} de 18 pages

La 6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon de 2005, Chiapas, Mexique

HIER ;

L’Abécédaire du Subcomandante Insurgente Marcos de l’EZLN

Source Revue Ballast – Mai 2017 ► Relayé par Résistance71

Armes : « Nous pensons que celui qui conquiert le pouvoir par les armes ne devrait jamais gouverner, car il risque de gouverner par les armes et par la force. Celui qui recourt aux armes pour imposer ses idées est certainement très pauvre en idées. » (La Dignité rebelle — Conversations avec le sous-commandant Marcos, Galilée, 2001)

Blues : « Quand Dieu a créé le monde, il a d’abord créé le blues. Après, le blues a commencé à avoir ses humeurs, comme on dit, et de là est né le jazz et ensuite le rock. Mais au début, comme dans la Genèse, qui dit qu’en premier la lumière fut, en musique, au début fut le blues, c’est de là que tout vient. Le blues, c’est comme si on vous agrippait le cœur et qu’on le chiffonnait comme ça. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Cœur : « Quand nous, hommes et femmes zapatistes, parlons, nous mettons en avant le cœur rouge qui bat en nous collectivement. […] Je sais que les sentiments n’ont pas leur place dans la théorie, du moins dans celle qui avance en trébuchant aujourd’hui. Qu’il est très difficile de ressentir avec la tête et de penser avec le cœur. Et qu’envisager cette possibilité a donné lieu à pas mal de masturbations théoriques […]. Nous le savons et nous le comprenons. Mais nous insistons : c’est la bonne conception. » (Saisons de la digne rage, « Sentir le rouge », Climats, 2009)

Droite, gauche et centre : « Le centre du pouvoir n’est plus dans les États nationaux. Cela ne sert donc à rien de conquérir le pouvoir. Un gouvernement peut être de gauche, de droite, centriste et, finalement, il ne pourra pas prendre les décisions fondamentales. » (La Dignité rebelle — Conversations avec le sous-commandant Marcos, Galilée, 2001)

Échec : « Si on arrivait à se fondre dans la montagne, ce serait notre arme la plus puissante. […] On vivait de fruits sauvages, de la chasse, on a ouvert un réseau de chemins qui nous permettait de nous déplacer d’une montagne à l’autre sans être vus. C’était une époque de grande solitude : rien dans la réalité mondiale ou nationale n’indiquait que ce sacrifice valait la peine ou qu’on avait une chance de gagner, au contraire, tout semblait dire qu’on allait à l’échec total. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Fertiliser : « Je t’assure, on n’aspire pas à fertiliser de notre sang le chemin de la libération du Mexique. On préférerait franchement le fertiliser de notre vie ! […] Notre mort n’est pas indispensable pour que le Mexique soit libre, on fera tout ce qu’on pourra pour rester en vie. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Guerre : « On ne peut comprendre et expliquer le système capitaliste sans le concept de guerre. Sa survie et sa croissance dépendent de façon primordiale de la guerre et de tout ce qui s’y associe et qu’elle implique. Par la guerre et dans la guerre, le capitalisme pille, exploite, réprime et discrimine. Dans l’étape de mondialisation néolibérale, le capitalisme fait la guerre à l’humanité entière. » (Saisons de la digne rage, Climats, 2009)

Homosexuels : « Dans les communautés indiennes, on ne persécute pas les gays. Les gens font des blagues, rigolent, mais ils ne sont ni exclus ni pourchassés… En plus, depuis le premier moment, les gens ont vu que le mouvement gay, mexicain surtout, envoyait de l’aide ; ils se sont fait expliquer ce qu’était ce mouvement et ce n’est pas l’aspect sexuel qui les a frappés mais l’exclusion sociale. “Ils doivent se cacher pour ce qu’ils sont, c’est comme nous, on devait se cacher pour être zapatistes.” » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Inversion : « Nous n’allons pas créer une force politique pour participer à la lutte pour le pouvoir, nous voulons au contraire organiser une inversion du pouvoir. Voilà le pari que nous faisons. On nous dit que cela ne peut pas être fait, que cela n’existe dans aucune théorie politique, qu’il est impossible de projeter une révolution politique sans vouloir la prise du pouvoir. Mais tout cela est faux […]. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Joie : « Nous, on dit qu’on est un joyeux bordel ! Par notre composition sociale, on est un mouvement indien, ou majoritairement indien, en armes ; politiquement, on est un mouvement de citoyens en armes, avec des exigences de citoyens. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Kissinger : « “Une guérilla qui ne perd pas gagne. Et une armée régulière qui ne gagne pas perd…” Et ça, ce n’est pas le Che qui l’a dit, c’est Kissinger ! Nous, tant qu’on ne perd pas on gagne, et notre ennemi, tant qu’il ne gagne pas il perd — même s’il est très supérieur, avec tous ses tanks et ses hélicoptères. » (Propos recueillis par Dauno Tótoro Taulis, La Realidad, octobre 1995)

Lectures : « Quand je suis quelque part, comme ici, où il y a Internet, je me connecte et je lis et je regarde tout. Mais, en littérature, je lis surtout du théâtre, les pièces de Brecht, des romans et les classiques comme Cervantès. Le meilleur livre de théorie politique est L’Ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Médias alternatifs : « Pour nous, le rôle que jouent les médias alternatifs et celui des gens qui y travaillent continuent d’être essentiel. Je peux même vous dire qu’un jour, je ne me rappelle plus où, j’ai eu une prise de bec avec les organisateurs d’une des étapes parce qu’ils voulaient commencer sans attendre les médias alternatifs qui n’étaient pas encore là et que moi, j’insistais en disant qu’eux étaient plus importants que moi. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Nos cris : « Est-ce utile de parler ? Nos cris sont-ils chargés comme des bombes ? Notre parole sauve-t-elle la vie d’un enfant palestinien ? Nous, nous pensons que, oui, ça sert à quelque chose, que peut-être que nous n’arrêtons pas une bombe, que peut-être que notre parole ne se transforme pas en un bouclier blindé qui empêche que cette balle de calibre 5.56 mm ou 9 mm dont les lettres IMI, “Industrie militaire israélienne”, sont gravées sur la cartouche, n’arrive à la poitrine d’une petite fille ou d’un petit garçon palestinien, mais que peut-être notre parole arrivera à s’unir à d’autres du Mexique et du monde et peut-être qu’en premier elle se convertira en un murmure, puis en une voix plus forte et enfin en un cri qu’on entendra à Gaza. » (Intervention du sous-commandant Marcos lors du Festival de la Digne Rage, janvier 2009)

Ouvriers : « Le zapatisme a du mal à embrayer sur le mouvement ouvrier en général, pas seulement sur les maquiladoras [usines, ndlr]. Il a eu beaucoup d’impact dans les communautés indiennes, chez les employés, les enseignants, les intellectuels, les artistes, mais pas dans la classe ouvrière mexicaine. […] C’est un échec flagrant. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Peur : « Ce que nous voulons, c’est pouvoir nous lever chaque matin sans que la peur soit à l’ordre du jour. La peur d’être Indiens, femmes, travailleuses ou travailleurs, homosexuels, lesbiennes, jeunes, vieux, enfants, autres. Mais nous pensons que cela n’est pas possible dans le système actuel, dans le capitalisme. » (Saisons de la digne rage, Climats, 2009)

Question éthique : « La révolution devient une question essentiellement morale. Éthique. Plus qu’une question de répartition de la richesse ou l’expropriation des moyens de production, la révolution représente la possibilité d’un espace de dignité pour l’être humain. La dignité commence à devenir un mot très important et cette idée ne vient pas de nous, groupe urbain, elle vient des communautés. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Régime cubain : « Le zapatisme adopte une distance respectueuse, mais pas suiviste : on n’est pas des fanatiques du régime cubain ; d’ailleurs il faut reconnaître qu’on ne sait pas au juste ce qui se passe là-bas et quoi qu’on dise, pour ou contre, ça nous retomberait dessus. […] Ils ne parlent pas de nous, ni en bien ni en mal, faisons pareil. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Starification : « [Le Che] était un homme droit, honnête, noble, mais un homme, au bout du compte. Ce n’était pas un Dieu ou un leader. Et si je pouvais, c’est ce que j’aimerais être, un homme honnête et juste, avec ses défauts, etc., et ne pas être déifié ou transformé en une idole ou en une personnalité éminente. D’ailleurs, je ne sais pas ce qui est pire, être une idole ou un monstre sacré. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Théories : « Les théories non seulement ne doivent pas s’isoler de la réalité, mais doivent chercher en elles les leviers qui leur sont parfois nécessaires quand elles se retrouvent dans une impasse conceptuelle. Les théories rondes, complètes, achevées, cohérentes, sont parfaites pour présenter un examen professionnel ou remporter un prix, mais généralement elles sont réduites en miettes au premier coup de vent de la réalité. » (Saisons de la digne rage, « Sentir le rouge », Climats, 2009)

Utopie : « Je demande qu’on me dise s’il y a jamais eu un progrès social dans l’histoire du monde qui n’ait d’abord été considéré comme une utopie avant de voir le jour. Non, il n’y a jamais rien eu de tel. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Visages : « Pourquoi ces masques ? Pourquoi vous cachez-vous ? Soyons sérieux. Personne ne nous regardait lorsque nous avancions à visage découvert, et maintenant on nous remarque parce que nous dissimulons nos visages. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Way of life : « Cette mondialisation répand aussi un modèle général de pensée. L’American way of life, qui avait suivi les troupes américaines en Europe lors de la Deuxième Guerre mondiale, puis au Vietnam et, plus récemment, dans le Golfe, s’étend maintenant à la planète par le biais des ordinateurs. Il s’agit d’une destruction des bases matérielles des États-nations, mais également d’une destruction historique et culturelle. […] Le néolibéralisme impose ainsi la destruction de nations et de groupes de nations pour les fondre dans un seul modèle. Il s’agit donc bien d’une guerre planétaire, la pire et la plus cruelle, que le néolibéralisme livre contre l’humanité. » (« La quatrième guerre mondiale a commencé », Le Monde diplomatique, août 1997)

XXe siècle : « Le néolibéralisme, comme système mondial, est une nouvelle guerre de conquête de territoires. […] L’ordre mondial est revenu aux vieilles époques des conquêtes de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Océanie. Étrange modernité qui avance à reculons. Le crépuscule du XXe siècle ressemble davantage aux siècles barbares précédents qu’au futur rationnel décrit par tant de romans de science-fiction. De vastes territoires, des richesses et, surtout, une immense force de travail disponible attendent leur nouveau seigneur. » (« La quatrième guerre mondiale a commencé », Le Monde diplomatique, août 1997)

Yeux : « Nous sommes des guerriers et en tant que tels nous connaissons notre rôle et notre heure. À l’aube du premier jour du premier mois de l’année 1994, une armée de géants, c’est-à-dire d’indigènes rebelles, est descendue dans les villes pour, de son pas, secouer le monde. À peine quelques jours plus tard, le sang de [ceux d’entre-nous] nos tombés encore frais dans les rues citadines, nous nous sommes rendus compte que ceux de l’extérieur ne nous voyaient pas. Habitués à regarder de haut les indigènes, ils n’ont pas levé les yeux pour nous voir. Habitués à nous voir humiliés, leur cœur ne comprenait pas notre digne révolte. » (Dernier communiqué du sous-commandant Marcos, annonçant sa propre disparition, mai 2014)

Zapatistes : « Pour les zapatistes, les valeurs éthiques sont une référence fondamentale, beaucoup plus que la realpolitik. Les choix des zapatistes leur font manquer beaucoup d’occasions de realpolitik, parce qu’ils accordent plus de valeur aux implications morales. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

AUJOURD’HUI ;

Communiqué commun du CNI et de l’EZLN dénonçant la répression contre la communauté Purépecha d’Arantepacua, dans le Michoacán.

A la Communauté Purépecha d’Arantepacua, Michoacán,

Aux médias alternatifs,

Aux peuples du monde.

Nous, le Congrès National Indigène, les peuples, nations et tribus qui le conformons, manifestons notre indignation concernant la lâche attaque du mauvais gouvernement contre la communauté purépecha d’Arantepacua, au Michoacán, les 4 et 5 avril de cette année.

Alors qu’une commission de comuneros cherchait à mettre en place une table de dialogue avec le mauvais gouvernement de l’État du Michoacán, le gouverneur Silvano Aureoles Conejo les a trahis. Tout d’abord en obstruant leur passage avec des centaines de CRS et des dizaines de camions alors qu’ils se dirigeaient à Morelia, dans le but de tenter d’arriver à des accords qui permettraient la résolution d’un vieux conflit agraire. Ensuite, alors que la commission était en négociation avec le gouvernement, quand de nombreux contingents de la Police du Michoacán et de la Police Ministérielle de l’État ont attaqué la communauté avec l’aide des forces fédérales, semant la terreur, pénétrant dans les habitations pour arrêter les comuneros et ouvrant le feu aveuglément, arrachant la vie à trois comuneros d’Arantepacua :

José Carlos Jiménez Crisóstomo (25 ans)

Luis Gustavo Hernández Cuenete (15 ans)

Francisco Jiménez Alejandre (70 ans approximativement).

En plus, il y a eu une quantité indéterminée de blessés, parmi lesquels deux se trouvent dans un état grave (NDT: l’un d’entre eux est décédé depuis), et 38 habitants ont été détenus par le gouvernement du Michoacán le 4 avril, et 18 de plus le 5 avril, accusés de délits fabriqués pour criminaliser l’exigence de leurs droits.

Frères et sœurs d’Arantepacua, votre douleur suite à l’assassinat de ces compañeros est nôtre. Nous luttons parce que nous avons la certitude que la punition des coupables surgira de la dignité, de la résistance et de la rébellion de nos peuples. Semer la vérité et la justice parmi la destruction que nous apportent les puissants, c’est ce que nous, les peuples, nous savons faire.

 

Les mauvais gouvernements pensent que c’est en répandant la terreur dans les territoires indigènes du Michoacán et sur une grande partie de la géographie nationale qu’ils feront taire les peuples et leur parole, mais cela ne se passera pas ainsi, car la parole que crient aujourd’hui collectivement les peuples originaires naît justement de l’indignation, du ras-le-bol et de la décision de ne pas se laisser tuer, spolier, diviser ou acheter.

URL de l’article source traduit en français ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/04/27/communique-commun-du-cni-et-de-lezln-denoncant-la-repression-contre-la-communaute-purepecha-darantepacua-dans-le-michoacan/

Il y a un peu plus d’un an déjà ; L’assassinat de Berta Cáceres

De plus en plus nombreux nous pensons que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

JBL1960

Exemple de Charte confédérale inspirée par un texte de Michel Bakounine

« La vie est un brouillon qu’on ne mettra jamais au propre »

De notre vivant…

Un nouveau paradigme c’est enclencher une autre réalité ;

C’est une autre école pour les enfants, c’est hors institutions, hors cadre, hors tout ce qui existe aujourd’hui, plus de Système bancaire pourri, plus de banques. Voilà pourquoi je me fiche de l’effondrement monétaire annoncé ; L’argent ne m’intéresse pas, l’or encore moins et donc posséder est le cadet de mes soucis. Je n’ai besoin de rien d’autre que du nécessaire vital et de rien de plus, et je me soucie que vous ayez ce même minimum vital. Et que chaque personne sur Terre est la même chose mais pas plus pour vivre. C’est cela la décroissance, l’anti-consumérisme, la lutte contre la connerie quoi !

Ignorer l’État et les institutions et en associations libres et volontaires n’œuvrant que pour le bien commun au sein de communes autonomes qui se fédèrent. Il faut créer une société parallèle, celles des associations libres fédérées et boycotter système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres…

À un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si nous sommes capables de faire tourner une société localement en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés ; L’obsolescence de ces entités ne fera que croître et elles tomberont quasiment d’elles-même ou avec un petit coup d’épaule « non-violent ».

C’est avant tout une question d’état d’esprit individuel et collectif se confédérant par la solidarité.

Il faut cesser de se laisser dicter nos « différences » par l’oligarchie, cesser de la laisser organiser notre division.

La première des priorités est de comprendre que collectivement il y a bien plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. La division est induite, fabriquée, et nullement inéluctable.

Voici le point de départ, ce que j’appelle la poussé primordiale, à toute action viable à mon sens. Après comment les gens s’organisent etc, c’est à eux de voir. Il n’y a pas de recettes toutes faites, il y a de grandes leçons à tirer du passé, des enseignements à tirer de nos sociétés ancestrales européennes et ailleurs.

C’est là que nous devrons quitter nos claviers pour nous rencontrer, nous parler et nous nous reconnaitrons, parce que les idées que nous portons nous illuminent.

Si nous avons à conceptualiser et organiser notre cheminement de pensée derrières nos écrans ou sur des bout de papier, dans de vieux cahier, au dos des vieux prospectus… C’est côte à côte avec les Natifs, et dans le réel que nous marcherons ensemble marquant le temps de nos empreintes à charge pour les générations futures de souffler sur l’étincelle que nous aurons fait jaillir ici et maintenant…

IGNORER LE SYSTÈME ► CRÉER LES BASES SOLIDAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS ORGANIQUE ► RÉFLÉCHIR ET AGIR EN UNE PRAXIS COMMUNE ► ADAPTER LE MEILLEUR DE L’ANCIEN AU MONDE D’AUJOURD’HUI

Alors ? Avez-vous toujours envie d’attendre pour voir le chaos arriver au ralenti ?

Ou bien avez-vous envie de prendre le risque de réussir en allumant l’étincelle qui mettra le feu à nos tristes vies et réchauffera à jamais nos cœurs meurtris mais vibrant de solidarité comme de liberté ?

~~~~▼~~~~

Résistance politique : Un exemple de charte confédérale

“Le congrès réuni à St Imier déclare que :

  1. La destruction de tout pouvoir politique est le premier devoir du prolétariat.
    2) Toute organisation d’un pouvoir politique soi-disant provisoire et révolutionnaire pour amener cette destruction ne peut être qu’une tromperie de plus et serait aussi dangereuse pour le prolétariat, que tous les gouvernements existant aujourd’hui.”

~ Congrès de l’Internationale anti-autoritaire de St Imier, 1872 ~

Une des raisons qui amena la 1ère guerre mondiale fut pour l’oligarchie industrio-banquière de détruire le prolétariat radical européen. Quand on lit cette charte ci-dessous, on comprend pourquoi l’oligarchie a eu pour mission l’éradication du prolétariat conscient et radical. A noter aussi qu’à cette époque dans toute l’Europe, en Amérique du nord et du sud, l’anarchisme supplantait et de loin en volume de lutte sociale, le marxisme qui était quasi inexistant. La CNT espagnole a fini par avoir plus d’un million et demi d’adhérents avant 1936, loin, très loin devant un parti communiste espagnol quasi inexistant… L’idée et l’action anarchistes ont mûri en Espagne, par exemple, depuis 1868, l’aboutissement fut le brouillon de révolution sociale de 1936.
~ Résistance 71 ~

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/05/03/resistance-politique-un-exemple-de-charte-confederale/

Exemple de charte confédérale

Michel Bakounine

 “Fédéralisme, socialisme et antithéologisme”

Ligue de la Paix, Genève, 1895

1° Que pour faire triompher la liberté, la justice et la paix dans les rapports internationaux de l’Europe, pour rendre impossible la guerre civile entre les différents peuples qui composent la famille européenne, il n’est qu’un seul moyen : c’est de constituer les États-Unis de l’Europe.

2° Que les États de l’Europe ne pourront jamais se former avec les États tels qu’ils sont aujourd’hui constitués, vu l’inégalité monstrueuse qui existe entre leurs forces respectives.

3° Que l’exemple de la défunte Confédération germanique a prouvé d’une façon péremptoire, qu’une confédération de monarchies est une dérision ; qu’elle est impuissante à garantir soit la paix, soit la liberté des populations.

Qu’aucun État centralisé, bureaucratique et par là même militaire, s’appela-t-il même république, ne pourra entrer sérieusement et sincèrement dans une confédération internationale. Par sa constitution, qui sera toujours une négation ouverte ou masquée de la liberté à l’intérieur, il serait nécessairement une déclaration de guerre permanente, une menace contre l’existence des pays voisins. Fondé essentiellement sur un acte ultérieur de violence, la conquête, ou ce que dans la vie privée on appelle le vol avec effraction, — acte béni par l’Église d’une religion quelconque, consacré par le temps et par là même transformé en droit historique, — et s’appuyant sur cette divine consécration de la violence triomphante comme sur un droit exclusif et suprême, chaque État centraliste se pose par là même comme une négation absolue du droit de tous les autres États, ne les reconnaissant jamais, dans les traités qu’il conclut avec eux, que dans un intérêt politique ou par impuissance.

5° Que tous les adhérents de la Ligue devront par conséquent tendre par tous leurs efforts à reconstituer leurs patries respectives, afin d’y remplacer l’ancienne organisation fondée, de haut en bas, sur la violence et sur le principe d’autorité, par une organisation nouvelle n’ayant d’autre base que les intérêts, les besoins et les attractions naturelles des populations, ni d’autre principe que la fédération libre des individus dans les communes, des communes dans les provinces [2], des provinces dans les nations, enfin de celles-ci dans les États-Unis de l’Europe d’abord et plus tard du monde entier.

6° Conséquemment, abandon absolu de tout ce qui s’appelle droit historique des États ; toutes les questions relatives aux frontières naturelles, politiques, stratégiques, commerciales, devront être considérées désormais comme appartenant à l’histoire ancienne et repoussées avec énergie par tous les adhérents de la Ligue.

7° Reconnaissance du droit absolu de chaque nation, grande ou petite, de chaque peuple, faible ou fort, de chaque province, de chaque commune à une complète autonomie, pourvu que sa constitution intérieure ne soit pas une menace et un danger pour l’autonomie et la liberté des pays voisins.

8° De ce qu’un pays a fait partie d’un État, s’y fût-il même adjoint librement, il ne s’ensuit nullement pour lui l’obligation d’y rester toujours attaché. Aucune obligation perpétuelle ne saurait être acceptée par la justice humaine, la seule qui puisse faire autorité parmi nous, et nous ne reconnaîtrons jamais d’autres droits, ni d’autres devoirs que ceux qui se fondent sur la liberté. Le droit de la libre réunion et de la sécession également libre est le premier, le plus important de tous les droits politiques ; celui sans lequel la confédération ne serait jamais qu’une centralisation masquée.

9° Il résulte de tout ce qui précède que la Ligue doit franchement proscrire toute alliance de telle ou telle fraction nationale de la démocratie européenne avec les États monarchiques, quand même cette alliance aurait pour but de reconquérir l’indépendance ou la liberté d’un pays opprimé ; — une telle alliance, ne pouvant amener qu’à des déceptions, serait en même temps une trahison contre la révolution.

10° Par contre la Ligue, précisément parce qu’elle est la Ligue de la paix et parce qu’elle est convaincue que la paix ne pourra être conquise et fondée que sur la plus intime et complète solidarité des peuples dans la justice et dans la liberté, doit proclamer hautement ses sympathies pour toute insurrection nationale contre toute oppression, soit étrangère, soit indigène, pourvu que cette insurrection se fasse au nom de nos principes et dans l’intérêt tant politique qu’économique des masses populaires, mais non avec l’intention ambitieuse de fonder un puissant État.

11° La Ligue fera une guerre à outrance à tout ce qui s’appelle gloire, grandeur et puissance des États. À toutes ces fausses et malfaisantes idoles auxquelles ont été immolés des millions de victimes humaines, nous opposerons les gloires de l’humaine intelligence se manifestant dans la science et d’une prospérité universelle fondée sur le travail, sur la justice et sur la liberté.

12° La Ligue reconnaîtra la nationalité comme un fait naturel, ayant incontestablement droit à une existence et à un développement libres, mais non comme un principe, — tout principe devant porter le caractère de l’universalité et la nationalité n’étant au contraire qu’un fait exclusif, séparé. Ce soi-disant principe de nationalité, tel qu’il a été posé de nos jours par les gouvernements de la France, de la Russie et de la Prusse et même par beaucoup de patriotes allemands, polonais, italiens et hongrois, n’est qu’un dérivatif opposé par la réaction à l’esprit de la révolution : éminemment aristocratique au fond, jusqu’à faire mépriser les dialectes des populations non lettrées, niant implicitement la liberté des provinces et l’autonomie réelle des communes, et soutenu dans tous les pays non par les masses populaires, dont il sacrifie systématiquement les intérêts réels à un soi-disant bien public, qui n’est jamais que celui des classes privilégiées, — ce principe n’exprime rien que les prétendus droits historiques et l’ambition des États. Le droit de nationalité ne pourra donc jamais être considéré par la Ligue que comme une conséquence naturelle du principe suprême de la liberté, cessant d’être un droit du moment qu’il se pose soit contre la liberté, soit même seulement en dehors de la liberté.

13° L’unité est le but, vers lequel tend irrésistiblement l’humanité. Mais elle devient fatale, destructive de l’intelligence, de la dignité, de la prospérité des individus et des peuples, toutes les fois qu’elle se forme en dehors de la liberté, soit par la violence, soit sous l’autorité d’une idée théologique, métaphysique, politique ou même économique quelconque. Le patriotisme qui tend à l’unité en dehors de la liberté, est un patriotisme mauvais, toujours funeste aux intérêts populaires et réels du pays qu’il prétend exalter et servir, ami, souvent sans le vouloir, de la réaction — ennemi de la révolution, c’est-à-dire de l’émancipation des nations et des hommes. La Ligue ne pourra reconnaître qu’une seule unité : celle qui se constituera librement par la fédération des parties autonomes dans le tout, de sorte que celui-ci, cessant d’être la négation des droits et des intérêts particuliers, cessant d’être le cimetière où viennent forcément s’enterrer toutes les prospérités locales, deviendra au contraire la confirmation et la source de toutes ces autonomies et de toutes ces prospérités. La Ligue attaquera donc vigoureusement toute organisation religieuse, politique, économique et sociale, qui ne sera pas absolument pénétrée par ce grand principe de la liberté : sans lui, point d’intelligence, point de justice, point de prospérité, point d’humanité.

~~~~▲~~~~

Résistance71 avait déjà porté à notre connaissance un texte inédit de Michel Bakounine ;

Le Principe de l’État

 Manuscrit inédit de MICHEL BAKOUNINE

En deux parties et sur mon blog la 1ère partie est mise en perspective dans ce billet à tiroirs ICI et la 2ème

►◄

Complété par ce texte inédit (de traduction en français) de Pierre Kropotkine et totalement visionnaire également« Lettre aux ouvriers d’Europe de l’Ouest » Pierre Kropotkine, Dmitrov, Russie, le 28 avril 1919  Et nous avons là les clés, ou la solution, pour faire coulisser le portail en fer ou en acier avec 2 doigts !

►◄

Parce qu’au-delà, c’est l’émancipation ;

Et ils le savent, qu’ils nous maintiennent en esclavage perpétuel et notamment par la votation

Alors que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

JBL1960

Pour lire ou télécharger les versions PDF sur ce blogLES PDF DE JBL1960

Illustration de Michel Bakouine fournie par Résistance71 et issue des PDF ad hoc.

MISE À JOUR DU 15/05/2017

Tout d’abord, voici la version PDF N° 30 que j’ai réalisée en 7 pages, de la Charte confédérale par Michel Bakounine qui constitue, à mon sens, un texte politique fondateur et un exemple d’alternative pour nous gérer sans État ni institutions coercitives obsolètes ;  Exemple de Charte confédérale – Michel Bakounine.

Relayé par Résistance71 ce jour, Source Revue Ballast publié le 24/11/2014 ;

Réflexion historique… Qui était Michel Bakounine ?…

“La Commune de Paris poussa très certainement Marx à repenser certaines de ses idées sur l’État. Comme il le nota dans une nouvelle préface d’une réédition de son “Manifeste du Parti Communiste”, publiée un an après la Commune, celle-ci prouva que “la classe ouvrière ne peut simplement pas prendre possession sur la machine étatique prête à l’emploi et l’utiliser pour son propre but.” La machinerie si bien adaptée à la règle de la domination bourgeoise ne put pas fournir un modèle pour le socialisme. “C’est exactement ce que je dis depuis toujours !” s’exclama Bakounine… Ainsi, à l’encontre des marxistes, Bakounine continua, les anarchistes rejetèrent l’idée, même en tant que phase transitoire, de ‘conventions nationales, d’assemblées constituantes ou de soi-disant dictatures révolutionnaires’, car une telle concentration du pouvoir en si peu de mains ‘devient inévitablement et immédiatement réactionnaire’ Ceci fut le point fondamental sur lequel les anarchistes et les marxistes différaient et c’est là-dessus que Bakounine retournerait dans ses derniers travaux majeurs.
[…] Il est parfaitement possible d’argumenter que la division entre anarchistes et marxistes ne soit pas nécessairement la question de la réforme ou de la révolution. Pour Bakounine, la différence majeure entre eux pourrait être résumée en un mot : l’État.”
~ Mark Leier, “Bakounine, une biographie”, 2006 ~

Qui était Bakounine ?

Entretien pour le magazine Ballast avec Jean-Christophe Angaut, écrivain, essayiste et biographe | 24 novembre 2014 |URL de l’article original : http://www.revue-ballast.fr/qui-etait-vraiment-bakounine/

URL de l’article sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/05/15/reflexion-historique-qui-etait-michel-bakounine/

Sur ce blog ► Textes de ou en lien avec Michel Bakounine ▼ https://jbl1960blog.wordpress.com/?s=bakounine

 

 

TERRE VOLÉE par Mohawk Nation News

Nous pouvons faire tomber l’empire, ici & maintenant et d’où nous sommes !

Sans armes, ni haine, ni violence…

Retirons d’un coup sec notre consentement de sous les pieds de l’oligarchie régnante ;

Et elle tombera…

Résistance au colonialisme : Le Vatican origine de l’entreprise coloniale…

https://resistance71.wordpress.com/abolir-lempire-mouvement-pour-la-repudiation-de-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte/

Terre volée

Mohawk Nation News |  27 avril 2017 |  URL de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2017/04/27/stolen-earth/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/05/01/resistance-au-colonialisme-le-vatican-origine-de-lentreprise-coloniale/

Les immigrants de l’Île de la Grande Tortue sont psychologiquement conditionnés à penser que nous avons disparu. Ils se sont servis et ont volés nos terres, nos ressources et tout ce sur quoi ils peuvent mettre leurs sales pattes. En 1302, le pape Boniface VIII a affirmé péremptoirement posséder tout être vivant, la planète et tout ce qu’elle contient ; il l’a fait au travers d’une bulle (édit) pontifical auto-déclaré. Il affirma être le représentant de “dieu” sur Terre. (NdT : bulle Unam Sanctam, 1302: http://didascale.com/bulle-unam-sanctam-1302-de-boniface-viii/ )

Ceci a transformé toute notre terre en leur terre sans que nous le sachions ni ne consentions a quoi que ce soit. De fausses lois affirmèrent les droits naturels sur toute vie de l’Île de la Grande Tortue. Toutes les corporations, entreprises coloniales sont des sous-entreprises de la corporation originelle : le Vatican (alias la “couronne”).

Le Vatican nous enregistre et vend nos certificats de naissance sur le marché boursier comme une obligation à la banque centrale privée de la nation. Notre chair est vendue à un esclavage perpétuel (NdT : comme stipulé dans les bulles pontificales Dum Diversas de 1452 et Romanus Pontifex 1455, renouvelé avec la bulle Inter Caetera de 1493…)*

En 1537, une autre bulle pontificale a réclamé toutes les “âmes perdues”. Ceci donna à Henri VIII d’Angleterre l’autorité de secrètement collecter nos “âmes”. La mise sous tutelle corporatrice de l’Haudenosaunee Confederacy Chiefs Council ou HCCC l’a maintenant rendue entité artificielle créée par le Vatican en tant qu’entreprise privée. Le code de Handsome Lake est une religion, secte chrétienne, créée par l’humain et n’est pas fondé sur l’ordre naturel. (NdT : au début du XIXème siècle, les jésuites aidèrent à créer une nouvelle religion au sein de la confédération iroquoise afin de diviser ses membres le long d’une ligne “religieuse”… Cette secte s’appelle le Code de Handsome Lake ou Gaiwiio et fut créée pour diviser et à terme annihiler la société traditionnelle iroquoise suivant Kaianerekowa** depuis le XIIème siècle, possédant ses “gardiens de la foi”, son dogme mélange les mythologies locales et chrétiennes …)

En 1816, l’Angleterre fit banqueroute et perdit la couronne. Elle fut donnée au temple du barreau de la City de Londres (ville état au même titre que… le Vatican et Washington D.C, le district de Colombia, partie indépendante de la ville de Washington). Les avocats de l’association du barreau enregistrent et collectent nos “âmes”, celles des “perdus et des damnés”.

Lorsqu’un enfant est baptisé, les parents donnent le titre et vendent leur âme au fond fiduciaire propriété des banquiers. Depuis 1933, chaque enfant n’est pas connu comme étant un homme ou une femme, mais une créature ou un animal, parce que le Vatican a volé son “âme”.

Nous sommes traités comme des choses de façon à ce que les avocats puissent mettre en application la loi maritime [ou loi de l’amirauté des mers]. Une personne ne possède rien et n’est qu’un bénéficiaire, parce que tout le monde est un esclave et le monde est la propriété du Vatican (NdT : dont les biens sont gérés depuis la City de Londres par… la banque Rothschild***). Des droits supplémentaires furent ajoutés plus tard, monétarisant tout. Banqueroutes, mineurs, incompétents, emprunts fonciers et entreprises privées sont la propriété du Vatican. Ces bulles pontificales furent créées par des hommes en jupes il y a 700 ans.

Le Vatican clame la véritable propriété (sur Terre), la propriété personnelle (le corps) et la propriété religieuse (l’âme). Le juge est le capitaine du navire qui peut vous faire balancer par dessus bord sans aucune répercussion, en toute impunité. Le juge peut vous faire payer toutes les amendes qu’il veut ou vous faire jeter en prison à son gré.

Lorsqu’un onkwe’onweh (personne naturelle à la terre) se rend dans un tribunal (de l’amirauté) avec le wampum deux rangées et explique comment la Grande-Bretagne devint le Canada en août 1701 et se créa à Kingston au travers de cet instrument, il montre au juge la ligne du haut (du wampum) et dit : Voilà pourquoi vous pouvez vous assoir dans le fauteuil où vous vous trouvez maintenant. La ligne du dessous, c’est nous. Maintenant, nous pouvons parler.”

Il est plus que temps de rendre responsables les actionnaires de la “couronne” [City de Londres, Washington DC et le Vatican] de leur crime de génocide à l’encontre d’ongwe’onweh sur Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue).

*Extraits des bulles papales Romanus Pontifex et Inter CaeteraLes Bulles de la discorde… Précisons que le Pape Alexandre VI auteur de la bulle Inter Caetera en 1493, l’un des hommes en jupe dont parle MNN était le père de Lucrèce Borgia, entre autre puisqu’il fut le père de 6 enfants reconnus et en aurait eu 2 ou 3 de plus de maitresses différentes  : Rodrigo de Borja, né Roderic Llançol i de Borja le 1er janvier 1431 à Xàtiva (Royaume de Valence, couronne d’Aragon), mort le 18 août 1503, devenu Rodrigo Borgia après son arrivée en Italie, fut pape sous le nom d’Alexandre VI de 1492 à 1503.

**Introduction à La Grande Loi de la Paix ; Kaianerekowa, version PDF en français de 27 pages [N°21]

***Il n’y a pas de hasard. Voilà de qui le Macron pucé par Rothschild est le N.O.M. ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/09/de-qui-macron-de-rothschild-est-il-le-n-o-m/

►◄

En complément de lecture à partir des traductions faites par Résistance71 et en versions PDF par JBL1960 ;

Meurtre Par Décret, par le TIDC, PDF N° 1 ;

Païens en Terre promise décoder la doctrine chrétienne de la découverte de Steven Newcomb, PDF N°4

LA GRANDE LOI DU CHANGEMENT du Pr. Taiaiake ALFRED, PDF N° 22

Un manifeste indigène du Pr. Taiaiake ALFRED, PDF N° 23

Retrouvez toutes les versions PDF (29 au total) dans cette page de mon blogLES PDF DE JBL1960

◄►

Comme nous le rappelle la Nation Mohawk dans leur dernier billet ► « La stratégie de l’inutile » par Mohawk Nation News  “Que sont les frontières ? Des lignes artificielles au sol. C’est une construction inique faite pour nous séparer et nous contrôler. Frontières, langues, monnaies, religions, races, tout çà ne sont que des conneries.”.

Et sur ce blog, nous le savons bien, que la Théorie de la connerie à la vie dure et qu’elle dure, dure, dure, depuis des millénaires…

MNN nous rappelle comme je n’ai de cesse, moi-même de le répéter, que des hommes en jupe, il y a plus de 700 ans, ont décidé que l’acte de baptême était un acte historique, indéniable et que de ce fait, il ne pouvait être effacé ou rendu illisible. Et la loi française, au mépris de la Loi de 1905 dite de séparation de l’Église et de l’État, aujourd’hui encore, en 2017,  confère au baptême une réalité historique qui ne peut être contestée.

C’est l’Arrêt N° 1441 du 19 novembre 2015 que vous pouvez consulter en suivant ce lien ► https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/1441_19_30541.html  Que brandi l’Église catholique romaine, pour vous refuser la radiation ou l’effacement de votre nom du registre des baptêmes. Dès le moment où vos parents décident de vous faire baptiser, l’Église devient propriétaire de votre âme, et ad vitam æternam… Je n’ai obtenu que la possibilité de renier mon acte de baptême et je l’ai fait en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte, comme je l’explique en détail dans cette page de mon blog ► Faire tomber l’empire, la débaptisation comme acte de résistance ;  Et j’ai donc été déclarée ; APOSTAT, tout est justifié, documenté, retranscrit dans cette page et conforme aux originaux que je peux fournir si besoin était.

Que ce soit le boycott du système, ou la débaptisation en masse, ces armes, non létales peuvent être utilisées par tous, tout de suite et en tous lieux. Elles reviennent à nous permettre de retirer d’un coup sec, tous ensemble, le tapis de dessous les pieds de l’empire ; Et il tombera, sans une goutte de sang, sans haine, sans violence…

Parce qu’un EMPIRE SANS TERRE, puisqu’elle a été volée (sachant que toute propriété volée doit être rendue selon la règle de la Loi et que les traités doivent être mis en application selon la Loi), est un EMPIRE À TERRE

De plus en plus nombreux nous pensons que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

JBL1960

L’illustration de ce billet, est issue du PDF « Kaianerekowa ; La Grande Loi de la Paix » et est une représentation de la charte fondatrice de la confédération de la ligue des cinq puis six nations iroquoises, ou Maison Longue. Et il faut savoir que Kaianere’ko:wa se prononce Ga-y-a-né-ré-go-oua. Et que l’on appelle aussi notre Terre ou notre maison commune ► Gaïa