TOUTES ET TOUS DES LANCEURS D’ALERTE ! MàJ du 5 mars 2019

LE BOUCLIER DU LANCEUR D’ALERTE

Résistance71 m’a demandé de réaliser la mise en format PDF de leur traduction complète en français du livre de Kevin D. Annett « Le Bouclier du Lanceur d’Alerte » et je n’ai pas hésité une seconde comme vous pouvez le constater tant, là encore, j’ai appris de choses…

Ce manuel très complet et écrit d’expérience a pour but d’armer les lanceurs d’alerte et diseurs de vérité contre l’arsenal de l’establishment réprimant la dissidence et ceux qui exposent ses turpitudes et crimes en tout genre. Kevin Annett est connu pour avoir exposé au grand jour et forcé la reconnaissance (et des « excuses ») du gouvernement et des églises du Canada au sujet du génocide de plus de 50 000 enfants autochtones dans les pensionnats pour Indiens entre la fin du XIXème siècle et 1996 ; néanmoins, ce manuel s’adresse à toute forme de lancement d’alerte et fournit un mode d’action et une attente réalistes quant à l’entreprise de dire et d’exposer au grand jours les méfaits et les crimes des entreprises, gouvernements, états et toutes autres entités privées.

Lisez et/ou téléchargez le bouquin ► lebouclierdulanceurdalerte en version PDF totalement gratuite !

Je ne sais si YT ne me supprimera pas cette vidéo, c’est une création de Peter Gabriel pour le film d’Oliver Stone sur « Snowden« …

Livre : « Le Bouclier du Lanceur d’Alerte » par Kevin Annett

(version française PDF gratuite)

URL de l’article sur R71 = https://resistance71.wordpress.com/2016/11/22/livre-le-bouclier-du-lanceur-dalerte-par-kevin-annett-version-francaise-pdf-gratuite/

Ce manuel très complet et écrit d’expérience a pour but d’armer les lanceurs d’alerte et diseurs de vérité contre l’arsenal de l’establishment réprimant la dissidence et ceux qui exposent ses turpitudes et crimes en tout genre. Kevin Annett est connu pour avoir exposé au grand jour et forcé la reconnaissance (et des « excuses ») du gouvernement et des Églises du Canada au sujet du génocide de plus de 60 000 enfants autochtones dans les pensionnats pour Indiens entre la fin du XIXe siècle et 1996 ; néanmoins, ce manuel s’adresse à toute forme de lancement d’alerte et fournit un mode d’action et une attente réalistes quant à l’entreprise de dire et d’exposer au grand jours les méfaits et les crimes des entreprises, gouvernements, états et toutes autres entités privées.

« Le bouclier du lanceur d’alerte » qui a été publié en anglais le 1er septembre 2016 sous le titre : « Truth Teller’s Shield : A Manual for Whistle Blower & Hell Raisers » et a été traduit en français par Résistance 71 en novembre de cette même année.

Avec l’accord de l’auteur, il est mis à la disposition du public francophone gratuitement dans l’espoir qu’il aide les actuels et les prochaines générations de lanceurs d’alerte et leur incite une motivation supplémentaire.

Les lanceurs d’alerte sont essentiels à la déconstruction pierre par pierre de la pyramide du pouvoir mortifère des États-nations et de leurs propriétaires affairistes transnationaux. Ils/elles sont les agents de la vérité réprimée et cachée à dessein.

Au sujet de l’auteur : 

Le révérend Kevin Daniel Annett, Masters in Arts, M. Div., est un vétéran dans le domaine de lancer les alertes et de dire la vérité. Il a été nominé pour le prix Nobel de la Paix pour le Canada. Il est réalisateur de documentaires primés, écrivain, animateur radio, organisateur de communauté et conférencier. Depuis 1995, date à laquelle il fut évincé de son sacerdoce de prêtre de l’Église Unifiée du Canada après avoir exposé les crimes que cette entité avait perpétrés, il mena avec succès une campagne pour démasquer et traduire en justice le génocide des enfants aborigènes par l’église canadienne et l’État.

Malgré sa mise en liste noire, son appauvrissement et les campagnes de diffamation et de désinformation menées contre lui par la Gendarmerie Royale du Canada (GRC ou RCMP en anglais) et agences de couverture, Kevin aida à forcer des “excuses” publiques officielles pour les crimes des pensionnats pour Indiens, de la part du gouvernement canadien en juin 2008. En 2010, il aida à la formation du Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État (TICEE ou ITCCS en anglais), qui est maintenant opérationnel dans neuf pays. Entre 2012 et 2014, Kevin a assisté dans deux mises en accusation par le tribunal de droit coutumier concernant le Vatican, la couronne d’Angleterre et autres parties coupables de crimes contre l’humanité. Cette action força la démission du pape Benoît XVI de ses fonctions pontificales en février 2013.

Depuis janvier 2015, Kevin a participé au mouvement pour l’établissement d’une république du Canada sous la juridiction du droit coutumier et est l’animateur d’un programme radio d’affaires publiques : Radio Free Kanata. Il participe à des écoles / séminaires de formation publics pour les lanceurs d’alerte et autres activistes. Il est un consultant pour de nombreux groupes de survivants des crimes des églises, des gouvernements et des entreprises.

Kevin est l’auteur de huit livres et a co-produit le documentaire primé “Unrepentant” en 2007. Il est titulaire d’un Masters en Science Politique et en Théologie. Des universitaires aux États-Unis et en Europe l’ont nominé pour le Prix Nobel de la Paix en trois occasions.

“Un homme et la vérité font une majorité.”
~ Thomas Paine, 1778 ~

=*=

Liens vers nos traductions des ouvrages/recherches de Kevin :

« A découvert : Génocide passé et présent a Canada » (2001, 3ème edition 2010)

et

« Meurtre par décret : Le crime de génocide au Canada » (2016)

~~~~▲~~~~

Si vous le souhaitez vous pouvez voir en version complète en VOSTFR le documentaire « Unrepentant » réalisé par Kevin Annett en 2007 que j’ai intégré dans ce billet de blog ► « Toi d’abord ! »

Et pour comprendre ce qui a conduit Kevin Annett à réaliser ce documentaire et cette lutte qui est la sienne aujourd’hui ce billet ►  « Sous les cèdres d’Ahousaht« .

Je précise, toutefois, que je ne suis pas en plein accord avec l’auteur  Kevin Annett, notamment lorsqu’il a créé la « Republic of Kanata », et je le lui ai dit et j’ai expliqué pourquoi dans ce billet « CHUT SILENCE ON TUE »  comme suit ▼

Alors, je ne suis pas d’accord avec Kevin Annett qui appelle à la création de la République de Kanata comme seule réponse. Ce qui n’a rien à voir avec le travail remarquable qu’il a déjà accompli. Et Kahentinetha de Mohawk Nation News lui a déjà dit pourquoi les Nations Primordiales ne pouvaient répondre à cet appel notamment par ce billet = http://mohawknationnews.com/blog/2014/11/05/republic-of-kevin/

Et cela se comprend mieux à la lecture de l’article de MNN du 18/10 « No Surrender »

Le génocide américain de notre peuple n’est pas terminé tant que Kaia’nere:kowa (La Grande Loi de la Paix) n’a pas gagné ! Nous ne battrons pas en retraite, nous ne nous rendrons pas. Les colons qui ne se tiennent pas à nos côtés sont complices. Les règles entrepreneuriales sont créées pour les rendre non responsables de leur tentative de nous annihiler. Les soldats du “détail indien” l-81 sont passés en jugement et ont été trouvés non coupables d’une attaque à mains armées de style militaire sur des onkwe’hon:weh (autochtones) désarmés se réunissant sur une terre privée durant une cérémonie. Ils portaient des casques et de l’équipement de guerre. Nous, rotino’shonni (iroquois), allons les tenir pour responsables. Nous continuerons nos efforts jusqu’à ce qu’ils soient accusés de génocide devant le tribunal international.

Lire l’article intégralement ici ► Ni vérité, ni réconciliation, ni reddition

Sur ce blog, en étroite collaboration avec Résistance71 le Dossier : MEURTRE PAR DÉCRET

http://murderbydecree.com/

► Version PDF JBL1960 de la traduction partielle mais substantielle par Résistance71 : Meurtre Par Décret, dans sa dernière mise à jour

Que je tiens régulièrement à jour, en incluant les billets en lien avec la lutte des Natifs pour la reconnaissance de leur existence en ce monde et à laquelle nous pouvons participer activement en relayant tout document des Nations primordiales, et tout article, livre, billet etc…

Rappelez-vous que nous sommes nombreux, et qu’ils sont peu…

Devenons tous des lanceurs d’alerte ;

Soyons l’étincelle capable d’embraser tout l’empire…

JBL1960

MàJ du 5 mars 2019

Effondrer le colonialisme par apostasie collective ou renonciation au baptême – Jo Busta Lally, mars 2019

Retirons-leur notre consentement ;

Brisons nos chaines…

Vouloir lutter efficacement aujourd’hui contre l’empire, c’est lutter contre le fondement même de l’impérialisme occidental qui repose sur un pilier de pouvoir économique et un pilier de pouvoir idéologique étroitement impliqué l’un avec l’autre.

Attaquer ces deux piliers porteurs aura pour résultat à terme, d’effondrer l’empire. Comment ? Par la prise de conscience et le boycott physique et idéologique tout en amenant des solutions efficaces de remplacement aux institutions oligarchiques qui nous ont été imposées depuis des siècles, l’État étant le rouage essentiel de l’oppression généralisée.

Pour y parvenir, il apparaît tout à fait essentiel que les peuples occidentaux réfutent et refusent en bloc l’idéologie dominante qui les colonise tout autant que les peuples des nations colonisées, même si le degré d’oppression est (à peine) moindre.

Pour une réconciliation réelle avec les peuples colonisés d’hier et d’aujourd’hui, car nous avons besoin les uns des autres pour bâtir une véritable société progressiste, émancipée et libre. Il n’y a pas d’autre alternative, ni aucune solution au sein du système oligarchique coercitif, oppressif et totalement mortifère qu’on nous a imposé en nous bourrant le crâne avec la pseudo-inéluctabilité de l’affaire par une science tronquée, biaisée et falsifiée à bien des niveaux. Tout cela est bien au-delà de toute rédemption et nous devons définitivement lâcher-prise d’avec cette ignominie colonialiste qui est le pire fléau que la terre ait porté depuis des milliers d’années.

PAS EN MON NOM – NOT IN MY NAME – NO EN MI NOMBRE – NÃO NO MEU NOME – NICHT IN MEINEM NAMEN – NON NEL MIO NOME – Не под моим именем – Tsy ao amin’ny anarako – AKUSIYE IGAMA LAMI !

(merci à gogole trad…)

Alors qu’il suffirait de retirer notre consentement à l’empire du chaos, de dire NON, de nous tourner vers les Natifs et les descendants des Nations premières et de les considérer comme des humains et non comme Res Nullus : James Truslow Adams identifia un tel processus mental de négation lorsqu’il écrivit : “Un païen était considéré comme nullus, de cette façon sa propriété n’avait pas de propriétaire, ainsi le sol américain pouvait être approprié par qui que ce soit la trouvait en premier.” Quelqu’un qui est classifié comme non-existant est, du point de vue de celui que l’a classifié de cette façon, le propriétaire de rien du tout. Ainsi la catégorie “nullus” a servi de but pour assigner mentalement les peuples indigènes dans la catégorie des politiquement inexistants sans concept de nation indépendante contre les nations chrétiennes européennes. Le terme nullus est dérivé du latin null voulant dire “rien, aucun, invalide et nul (et non avenu)”. [NdJBL : voilà pourquoi ce n’est pas anodin, quand notre Chef d’État actuel E. Macron, nous appelle  » les ceusses qui ne sont rien « ]. Le terme “vide, nul” est dérivé du latin vacuum signifiant “vide”.

Pour cela, un moyen simple, efficace, redoutable même, et redouté puisqu’il nous est refusé = Demander l’effacement de notre nom des registres des baptêmes, ou renoncer au baptême, en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte, puisque le tout premier acte de tout colonisateur dès l’instant où il pose un orteil sur n’importe quelle terre c’est de bénir cette terre et de soumettre les éventuels païens par le baptême sinon la mort. Et nous savons bien que de toute façon la mort était promise à tous les païens de la Terre… Lundi 10 octobre 2016

C’est donc ce que j’ai fait comme vous pourrez le lire dans ce PDF dans lequel j’ai consigné tous les échanges de courrier avec les Archives de la Catholicité jusqu’à obtenir un certificat de reniement de mon baptême, puisque l’Église catholique romaine refuse catégoriquement d’effacer ou radier notre nom des registres, comme vous pourrez le constater, aidée par la Justice française au mépris de la Loi de 1905, dite de la séparation de l’Église et de l’État ;

Effondrer les empires coloniaux par apostasie collective ou renoncement au baptême en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte, version PDF de 43 pages de Jo Busta Lally, mars 2019

Résultat de recherche d'images pour

Pour lire l’intégralité de ce billet du 4 mars 2019 ► Effondrer le colonialisme par apostasie collective ou renonciation au baptême – Jo Busta Lally, mars 2019

Jo Busta Lally

Oblabla le dernier empereur…

…De l’Empire Déglingué…

Stand-up for the creation ► Soyons l’étincelle, et le souffle aussiCHANGEZ-TOUT !

Get-up ! Stand-up !

Vidéo YT mise en ligne par TJ. GribZ

◄|►

L’empire déglingué…

“Vous avez des hommes de mains et tout compte fait, c’est vous les vrais coupables : car sans vous, sans votre négligente cécité, de tels hommes ne pourraient poursuivre une action qui vous condamne autant qu’elle les déshonore.”
~ Francis Jeanson ~

“Les Américains sont le seul peuple moderne, à l’exception des Boers [en Afrique du Sud], qui de mémoire d’homme, ont totalement balayé du sol où ils se sont installés la population autochtone.”
~ Frantz Fanon, 1952 ~

Regardons les fondements du colonialisme et de sa pratique que ce soit en Afrique, en Amérique, en Océanie et en Europe, la méthodologie est la même. Frantz Fanon nous le rappelle ici dans son livre “Peau noire, masques blancs” (Seuil, 1952) lorsqu’il dit: “Pour l’Africain en particulier, la société blanche a brisé son ancien monde sans lui en donner de nouveau. Elle a détruit les bases tribales traditionnelles de son existence et barre la route de l’avenir après avoir fermé la route du passé…” Remplacez le mot “Africain” par “Indien” ou “Aborigène d’Australie” ou “Maori” ou “Kanak”. Que constate t’on ? Une universalité méthodologique qui s’est aussi produite de manière domestique afin de convertir la population occidentale à l’idéologie colonialiste. Ce n’est, comme déjà dit ici par ailleurs, qu’une question de degré.

~ Résistance 71 ~

La corporation se déglingue

 Mohawk Nation News |  19 novembre 2016 |  url de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/19/the-corporation-is-unraveling/

 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le Dakota Access Pipeline de Houston et ses baltringues essaient de nous voler nos ressources tout en détruisant la terre des Lakotas. La cabale a parié gros sur cet oléoduc parce qu’elle croit gagner et faire plein de fric. Ils parieront bien moindre lorsqu’elle commencera à perdre la bataille.

Obama a suggéré que cette route du pétrole polluante et toxique pourrait bien être déviée de Standing Rock. De fait, nous ne voulons de ces poisons nulle part ! Voilà la réalité ! Et encore mois que cette saloperie traverse des centaines de nos communautés que ce soit par oléoduc, par trains bombes à retardement, bateaux ou transports routiers, tout ceci pouvant nous tuer.

On nous a étudié à mort. Ces gangsters ne savent rien de nous. Leurs stratégies sont basées sur des mensonges, des rumeurs et des commérages. Leurs conseillers d’entreprise ignorants leur disent qu’ils peuvent nous blesser, nous endommager, nous vaincre et même nous tuer nous et notre mère et que leurs tribunaux de l’amirauté légaliseront tout ce qu’ils font.

Les porte-flingues sont entraînés à perpétrer le génocide. Ils prennent plaisir à nous menacer, à se moquer de nous, à nous hurler des ordres, à agiter leurs armes et nous mettre en joue, à nous gazer au lacrymo et au gaz de poivre et tout autre agent de guerre chimique et biologique. Puis ils se réunissent pour discuter de la mise en place de la torture. Ils ne craignent pas de violer la convention de Genève, d’infliger des douleurs affligeantes, de nous persécuter et de nous humilier, nous et notre terre-mère.

Ils nous capturent, nous fouillent à corps, nos bras sont marqués de chiffres comme dans les camps de concentration de prisonniers et on nous détient dans des chenils.

Leurs stratégies sont fondées sur les mensonges qu’ils ont appris à l’école ou sur les histoires insultantes et bidons des “cow-boys et des indiens”, de ces films hollywoodiens qu’ils ont vu à la télé. Et maintenant ils prennent des décisions de vie ou de mort à notre sujet le tout basé sur une vile propagande.

D’abord, les petits caïds furent ordonnés de faire le minimum afin de nous faire peur, de nous faire taire et de nous écarter du chemin. Le corps du génie de l’armée US étend maintenant les guerres indiennes qui ont massacré plus de 100 millions d’entre nous dans ce qui fut le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité.

Nous avons beaucoup d’amis et d’alliés qui se tiennent à nos côtés. En Europe, en Afrique, en Amérique du Sud et beaucoup aussi dans la population des colons d’Amérique du Nord. Certains d’entre nous sont menacés, frappés, torturés, et arrêtés. Nous continuerons à promouvoir la paix dans le monde ! Continuez à vous lever pour la création !

◄|►

 Je fais partie de ces alliés en Europe, qui souhaitent un nouveau paradigme avec les Natifs, colons, occidentaux affranchis de toute idéologie coloniale, côté à côte et debout…

Et les résistances, les croyances sont fortes car nous œuvrons pour faire tomber l’empire et effacer les doctrines, les dogmes et les mensonges…

Beaucoup de colons Américains refusent de modifier leur attitude et prétendent même que ça n’est pas le fond du problème. Qu’ils n’ont à s’excuser de rien, que la vie dans les réserves indiennes n’est pas le fait des colons blancs et d’ailleurs qu’il est faux de croire ou dire que l’homme blanc est raciste parce qu’il a voté en Trumpette

Le Monde souffre d’une commotion cérébrale après l’élection de Trump

Via Le Saker Francophone qui traduit et publie

Par Brandon Smith – Le 16 novembre 2016 – Source alt-market

Je dis cela depuis longtemps, et je le répète ici – dans la vie, il n’y a que deux genres de gens : ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Certains pourraient prétendre qu’il y a une troisième option : ceux qui ne veulent pas savoir. En tout cas, si vous voulez être en mesure de prévoir les tendances géopolitiques et sociales, vous devez être parmi ceux qui connaissent.

Bon déjà ça commence mal car il y a au moins 4 types de personnes :

  1. Celles qui savent et sont d’accord avec ce qui se passe
  2. Celles qui savent et refusent d’admettre (dissonance cognitive)
  3. Celles qui ne veulent pas savoir parce que ça dérange leur « confort »
  4. Celles qui savent et agissent en conséquence

Les pourcentages des gens dans chaque catégorie ne sont pas favorables à un changement et pour modifier ces pourcentages, il faut « cibler » les catégories 2 et 3 pour que le plus de monde passent en 4 et ça prend du temps et de l’énergie mais on commence à vaincre la force de l’inertie ► Nous, les occidentaux affranchis de l’idéologie coloniale on appelle ici et maintenant et d’où nous sommes à s’unir, à s’organiser pour impulser la poussée primordiale, non violente, pour vaincre l’inertie de départ et suivant ce schéma ;

PRISE DE CONSCIENCE INDIVIDUELLE => PRISE DE CONSCIENCE COLLECTIVE => BOYCOTT ET ORGANISATION PARALLÈLE => DÉSOBÉISSANCE CIVILE => RÉORGANISATION POLITICO-SOCIALE => CHANGEMENT DE PARADIGME

Pour l’essentiel, nous les peuples, sommes coincés entre les phase 1 & 2 ou 2 & 3.

Pourquoi ? Parce que le formatage propagandiste a la vie dure et le matraquage idéologique néfaste bat son plein, alors cela change, mais très lentement.

Le plus dur est toujours de vaincre l’inertie de départ : prenons un grand portail en fer ou en acier, ou la trappe d’entrée au camp de concentration planétaire que les Zélites terminent. C’est lourd et il faut s’arque bouter pour le/la mettre en branle initialement, une fois en mouvement, si on atteint une certaine vitesse, on peut pousser le portail qui coulisse avec deux doigts et maintenir la vitesse d’ouverture relativement constante.

Dans le schéma plus haut, les phases 1 et 2 sont la poussée initiale, et c’est dur, en phase 3 & 4 c’est bien plus facile car le momentum est créé, les dernières phases se font avec deux doigts !!!

Le but de l’oligarchie est de nous maintenir en phase 1 & 2 de façon à ne jamais atteindre le momentum nécessaire pour l’ouverture du portail ou de la trappe en grand.

Parce que de l’autre côté du portail, ou de la trappe, c’est l’émancipation !

Et pour être encore plus précis et non totalement binaire on peut encore affiner le tableau :
1- Ceux qui ne voient et ne savent rien ; Ici.
2- Ceux qui s’en foutent et acquiescent. .
3- Ceux qui refusent de voir (cela perturbe leur petit monde). Et ici.
4- Ceux qui refusent de croire ce qui se passe même en ayant tous les éléments, preuves en main (dissonance cognitive). Et là.
5- Ceux qui savent et ne font rien (les cyniques). Encore ici.
6- Ceux qui savent et agissent (nous entre autres). Ou bien . Et aussi .
7- Ceux qui croient savoir et agissent (souvent mal) ce qui me fait dire très souvent qu’on n’a pas le cul sorti des ronces
Je me réfère habituellement à ces «intérêts particuliers» comme aux élites mondiales, ou globalistes, parce que c’est ainsi qu’elles se réfèrent souvent à elles-mêmes. Le fait est que la plupart des événements que vous voyez dans le monde politique sont conçus pour susciter une réponse psychologique spécifique de votre part et des gens autour de vous. Vous n’êtes pas un être humain pour ces personnes ; vous êtes soit un actif à mouler, soit un obstacle à éliminer. C’est ainsi que notre monde fonctionne. Et jusqu’à ce que nous le comprenions parfaitement et que nous l’acceptions, les choses ne changeront jamais. […]
Et clairement nous ne vivons pas dans le même monde…
Tenez, tout est là, in English ► TEP ZEPI : BEGINNING OF A NEW ERA

Je fais rarement de commentaires sur les problèmes de race parce que je ne vois pas vraiment la race comme très pertinente dans la plupart des cas. Mais c’est la tactique des adeptes de la justice sociale de cibler constamment et brutalement les hommes blancs comme les monstres de l’Histoire et donc responsables des maux et des échecs de chaque groupe minoritaire d’aujourd’hui et jusqu’à la fin des temps. À ce stade, je pense qu’il est sûr de dire que nous ne serons plus jamais assis les bras ballant comme victimes expiatoires pour ces tristes sires dupés clamant le statut de victimes. […]

Sauf que l’ordre Divin donné au Cristobál Colomb dès octobre 1492 (que vous vous apprêter à célébrer ce Jeudi 24 novembre avec Thanksgiving) était celui-ci  « …pour envahir, traquer, capturer, vaincre et subjuguer tous les Sarrasins, païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient et de réduire leur personnes en esclavage perpétuel… » Et il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ».

Le Capitaine Richard Pratt, fondateur de l’école pensionnat pour Indiens Carlisles, 1892, a déclaré qu’il fallait « Tuer l’indien pour sauver l’Homme » ;

Et vous affirmez que vous ne resterez plus « jamais assis les bras ballant comme victimes expiatoires »…

Lire l’intégralité de l’article ici ► http://lesakerfrancophone.fr/le-monde-souffre-dune-commotion-cerebrale-avec-lelection-de-trump

Les bras m’en tombent !

Mais c’est la tactique des adeptes de la justice sociale de cibler constamment et brutalement les hommes blancs comme les monstres de l’Histoire et donc responsables des maux et des échecs de chaque groupe minoritaire d’aujourd’hui et jusqu’à la fin des temps.

 Démontrez-nous, simplement, que vous n’êtes pas ces monstres de l’Histoire ;

Abrogez la doctrine chrétienne de la découverte ► l’INDIAN ACT ► Reconnaissez les Indiens comme souverains et considérez-les comme des êtres humains ► Ouvrez grandes les portes des réserves indiennes, dégondez les grilles même ► Et reconnaissez les faits…

Et on pourra dès lors vous prendre au sérieux !

Parce que oui, l’homme blanc est le monstre froid de toute l’Histoire, pour avoir notamment proclamé que « L’homme qui n’est pas blanc est inférieur » ou comme Jules Ferry en 1885 ► « Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures« .

“Les Américains sont le seul peuple moderne, à l’exception des Boers [en Afrique du Sud], qui de mémoire d’homme, ont totalement balayé du sol où ils se sont installés la population autochtone.”

◄ Frantz Fanon ►

Prouvez-nous donc le contraire !

JBL1960

Si voter Fillon pouvait changer quelque chose…

Y a longtemps que ce serait interdit, non ?

Bon, comme je le proposais déjà hier par ce billet ; Changez-tout, enfin presque…

« Notre travail est de donner aux gens non pas ce qu’il veulent, mais ce que nous décidons qu’ils doivent avoir »

Richard Salant ► ex-président de CBS news

►◄

« Un population mondiale totale de 250/300 millions d’individus, une diminution de 95% de la population actuelle serait idéale. »

Ted Turner ► milliardaire fondateur de CNN

►◄

Et dans ce billet : Un Lundi de Plus, avec la liste des licenciements mondiaux et plus encore, cela nous permet de comprendre que le retour au plein emploi c’est un gros mytho qu’il convient d’effacer aussi… Vu qu’en fait c’est en décroissance et en dépossession volontaire !

En rappel, la liste des licenciements mondiaux d’avant la tornade Trump ici, et

Ci-dessous ; La mise à jour par Pierre Jovanovic de la liste des licenciements mondiaux sur les 2 dernières semaines ET DANS CE SYSTÈME-LÀ au sein duquel il n’y a aucune solution comme développé dans ce billet « l’indécence programmée« .

LA LISTE DES LICENCIEMENTS DE 2 SEMAINES D’ÉLECTIONS du 21 au 25 novembre 2016 : Pendant que les attentions de tous les médias étaient braqués sur les élections outre-atlantique et ce dimanche sur les primaires en France, les entreprises en ont profité pour licencier afin de passer sous le radar. Regardez, c’est hallucinant. Quand je vois un cimentier qui vire 1.700 personnes, ça fait vraiment peur car le ciment, c’est un indicateur radical de l’économie, et non « bidouillable ».

Vous allez retrouver des méga-banques, un constructeur d’avions, Volkswagen, Mr Bricolage, les montres de luxe et surtout la liste de tout les secteurs plus ou moins connexes, sachant que de toute manière tout est relié. Ebay par exemple continue à licencier ses informaticiens. Mais surtout, VISA, le réseau mondial de carte de crédit a profité des élections US pour licencier… Si Visa licencie…. Sachez que je suis en retard en raison de mon reportage en Italie, et que j’ai encore une liste similaire de ces 15 derniers jours que je rajouterai… Courage à vous toutes et tous.

Abn Ambro Bank licencie encore encore et encore : 1.500 banquiers virés ! merci à tous les lecteurs et lectrices belges

Airbus France le service informatique risque d’être amputé de 110 salariés sur 870, merci à Georges

AOL l’opérateur internet licencie encore et encore : cette fois 500 salariés, merci à Kim

Banco Popular le groupe espagnol licencie encore et encore : cette fois 2.592 banquiers, merci à Myriam

Boeing l’américain licencie encore encore et encore : 500 ingénieurs de plus jetés à la rue !!!!! merci au lecteurs

Belvidere USA 4 fournisseurs de pièces détachées pour automobiles ferment et licencient 700 personnes: Android Belvidere II licencie 273 personnes, IAC Belvidere 298, Ventra Belvidere 89, Eberspaecher 39 merci à Mme Lefumeux

Bos Equipement hôtelier France la société de Chambéry avec 180 salariés vient de faire faillite !!!! Merci à Mr Pointet

Bretagne (région) toutes les boutiques Oranges sont en train de fermer les unes après les autres, merci à Mr brossard

Center For Independance groupe d’aide aux personnes seules se sépare de 1.062 aides à domicile, merci à Myriam

CK Hutchinson + Vimpelcom Italie les 2 groupes de télécom licencient 1.600 salariés, merci à Myriam

Coop Bank UK la banque coopérative anglaise ne coopère plus et jette à la rue 200 banquiers, merci à Myriam

Compass le groupe prépare un gros licenciement en Belgique d’au moins 300 personnes, merci à Mme Renneson

Daiichi Sankyo France va envoyer chez Paul Emploi 284 salariés ( sur 303 !!!! ) merci à Fabian

Douanes Françaises l’Etat a supprimé les douaniers dans 13 aérodromes français, merci à Mr Gozoux

Ebay Inde a viré 100 informaticiens de son centre à Bengalore, merci à Myriam

First Solar USA licencie encore et encore : cette fois 1.600 personnes ! Merci à Cédric

Flunch France le restaurant de Meaulte de 600 m2 avec 200 places ferme PAR MANQUE DE CLIENTS !!!! Le Flunch !!!!! Merci à Mr Dufrenoy

Gaignard Fleur France l’horticulteur d’Angers est en faillite: 32 salariés iront chez Paul Emploi, merci à Francine

Gap France rumeur de fermeture de magasins, merci à Mr Rodrigues

General Motors USA le groupe ferme 2 usines et jette à la rue 2.000 ouvriers, merci à Mr Rohrbacher

Hertz a licencié 150 salariés de l’aéroport de San Francisco, merci à Mme Lefumeux

Hess USA énergie vire 10% de son salariat soit 238 personnes, merci à Mr Ballerand

Intelligent Processing Solutions UK le groupe privé de traitement de chèques pour les banques jette à la rue 600 salariés, merci à Mme Lefumeux

Ineos France la raffinerie de Martigues vire 54 salariés sur 80 de son centre de technologie, merci à Mr Gozoux

Keppel avec les 3.000 virés en octobre dernier imaginez que le spécialiste du pétrole a viré un total de 8.000 salariés en 2016, merci à Myriam

La Poste Suisse fermeture de 600 bureaux de postes: au moins 6.000 personnes seront licenciées contrairement a ce que dit la direction, merci aux lecteurs suisses

Latecoere France (suite) jette à la rue 156 ingénieurs à Toulouse et à Tarbes, merci à Mr Le Flem

Leonteq Suisse le spécialiste Suisse des produits financiers dérivés jette à la rue 50 financiers, merci à Mr Paheim

Lloyds Bank la banque anglaise licencie encore et encore: 520 banquiers jetés à la rue et ferme 49 agences, merci à Mr Rohrbacher

Logo Lunettes France le lunettier installé dans le Jura a été liquidé : 170 salariés iront chez Paul Emploi, merci à Mr Mouton

Maple Leaf Foods Canada ferme son usine de préparation de dindes: 400 salariés iront chez Castor Emploi, merci à Gabriel

Mariott Bruxelles la chaîne hôtelière ferme son bureau et jette à la rue 137 salariés, merci à Gabriel

Mark et Spencer Belgique ferme son seul magasin à Bruxelle 18 mois seulement après son ouverture, merci à mon lecteur Belge

Mark et Spencer France ferme 7 grands magasins en France et jette 500 personnes à la rue, merci à Mr Tavano

Mark et Spencer UK en Angleterre le groupe ferme 52 boutiques et licencie 2.100 personnes, merci à Myriam

Megabus France la compagnie de transport lancée par le plan Macron a fait faillilte, 175 salariés vont se transporter chez Paul emploi, merci à tous les lecteurs

Ministère du Travail de Pennsylvanie si, si l’Etat a décidé de virer 600 fonctionnaires et de fermer 7 centres de John Emploi !!!!! Merci à Mme Lefumeux

Mr Bricolage France le groupe a décidé de fermer 17 magasins en France et va envoyer 238 personnes bricoler chez Paul Emploi, merci à tous les lecteurs

Nikon le célèbre fabricant d’appareils photos licencie 1.000 ingénieurs, merci à Olivier

Noble Energy licencie encore et encore: 60 techniciens jetés à la rue, merci à Mr Ballerand

Portland Cement le grand cimentier américain a décidé de jeter à la rue 1.700 ouvriers de plus . IL N Y A JAMAIS EU DE REPRISE AU USA !!!! Merci à Cédric

Posten Norvège les services postaux norvégiens licencient 550 postiers, merci à Myriam

Putnam Investments USA le groupe a licencié 115 financiers, merci à Myriam

Richemont Suisse ( Piaget,Vacheron Constantin ) le groupe de luxe d’horlogerie suisse jette à la rue 210 personnes, merci à tous les lecteurs suisses

Roche Suisse le groupe pharmaceutique jette à la rue 168 personnes à Bâle, merci à Mr Schooner

Shaw Communication Canada le groupe de télécom a licencié 200 techniciens, merci à Mme Lefumeux

Shell la multinationale continue à licencier un peu partout dans le monde: cette fois 380 salariés, merci à Marc

Société Générale France le pôle service client de Meylan dans le 38 va fermer et 125 salariés iront chez Paul Emploi. La Société Générale va fermer 5 autres PSC en France, merci à Lionel

SportsDirect Belgique avec 41 magasins en Belgique, la chaîne ferme 2 grands magasins et licencie 27 personnes, merci à Mme Renneson

Standard Chartered Bank a jeté à la rue 150 banquiers de son bureau des Emirats Arabes Unis, merci à Cédric

Thomson Reuters Suisse l’agence de presse licencie 50 personnes de son bureau de Genève, merci à Mr Schooner

UTI Logistics se sépare de 96 techniciens, merci à Myriam

Univision TV le grand groupe de médias télés jette à la rue 6% de son salariat, soit 250 journalistes techniciens et admins, merci à Stefan Molyneux

Van In-De Boeck l’éditeur de livres scolaires belges va jeter à la rue 38 salariés, merci à Mme Renneson

Visa le géant de la carte de crédit jette à la rue 213 salariés !!! Rumeur d’un licenciement supplémentaire de 1.500 en décembre 2016 !!! merci à Mme Lefumeux

VODD la société française de vidéos à la demande va fermer ses portes à la fin du mois, merci à Mr Dufrenoy

Volkswagen jette à la rue 30.000 ouvriers de plus, merci à tous les lecteurs

WSP Global Canada le groupe de sépare de 450 ingénieurs, merci à Myriam

Puisqu’il n’y a pas de solution au sein du Système et qu’il n’y en a jamais eu et bien c’est à nous maintenant !

Je vous recommande cette lecture pour affiner votre réflexion ;

Changement de paradigme politico-social : Les bases à adapter…

Les sociétés humaines ont vécu en sociétés égalitaires et d’associations libres pendant des millénaires. Ce mode sociétaire est partie intégrante de la nature humaine, la division politique puis économique des sociétés a généralisé la relation induite et artificielle du dominant/dominé ; relation qui s’est trouvée renforcée par l’outil de la centralisation du pouvoir par l’alliance d’intérêt oligarchique entre le prêtre, le chef de guerre et le juge, menant à terme à l’arme de destruction massive contre les peuples : l’État, devenu l’outil de l’institutionnalisation de la division oligarchique artificielle de la société, aujourd’hui en association (liens de corruption) avec les entreprises et entités financières transnationales.

Si nous voulons sortir de ce cycle oppresseur et mortifère, nous devons ramener la société des associations libres ancestrales en l’adaptant au monde moderne et ignorer État et institutions afin de nous reconcentrer sur l’association libres des individus se confédérant au nom de l’intérêt général et du bien-être de toutes et tous. Rien ne doit vraiment être inventé, il suffit de dépoussiérer ce qui existe depuis des millénaires mais fut enterré pas à pas et à dessein par l’oligarchie en contrôle de nos sociétés.

Ci-dessous figure un mode d’emploi parmi d’autres qui nous est rappelé par Fernand Pelloutier dans un texte plus que centenaire et malheureusement toujours d’une actualité si brûlante.
Question: pourquoi tous ces textes centenaires des Pelloutier, Landauer, Kropotkine, Bakounine, Proudhon, et bien d’autres nous paraissent-ils toujours tant d’actualité ?

Réponse: parce que rien n’a changé, rien n’a vraiment été fait pour changer le système et sortir de la division faisant régner chaos et oppression, et que tout reste finalement à faire sans toutefois n’avoir rien à inventer.

Qu’attendons-nous ?

~ Résistance 71 ~

Lire l’intégralité de l’article sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2016/11/18/changement-de-paradigme-politico-social-les-bases-a-adapter/

Et aussi, pour peaufiner le truc et au vue des preuves qui s’amoncellent sous votre nez que les futurs magiciens Marine MACRON-FILLON sont bien les prochains clowns de l’illusion démocratique ▼

Solution politique : La société dissout l’État dans sa résurgence organique (introduction à Gustav Landauer)

Introduction au texte de Gustav Landauer “Appel au Socialisme” (“Aufruf zum Sozialismus”), 1911 (réédition 1919)

 Résistance 71 |  Janvier 2016

 Gustav Landauer, philosophe, essayiste, enseignant, journaliste, dramaturge, romancier, critique de théâtre, traducteur de Shakespeare, d’Etienne de la Boétie et de Kropotkine en allemand, militant anarchiste (1870-1919) ; il fut sans aucun doute celui qui introduisit le plus avant les idées de Pierre Kropotkine dans le milieu anarchiste allemand à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.

Influencé par les idées de Kropotkine donc, mais aussi par Nietzsche, Proudhon, Tolstoï ainsi que par toute une branche du romantisme allemand et d’auteurs anglophones tels Goethe, Hölderling, Oscar Wilde, et Walt Whitman, Landauer a écrit une page spéciale dans la pensée anarchiste. En plus des nombreux articles et pamphlets écrits pour divers médias, notamment pour son propre journal “Der Sozialist”, il écrivit deux livres majeurs pour expliquer son concept de société organique contre l’État et sa “société des sociétés”. Le premier “Die Revolution” publié en 1909 fut suivi en 1911 de son œuvre majeure “Aufruf zum Sozialismus” ou “Appel au Socialisme”. L’ouvrage fut réédité en 1919 avec une nouvelle préface. C’est cette version dont nous vous proposons la traduction de très larges extraits qui seront publiés en quatre parties sur ce blog.

Lire l’intégralité de l’article ici ► https://resistance71.wordpress.com/2016/11/17/solution-politique-la-societe-dissout-letat-dans-sa-resurgence-organique-introduction-a-gustav-landauer/

Un changement de paradigme est nécessaire et indispensable, tant le programme qu’on nous propose en Amérique, et maintenant en France est totalement pourri et mortifère…

C’est par le réveil des « gens ordinaires » comme vous, comme moi et notre capacité à dire NON que nous deviendrons l’étincelle capable d’embraser tout l’ empire aujourd’hui. Et demain le souffle nouveau pour embraser tous les empires…

JBL960

source de l’image ► hublog.canalblog.com
Ce qui est sûr c’est que Fillon n’ira plus chez Mr. Bricolage !
Remarquez qu’ainsi il ne risquera pas d’y rencontrer Robert Rochefort…

CHANGEZ-TOUT !

CHANGEONS-NOUS D’ABORD !

Pour être acteur du changement…

Ici & Maintenant et d’où nous sommes !

Interconnectés et inter-reliés…

Avant de relayer cet article ► La vie dans la réserve indienne de Pine Ridge magistralement introduit par R71.

Je voudrais pour appuyer la démonstration qui va suivre avec « La vie dans la réserve indienne de Pine Ridge ». Attirer votre attention sur un article qui permet de comprendre pourquoi le peuple américain non éveillé d’aujourd’hui se trompe de chemin et doit se modifier d’abord, en changeant d’attitude tout simplement. Et tant qu’il n’aura pas compris ses erreurs et modifié sa position, son attitude ► Les Amérindiens continueront d’être, comme à Gaza, comme en Terres Africaines, comme dans les Terres Australasiennes ; Prisonniers sur leurs propres terres…

Alors maintenant ?

Par James Howard Kunstler – Le 14 novembre 2016 – Source kunstler.com

Via Le Saker Francophone

L’air de rien, l’Amérique a recraché Hillary Clinton la semaine dernière, comme un glaviot irritant mais qu’elle a dû ravaler comme une pilule amère appelée Donald Trump. Cela valait la peine de voir le brouillard de la mafia Hillary s’étaler sur les réseaux des médias, alors que la narrative « Je suis avec elle / c’est son tour» n’était qu’une couverture pour l’équipe de pilleurs qu’est devenu l’establishment permanent à Washington DC, y compris la Fondation Clinton. […]

M. Trump pourrait ne pas le savoir encore, mais sa tâche principale sera de gérer la contraction économique. Cela semble problématique, puisque sa promesse principale – «Make America Great Again» – est basée sur le redémarrage des expansions épiques des XIXe et XXe siècles. Eh bien, les choses ont changé. Ce n’est plus un continent vierge rempli de filons, de champs pétroliers inexploités et de gisements fabuleux qui implorent d’être exploités. En fait, nous sommes sur le point d’être au bout de ces ressources. Et l’économie techno-industrielle élaborée à partir de ces actifs est salement vacillante. […]

Les États-Unis gaspillent leur vitalité en essayant de maintenir un empire mondial à moitié garanti de supposés intérêts économiques, idéologiques et existentiels. Dernièrement, ce projet malheureux n’a abouti qu’à des guerres sans fin, dans des endroits qui ne nous appartiennent pas. Cela comprend des expériences imprudentes, telles que la promotion de changements de régime (Irak, Libye, Ukraine, Égypte, Syrie) et des exercices insensés et provocateurs, comme l’utilisation des forces de l’OTAN pour mener des jeux de guerre près de la frontière russe. Le coût monétaire de tout cela est hors limites, bien sûr, redondant avec le désordre financier. […]

Troisièmement vient la question de la façon dont les Américains habitent : le fiasco des banlieues et tous ses accessoires et autres meubles. Vous pouvez juste faire une croix dessus. Le grand projet qui attend ce pays est celui de la façon dont nous pourrions redistribuer notre population autour de communautés pédestres réaménagées et dotées d’économies localisées, y compris une agriculture remaniée. […]

Lire l’intégralité de l’article sur LSF ► http://lesakerfrancophone.fr/quoi-maintenant

Ce que vous appelez le Nouveau Monde n’a jamais été un continent vierge ! Il est là votre plus gros problème, c’est de croire encore aujourd’hui que vous êtes arrivés en Terra Nullius ;

La découverte chrétienne et terra nullius, de manière supposée, des concepts légaux et scientifiques, sont à l’œuvre aujourd’hui aux États-Unis et dans bien d’autres endroits (NdT: Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, tous les pays du commonwealth sous domination de la couronne / City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican). Elles sont la racine du vol des terres apaches au bénéfice de la grande entreprise transnationale minière Rio Tinto et de l’invasion du territoire de Standing Rock au bénéfice de l’Energy Transfer Partners Corporation. Dans chacun de ces endroits, les peuples indigènes sont vus comme se trouvant “en travers du chemin” de l’extraction coloniale des ressources naturelles.

La doctrine chrétienne de la découverte prescrit que les Indiens ne peuvent pas détenir de titre de propriété, mais ne peuvent “qu’occuper les sols” avec la “permission” du gouvernement. Le fait que les peuples originels ont été sur Oak flat et Standing Rock “depuis des temps immémoriaux” ne compte absolument pas dans les esprits des extracteurs coloniaux.

Et cette Théorie de la connerie à laquelle vous vous accrochez est démontée ici ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/11/12/la-theorie-de-la-connerie/

►◄

Le fait que le Clan Clinton représente à vos yeux la gauche américaine est une illusion supplémentaire à effacer d’urgence de vos cortex et je vous recommande de lire Robert Graham et son « Anarchie contre Hiérarchie » qui m’a permis de rédiger ce billet ► Plus aucune autorité ! Parce que l’appel au socialisme sur lequel s’appuyer pour ériger la société des sociétés c’est Gustav Landauer qui en parle le mieux, il me semble, et non Killary ► C’est à nous maintenant ! Et encore moins le nouveau maitre de la Maison Blanche…

►◄

Dernièrement, ce projet malheureux n’a abouti qu’à des guerres sans fin, dans des endroits qui ne nous appartiennent pas.

Mais rien ne vous appartient ! Vous n’êtes propriétaire de rien, vous croyez être les propriétaires ; Nuance ! « Vous êtes venus, vous avez vu et ils sont morts… »

Enfin pas tous, c’est bien là votre problème et comme Killary, comme Trump vous estimez que les Indiens ne sont pas souverains…

Vous avez bâti votre Nouveau Monde sur du sable mouvant… Par un dol avec violence !

►◄

Le grand projet qui attend ce pays est celui de la façon dont nous pourrions redistribuer notre population autour de communautés pédestres réaménagées et dotées d’économies localisées, y compris une agriculture remaniée.

Qui est ce nous ? Quel est votre avis sur la destruction minutieuse du mode de vie indigène, des cultures et des âmes depuis le XVIème siècle ?  Et que faites-vous des réserves indiennes et des gens qui vivent dedans ? Et que vous ne considérez pas comme étant humains ?

~~~~▼~~~~

Résistance au colonialisme : Les conditions dans le camp de prisonniers de guerre #44 : la réserve de Pine Ridge… Du Dakota à Gaza !

Url de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2016/11/20/resistance-au-colonialisme-les-conditions-dans-le-camp-de-prisonniers-de-guerre-44-la-reserve-de-pine-ridge-du-dakota-a-gaza/

“un régime criminel possède tous les traits de caractère d’un psychopathe non traité: une cruauté permanente et une violence envers les faibles, un besoin inextinguible pour toujours plus de pouvoir et une incapacité à reconnaître ou à corriger sa propre attitude criminelle. Que ces caractéristiques soient celles d’un individu ou d’une nation, elles ne peuvent être traitées qu’en découvrant les torts originels et non exprimés faits au psychopathe dans son enfance qui l’incitent à perpétrer et perpétuer un règne de terreur chez les autres.
La vérité au sujet de notre passé, en tant que nations ou peuple, est stockée dans notre corps, et bien que nous ne pouvons pas l’exprimer, nous ne pouvons pas la changer. Notre intelligence peut être trompée, nos sentiments manipulés et nos conceptions des choses rendues confuses, notre corps peut être trompé par des médicaments ; mais un jour notre corps présentera la facture, car il est aussi incorruptible qu’un enfant, qui, toujours entier en esprit, n’acceptera aucun compromis ou excuses et ne cessera pas de nous tourmenter jusqu’à ce que nous arrêtions de fuir la vérité.”
~ Alice Miller, psychologue (Ph.D), spécialiste de la psychologie traumatique enfantine, auteure de 13 ouvrages traduits en 30 langues ~

Dans la citation qui suit, remplacez le mot “Africain” par le mot “Indien” ou « Palestinien » et observez l’interchangeabilité de la méthodologie colonisatrice. De fait la méthodologie n’est effective que par l’idéologie qui la gouverne…

“Pour l’Africain en particulier, la société blanche a brisé son ancien monde sans lui en donner de nouveau. Elle a détruit les bases tribales traditionnelles de son existence et barre la route de l’avenir après avoir fermé la route du passé…” (Frantz Fanon, 1952).
En 1951, Albert Camus dans son exceptionnel “Homme révolté” clamait : “L’empire est en même temps guerre, obscurantisme et tyrannie, affirmant désespérément qu’il sera fraternité, vérité et liberté : la logique de ses postulats l’y oblige.”

Rien n’a changé, mais nous entrons dans une ère propice à une mise en phase des concepts et des idées, parce que les écrans de fumée se lèvent et que cœurs et esprits ressurgissent enfin des abîmes léthargiques.

L’article ci-dessous, paru sur Al Jazeera en anglais et traduit en français sur Chroniques de Palestine, est à lire et à diffuser sans aucune modération et tout comme nous avons pu remplacer le mot « Africain » par le mot « Indien » dans la citation de Fanon ci-dessus, remplaçons également le mot de « Pine Ridge » par celui de « Gaza ». Interchangeable on vous dit !… Amérindiens, Palestiniens… même combat ! 

~ Résistance 71 ~

 La vie dans la réserve indienne de Pine Ridge

 Patrick O. Strickland |  18 novembre 2016 |  Url de l’article en français : http://chroniquepalestine.com/vie-reserve-indienne-pine-ridge/

Article original paru en anglais sur Al Jazeera le 2 novembre 2016

La maison d’une pièce de Donald Morrison, cachée derrière une rangée d’arbres, ne peut être jointe que par un chemin de terre d’un demi-kilomètre de long.

Il vit sur les terres ancestrales de sa famille. La remorque où vivaient son oncle et son frère est à proximité. La cour de Donald est parsemée de voitures rouillées – décomposées et à moitié démembrées, fouillées pour les pièces de rechange.

A quelques mètres de l’escalier en bois menant à sa porte d’entrée se trouve la structure décrépite – fabriquée à partir d’une remorque, de ferraille et de bâches – où il a vécu pendant deux décennies avant que les familles ne décident en 2011 de vivre ensemble.

Donald, âgé de 60 ans, a vécu sur la terre de sa famille toute sa vie. Le temps passe lentement dans son coin de la Réserve de Pine Ridge, et à aucun moment dans ces 60 dernières années, les autorités locales n’ont connecté sa minuscule communauté familiale de cabanes et de remorques au réseau électrique de la réserve, ni fourni l’eau courante.

Ils utilisent des batteries de voiture et des générateurs pour quelques heures d’électricité par jour, et Donald chauffe un seau d’eau de cinq gallons sur un poêle à bois pour se baigner et laver ses vêtements quelques fois par semaine.

La Réserve de Pine Ridge dans le Dakota du Sud, qui englobe plus de 2,8 millions d’acres, a été créée en 1889, sous le nom de Camp 334, pour les prisonniers de guerre indigènes que les colons blancs ont poussé vers l’ouest à travers le continent nord-américain.

Elle abrite l’Oglala Lakota, une tribu qui fait partie intégrante du peuple Sioux.

Tout comme les réserves amérindiennes à travers les États-Unis, la communauté autochtone de 38 000 personnes est déconnectée des circuits économique de l’État et n’a pas été touchée par le développement.

Une des plus démunies de ces réserves, Pine Ridge, est affectée par un taux de chômage de 80 à 90%, avec un revenu moyen par personne de 4000 dollars par an d’après l’étude réalisée en 2007 par l’ONG Re-Member.

Le Bureau du recensement des États-Unis a révélé en 2014 que plus de 52% des résidents à Oglala Lakota, le plus grand des trois comtés de Pine Ridge, vivaient en-dessous du seuil de pauvreté.

Dans ce contexte de pauvreté et de chômage, la santé publique a souffert, selon Re-Member. Plus de 80% des résidents souffrent d’alcoolisme. Un quart des enfants sont nés avec un syndrome d’alcoolisme fœtal ou des conditions similaires. L’espérance de vie – 48 ans pour les hommes, 52 ans pour les femmes – est la deuxième plus basse de l’hémisphère occidental, juste derrière Haïti, le pays des Caraïbes.

Les taux de tuberculose et de diabète sont huit fois plus élevés que les moyennes nationales, tandis que le taux de cancer du col de l’utérus est cinq fois plus élevé que la moyenne américaine.

Par cette après-midi lumineuse mais froide de fin octobre, Donald traverse sa cour, passe devant la dépendance, fait le tour de la vieille berline rouillée à laquelle son chien est enchaîné, et arrive au paquet de bois qu’il a coupé plus tôt dans la semaine. Il emporte quelques morceaux de bois à l’intérieur de sa maison et en ressort après un court instant.

Un faisceau de fils relie la batterie de sa camionnette Ford à un générateur électrique grondant sur son porche. Cette source d’électricité lui permet de regarder quelques heures de télévision chaque soir avant de se coucher.

Donald et ses frères et sœurs ne sont jamais allés à l’école. Et bien qu’il comprenne une bonne quantité d’anglais, il n’a jamais appris à parler couramment une autre langue que sa langue maternelle, le Lakota.

Bien que les Channels 5, 9 et 12 ont diffusé les débats présidentiels très médiatisés entre la candidate démocrate Hillary Clinton et son homologue républicain Donald Trump, Donald explique qu’il a seulement été en mesure de regarder les faits les plus marquants dans les nouvelles.

« Cela ne fait pas vraiment une différence pour nous ici », dit-il en parlant des prochaines élections.

Étant donné que ni Trump ni Clinton ne répondent à leurs besoins spécifiques, de nombreux résidents de Pine Ridge disent qu’ils ont été oubliés par la société dominante, abandonnés par les politiciens et négligés par les institutions de l’État.

Après des années de requêtes auprès du gouvernement tribal local – qui administre la réserve sur une base semi-autonome – et les autorités du comté pour l’eau courante et l’électricité, Donald s’est résigné à passer les dernières années de sa vie sans l’une ni l’autre. « J’ai finalement abandonné », se souvient-il.

« Ils disent simplement qu’ils ne peuvent pas m’aider. C’est une perte de temps. »

Donald et son frère Roland, âgé de 67 ans qui vit dans une remorque à cinq minutes de marche sur les collines qui coupent en deux la terre de leur famille, survivent les deux premières semaines de chaque mois grâce aux bons d’alimentation.

Au cours de la deuxième moitié de chaque mois, ils se partagent la viande en conserve et les pâtes offertes par des organismes de bienfaisance et des gens du pays. Lorsque les dons ne suffisent pas et qu’ils disposent d’assez d’argent pour faire le trajet de 48 kilomètres jusqu’à la ville la plus proche, ils reçoivent des boîtes de conserves provenant d’une usine de transformation de la viande.

Roland a quitté la réserve pour la première fois de sa vie en avril, lorsqu’il a été transporté par avion dans un hôpital de Rapid City pour une opération chirurgicale d’urgence après avoir glissé dans la neige et s’être brisé la hanche alors qu’il coupait du bois de chauffage.

Uniquement capable de se déplacer avec un déambulateur, Roland, qui porte une veste couverte de saleté et tire régulièrement sur son jean trop grand qui ne cesse de glisser, dit qu’il ne sera jamais en mesure de payer les 2000 dollars de factures médicales, avec les petites sommes d’argent qu’il obtient avec ses petits boulots pour les voisins et les éleveurs. « Je ne pourrai pas travailler jusqu’au printemps maintenant », dit-il.

Roland s’est rendu à un point d’inscription des électeurs en ville le mois dernier pour avoir un café gratuit, mais lui et ses frères affirment qu’aucun d’entre eux n’a l’intention de voter le 8 novembre.

Le bureau de John Yellowbird Steele, le président des autorités de la tribu sioux Oglala à Pine Ridge, n’a pas répondu aux nombreux appels d’Al Jazeera pour commenter cet article.

Le gouvernement tribal exerce la juridiction sur les crimes commis par les membres tribaux et d’autres peuples autochtones sur la réserve. Au fil des ans, cependant, les autorités fédérales ont réduit la souveraineté tribale sur les réserves des Amérindiens par le biais de diverses lois.

« Les dures conditions du colonialisme »

Plus de 5,1 millions de personnes aux États-Unis se reconnaissent comme totalement ou partiellement Natifs Américains ou Natifs Alaska, selon le US Census Bureau. Jusqu’à 2,5 millions de personnes se sont identifiées comme totalement indigènes ou autochtones de l’Alaska. De ce total, plus de la moitié ne vivent pas dans des réserves.

Malgré des conditions très différentes dans les communautés autochtones, le Groupe de travail international pour les affaires autochtones estime que « le revenu par habitant dans les régions indiennes est environ la moitié de celui de la moyenne américaine, et le taux de pauvreté est environ trois fois plus élevé ».

Les réserves, dont celle de Pine Ridge, exercent également divers degrés de semi-souveraineté sous l’autorité du gouvernement fédéral américain.

Nick Estes, un doctorant de l’Université du Nouveau-Mexique dont les recherches portent sur l’histoire et la décolonisation des autochtones, soutient que les problèmes qui persistent aujourd’hui – et qui découlent de la pauvreté intergénérationnelle de Pine Ridge – sont enracinés dans l’histoire coloniale de l’Amérique.

Clinton, Trump et le reste de l’establishment politique américain sont incapables de fournir des solutions durables pour les Lakota de Pine Ridge ou le reste des 566 entités tribales reconnues au niveau fédéral aux États-Unis, dit-il.

La pauvreté actuelle qui préoccupe de nombreuses communautés autochtones – dans et en dehors des réserves – est fermement enracinée dans la liste historique des massacres, du nettoyage ethnique, du vol de terres et des traités violés dont ont été victimes les autochtones en Amérique du Nord, dit Estes. « Le fait est que les autochtones sont pauvres non pas parce qu’ils n’ont su accéder à la civilisation. Avant que les colonisateurs ne viennent, nous n’étions pas considérés comme pauvres ».

Le 29 décembre 1890, l’armée américaine a commis à Wounded Knee l’un des massacres les plus sanglants infligés aux peuples indigènes en Amérique du Nord, quand des soldats ont massacré entre 150 et 300 indiens Lakota dirigés par le Chef Spotted Elk (également connu sous le nom de Chief Big Foot) qui étaient sortis des frontières de la réserve imposées par les autorités américaines.

Des civils ont ensuite été engagés pour transporter les corps dans une fosse commune.

Plus de 100 000 indigènes ont été contraints d’intégrer des internats chrétiens qui sont apparus à l’époque du Président Ulysse Grant en 1869 et ont continué à exister jusqu’à la fin du 20ème siècle.

Séparés de leur famille, les enfants de ces écoles « ont subi une litanie dévastatrice d’abus, d’assimilation forcée et de travail éreintant, ainsi qu’une violence sexuelle et physique généralisée », rapporte une étude d’Amnesty International publiée en 2007.

En 1973, à Pine Ridge, environ 200 membres du Mouvement des Indiens d’Amérique (AIM), une organisation de défense des droits civils fondée en 1968, et des militants de la communauté d’Oglala Lakota ont occupé Wounded Knee pour protester contre la répression politique du président tribal Dick Wilson.

Wilson, qui avait créé une milice privée pour réprimer les dissidents, était soutenu par les organismes chargés de l’application des lois américaines, dont le Federal Bureau of Investigation. Les militants ont exigé que Wilson démissionne et que le gouvernement américain respecte les traités.

Après un blocage de 71 jours de ces organismes, les militants ont mis fin à l’occupation sans obtenir la démission de Wilson. Des dizaines d’opposants du gouvernement tribal ont été tués dans les années suivantes et le gouvernement américain a refusé de s’impliquer, arguant qu’il ne pouvait pas forcer le chef autocratique à démissionner.

En 1977, Leonard Peltier, militant de l’AIM, a été condamné à deux peines de prison consécutives deux ans plus tôt, accusé d’avoir tué deux agents du FBI à Oglala, une ville de Pine Ridge. Amnesty International et d’autres groupes de défense des droits de l’homme ont fait part de leurs « préoccupations concernant l’équité » de son procès et de sa condamnation, et de nombreux militants considèrent que Peltier est un prisonnier politique.

« Ne pas comprendre pour quelles raisons les autochtones sont pauvres et criminalisés fait qu’il est impossible de comprendre la structure du colonialisme comme une condition préalable à cette pauvreté », dit Estes.

Citant « les conditions intenses du colonialisme », Estes relie cette histoire à la pauvreté actuelle, ainsi qu’à l’augmentation des taux de meurtres et d’incarcérations policières. « Ce n’est pas seulement quelque chose qui s’est produit dans le passé. On ne peut pas guérir d’une blessure qui continue à vous faire souffrir, et le traumatisme est continuellement infligé. »

Les enfants paient le prix de la pauvreté

Cheryl Locke, une enseignante locale, vit dans une petite maison en bois, de couleur bleue et blanche, dans un cul-de-sac au sommet d’une colline dans le quartier Evergreen au nord de Porcupine, à 38 kilomètres de la ville principale de Pine Ridge, du même nom que la réserve. Elle partage deux chambres avec ses quatre enfants adultes et deux petits-enfants.

Cheryl, enseignante depuis plus de 16 ans à Pine Ridge, a été témoin d’une succession d’enfants qui subissent les conséquences de la pauvreté, de l’alcoolisme et de la consommation croissante de drogues.

Pendant qu’elle parle, son petit-fils de six ans, Tyrell, est assis sur le sol de linoléum gris du salon et s’efforce de lacer ses chaussures. Sur le mur derrière lui est accroché un tableau de Sitting Bull, un chef indien qui a uni les tribus Sioux au 19ème siècle.

Née à proximité de Wounded Knee, Cheryl a déménagé de la réserve pour l’université et est ensuite revenue pour tenter d’aider sa communauté par le biais de conseils et de l’enseignement. En expliquant que beaucoup de ses élèves vivent dans des foyers où il y a des familles nombreuses et où la surveillance des parents est faible, elle dit : « Il y a un surpeuplement et aucune fourniture à la maison, même pas de lits, certains d’entre eux dorment sur les planchers ou n’importe où, et ils sont censés être 100% performants… »

Au cours des premières années où elle était enseignante, Cheryl se sentait frustrée lorsque les élèves venaient en classe fatigués et sans avoir fait leurs devoirs. « Après un certain temps, j’ai compris d’où ils venaient et de ce qu’étaient leurs conditions de vie à la maison. »

Pour aggraver les choses, les enseignants comme Cheryl se battent souvent contre le manque d’argent et de fournitures scolaires, se tournant vers les organisations caritatives pour trouver de l’aide.

« Certains d’entre eux – peut-être leurs parents étaient-ils absents et sont-ils restés sans surveillance … doivent se lever seuls et prendre le bus … L’un d’eux a mentionné [récemment] qu’il n’y avait pas assez de place dans leur maison …. Il lui a dit : « Il y a des gens qui dorment sur le plancher de la cuisine ».

Avec de nombreux parents d’élèves dans la Réserve de Pine Ridge souffrant d’alcoolisme et un nombre croissant d’habitant devenus dépendants aux stupéfiants et stimulants, comme les méthamphétamines, Cheryl doit assurer le rôle de travailleuse sociale en même temps que d’enseignante.

La partie la plus difficile de la semaine scolaire, dit-elle, sont les deux premiers jours, lorsque de nombreux écoliers reviennent de week-ends sans s’être reposés.

« Jeudi et vendredi, ils se mettent à redouter de rentrer à la maison, parce que certains d’entre eux vont retrouver des lieux où l’on boit et où ils seront négligés, livrés à eux-mêmes », dit Cheryl, expliquant également que de nombreux élèves n’ont pas d’autre réel repas que celui de la cafétéria de l’école.

Les enseignants de la réserve de Pine Ridge font tout ce qu’ils peuvent pour donner de l’espoir aux jeunes générations, malgré le manque d’opportunités éducatives et professionnelles. Le taux de suicide dans la réserve est deux fois supérieure à la moyenne nationale, toutes les tranches d’âges confondues, et quatre fois la moyenne nationale pour les adolescents selon l’organisation Re-Member.

Cheryl dit aussi avoir éprouvé un sentiment écrasant d’impuissance et de chagrin quand une de ses anciennes élèves s’est suicidée l’année dernière.

L’étudiante, qui était arrivée à la huitième année, a été retrouvée par son frère cadet, qui était dans la classe de Cheryl à l’époque. « L’élève, que je ne vais pas nommer, était une fille très intelligente. Elle était au top de la classe », se souvient-elle avec émotion. « Son frère l’a trouvée … ça l’a vraiment affecté et il a [plus tard] essayé de faire la même chose. »

Entre décembre 2014 et février 2015, cinq jeunes de la réserve, âgés de 12 à 15 ans, se sont suicidés, ont rapporté à l’époque les médias locaux. La série de suicides a incité les fonctionnaires tribaux à déclarer l’état d’urgence.

Mais les suicides ne se limitent pas aux jeunes.

En bas de la route qui mène à la maison de Cheryl, son frère Darrell travaille sur sa voiture tandis qu’une puissante rafale de vent souffle la poussière sur sa pelouse desséchée.

Darrell, qui survit de subsides du gouvernement fédéral en raison d’une blessure à la jambe qui l’a rendu incapable de travailler il y a plus de 10 ans, claudique à travers la cour et s’assied sur une chaise de jardin en plastique.

Il ouvre un journal datant de décembre 2014, montrant la photo de face de son fils de 30 ans Allen, qui a été abattu par la police à sa maison à Rapid City où il avait déménagé 10 ans plus tôt pour trouver du travail.

Debout avec son jeune fils Sincere, Allen porte une casquette de base-ball tournée vers l’arrière, un polo bleu rayé, des jeans noirs et des bottes de travail beige. Il y a un sourire sur le visage de Sincere et une chemise trop grande retombe de ses épaules. « Un autre natif tué par la police à Rapid City, » dit le titre.

« Allen était un homme qui travaillait … il aimait sa famille », dit Darrell.

« Je pensais que j’allais être le premier à mourir – au moins avant mes enfants, je ne pensais pas que cela arriverait, rien de tout cela, c’était un grand choc pour moi. »

La police avait été appelée à la maison par la femme d’Allen, qui était inquiète parce qu’il était ivre, sous l’influence de la drogue et assis sur le plancher de la cuisine avec un couteau.

Une déclaration diffusée plus tard par la police a prétendu qu’Allen tenait un couteau et a attaqué l’officier. Des témoins ont admis que Allen avait un couteau.

« C’est une bonne journée pour mourir », aurait dit Allen, selon le rapport de la police. L’incident était qualifié de « suicide par flic » et l’analyse toxicologique aurait révélé de l’alcool, de la marijuana et les méthamphétamines dans le système sanguin d’Allen.

 « Un génocide liquide »

Le long des routes sinueuses à la périphérie du village d’Oglala, il y a de petits quartiers d’une douzaine de cabanes et de remorques à moitié ruinées. Nombre d’entre elles sont financées par le gouvernement fédéral.

Des voitures s’arrêtent à côté de la route et attendent le passage d’une file de véhicules précédés d’hommes à cheval. Les hommes tiennent des drapeaux de la nation d’Oglala Lakota, du Mouvement indien américain et de l’Île de la Tortue, le nom que beaucoup d’indigènes emploient en parlant de l’Amérique du Nord.

Olowan Martinez est assis sur le porche arrière de la maison de sa tante à Oglala, alors que le soleil couchant disparaît peu à peu derrière les sommets des collines.

Olowan, âgée de 43 ans et la mère de trois enfants, ne prête guère d’attention à l’élection présidentielle en cours.

« Les politiciens emploient de grands mots et font de grandes promesses », dit-elle. « Quand on en vient à ce qui se passe ici, les gens [que vous voyez] sur ces chemins de terre sont oubliés. »

Olowan dit qu’elle a lutté avec l’alcoolisme pendant des années avant de finir par totalement abandonner l’alcool 11 ans après la mort de sa mère.

L’alcool a infligé une série de tragédies dans sa famille et continue de le faire. Ses deux parents sont morts d’une cirrhose du foie due à l’alcool. Son frère a été tué par un homme ivre. Le petit ami de sa fille de 16 ans a été tué par un conducteur ivre lors d’une collision frontale l’an dernier.

En disant que l’alcool est « la pisse de l’homme blanc », elle fait valoir que l’usage répandu de l’alcool et des drogues a été exploité pour empêcher les peuples autochtones de s’organiser politiquement : « L’alcool a été utilisé comme outil de manipulation pour prendre nos terres. Nous buvons et nous sommes floués. »

Depuis la mort de ses parents, Martinez est devenue l’une des militantes Lakota qui mènent le combat contre les magasins d’alcool à Whiteclay, une ville sur la frontière entre le Dakota du Sud et le Nebraska, à seulement trois kilomètres du village de Pine Ridge.

Whiteclay est juste route entre deux rangées de magasins décrépits, la plupart d’entre eux fermés. Parmi les magasins se trouvent quatre petits magasins d’alcool qui vendent une moyenne de 13 000 canettes par jour, soit plus de quatre millions par an selon le groupe de surveillance Alcohol Justice. La plupart de ces ventes se font en contrebande à Pine Ridge, où l’alcool a été interdit par le gouvernement tribal.

Avec une population de 12 âmes, Whiteclay est enregistrée comme une ville, avec quelques petits bâtiments et aucun quartier. Le poste de police le plus proche est situé à plus de 30 kilomètres.

En 2013, Martinez a été arrêtée à Whiteclay car les manifestants avaient bloqué la route pour empêcher les camions de livraison de prendre la bière dans les magasins. On lui a infligé une série d’accusations de vandalisme, de méfait criminel et de menaces. La procédure judiciaire est en cours.

Citant les taux élevés d’alcoolisme et de syndrome d’alcoolisme foetal, elle déclare que les magasins d’alcool de Whiteclay provoquent un « génocide liquide » contre les Lakota de Pine Ridge, en vendant de l’alcool à des personnes souffrant d’alcoolisme intergénérationnel.

« Whiteclay est là depuis plus de 100 ans avec une intention claire : nous vendre de l’alcool, et c’est ce qu’il fait », dit-elle, portant le blâme d’une augmentation de la violence sur les propriétaires des magasins.

En août, Sherry Wounded Foot, une femme Lakota de Pine Ridge, s’est rendue dans Whiteclay. Le lendemain matin, cette femme âgée de 50 ans a été retrouvée battue à mort et agonisante.

La police soupçonne qu’elle ait été attaquée et agressée, même si aucun officier n’était à Whiteclay au moment de l’incident.

Sherry Wounded Foot est morte 12 jours plus tard. Sa famille craint que le mystère entourant sa mort ne soit pas résolu, selon les médias locaux.

Pour aggraver les choses, l’avènement des drogues – à savoir les méthamphétamines – ces dernières années a littéralement horrifié Olowan. Elle raconte qu’au cours de l’été, elle a fait tous les revendeurs dans son quartier et dans les villages voisins pour les avertir de ne pas adresser la parole à ses enfants. « Nous allions dans les maisons et nous nous assurions qu’ils ne parleraient pas à mes enfants », dit-elle.

Le 16 octobre, le neveu d’Olowan, Vinnie Brewer, a été abattu dans ce qui était censé être une dispute au sujet d’un trafic de méthamphétamines. Plusieurs hommes se sont approchés de lui dans le parking d’un centre de jeunesse et ont ouvert le feu, le tuant sur place.

En réponse à la mort de Brewer, la police tribale a mis en vigueur des couvre-feux, pour les moins de 18 ans, à 21 heures les soir d’école et à 22 heures le week-end. Il n’y a que 24 policiers sur la réserve, mais 20 autres agents ont été demandés au Bureau des affaires indiennes, un organisme du gouvernement fédéral des États-Unis.

John Yellowbird Steele, le président de la tribu, a déclaré: « Si une personne prend ici le temps de réfléchir, elle peut relier tous les points. Dans plusieurs incidents, des membres de notre tribu ont été assassinés et tout est lié à la drogue ».

De retour chez elle le lendemain du meurtre de son neveu, Olowan allume une cigarette tandis qu’elle parle de sa mort. « J’ai peur pour mon peuple, j’espère que nous nous réunirons et commencerons à surveiller nos quartiers », dit-elle.

« La question de Whiteclay étant déjà présente, j’espère qu’il y aura assez de conscience pour sauver les jeunes [en ce qui concerne les méthamphétamines] ».

« Que puis-je faire pour améliorer les choses ? »

Jerome High Horse, âgé de 66 ans et habitant le village de Wanblee à Pine Ridge, aide ses voisins âgés à monter la garde à l’extérieur de leurs maisons quand il semble y avoir un pic dans les vols commis par des trafiquants de drogue et des criminels.

C’est un homme de grande taille avec une seule tresse qui déborde de sous son chapeau de cow-boy. Sur son avant-bras gauche, il a un tatouage qu’il a dû faire lui-même, passé du noir au gris au cours des quatre dernières décennies : « Jethro N ‘Theresa », lit-on.

Jérôme est assis sur son porche, fumant un cigare. Derrière lui, une tête de cheval est peinte sur le flanc de sa maison. Ce père de sept enfants estime que monter la garde fait partie de son devoir d’assurer un environnement plus sûr pour toutes ces personnes qui se débattent déjà avec la pauvreté et d’autres problèmes.

Sa vie d’adulte a été divisée entre le travail en tant qu’ingénieur hors de la réserve et le retour chez lui pour de longues périodes afin d’y construire des projets caritatifs.

Avec ses parents et ses neuf frères et sœurs, il a grandi dans une cabane de deux pièces sur un sol de terre battue. Bien qu’il ait pu en partir, il rappelle que le niveau de pauvreté et de négligence des institutions à l’égard de la réserve rend impossible pour la plupart des gens d’être aussi chanceux qu’il l’a été.

Quand Jérôme était adolescent, il a été envoyé dans un pensionnat chrétien. Le premier jour, raconte-t-il, les enseignants et les religieuses ont forcé les enfants à tremper leur tête dans des cuves de produits chimiques. « Ils ont emmené tous les garçons derrière un des bâtiments [de l’école]. Ils ont plongé notre tête dans [les bacs]. Ils pensaient que parce que nous étions des Indiens, nous étions pouilleux et avions de la vermine », se souvient-il en hochant la tête.

Le lendemain matin, les têtes des écoliers ont été rasées. Chaque fois qu’il parlait en Lakota, les religieuses frappaient le dessus de ses mains avec une règle.

« Quand j’avais 14 ans, j’ai décidé qu’il fallait qu’il y ait une meilleure façon de vivre, parce que j’ai vu les luttes, les délabrements. Ce qui nous a tenu ensemble, c’était [de faire des choses comme] couper du bois pour la communauté. »

Après avoir terminé ses études secondaires et quitté la réserve, Jérôme a servi deux ans, de 1970 à 1971, dans l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam.

En 2010, Jérôme et son épouse Theresa prirent leur retraite et retournèrent à Pine Ridge. En deux ans, ils ont fondé Families Working Together, un organisme de bienfaisance pour aider les habitants les plus démunis de la réserve. « Je me suis demandé, ‘Que puis-je faire pour améliorer les choses?’ » se rappelle-t-il.

Cette organisation recueille des dons dans tout le pays, y compris de l’argent, de la nourriture, des matériaux de construction, des médicaments et d’autres nécessités. Une maison est actuellement en construction pour un père et un fils sans abri à Wanblee sur un bout de terre acquis par le gouvernement tribal.

« Nous apportons toujours des camions chargés de nourriture et de tout ce que vous pouvez imaginer. Et nous avons beaucoup de gens qui n’ont ni électricité ni eau », dit Jérôme. Son organisation construit aussi de minuscules maisons et effectue des réparations à domicile pour les personnes vivant dans des maisons en ruine.

« Nous sommes tous les uns avec les autres, j’ai grandi avec ce concept et j’ai toujours été amené à croire qu’en tant qu’Indiens, nous serons traités différemment en raison de qui nous sommes. La valeur que nous avons, c’est de veiller les uns sur les autres. Cette façon de vivre est une bonne façon de vivre. »

De retour chez elle, Olowan Martinez dit que la réserve de Pine Ridge ne devrait pas être un objet de pitié. « Les gens regardent nos communautés ici sur la réserve indienne de Pine Ridge … et tout ce que vous voyez, c’est la pauvreté, la violence et le mal. Mais il y a tellement de bien qui est venu d’ici – non seulement pour notre patrie mais pour toutes les nations autochtones, » dit-elle.

« Ils ont essayé de nous effacer, ils nous ont collés dans cette réserve, ce camp de prisonniers de guerre, et ils ont pensé que nous allions mourir, mais c’est notre terre, nous sommes faits de cette terre. Et aujourd’hui, nous sommes toujours là. »

* Patrick O. Strickland est un journaliste et grand reporter américain indépendant spécialiste des questions de justice sociale et des droits humains au Moyen-Orient et spécialement en Palestine. Il écrit pour de nombreux médias notamment al-Jazira, Alternet, VICE News, Deutsche Welle, Syria Deeply, AlterNet, Electronic intifada, Socialist Worker etc …
Son compte Twitter : @P_Strickland_

~~~~▲~~~~

Et vous voudriez que les Natifs votent pour leur nouveau geôlier ? Sérieusement ?

Qu’est-ce qui vous différencie vraiment des premiers colons ? RIEN !

De Standing Rock à Gaza

Parce qu’aujourd’hui en 2016 les Natifs sont considérés comme en ce mois d’octobre 1492. Et vous vous apprêtez à rendre grâce à Dieu pour cela et vous voudriez qu’on vous prenne au sérieux ? Ici sur ce blog et grâce à Résistance71 qui a traduit en français, même partiellement, le Contre-rapport (dont j’ai réalisé le PDF qui est là ► mpdtr710616) de la Commission Vérité & Réconciliation « MEURTRE PAR DÉCRET » nous savons très exactement comment vous avez appliqué votre solution finale au problème indien, qu’Adolf Hitler lui-même a pris pour modèle pour sa solution finale au problème juif.

Et tout cela a toujours cours, la preuve par cet article.

La solution existe ; Tournez-vous vers les Natifs et décidez ensemble de changer de paradigme, côte à côte, personne devant, personne derrière.

Organisez-vous en associations libres et volontaires, vous les colons affranchis de toute idéologie coloniale. Effacez les doctrines et dogmes fantasmagoriques.

Brisez les chaines de l’esclavage ; Et changez-tout…

Mais arrêtez de tuer l’indien pour sauver l’homme, blanc et chrétien de préférence…

En niant leur humanité, vous trahissez votre propre humanité !

JBL1960

◄|►

Mise à jour du 5 janvier 2017 par JBL1960

Le Saker Francophone me tire l’œil vers l’article de Philippe Grasset du 31 décembre 2016 ► Source Dedefensa.org et intitulé « De Sherman à Wounded Knee » que je voudrais rectifier sur un point précis et éclairer sur un autre, modestement, et qui n’altère en rien le point de vue de M. Grasset.

De Sherman à Wounded Knee

31 décembre 2016 – Puisqu’il a été question, de façon tout à fait marginale, du général nordiste William Tucumseh Sherman, j’y reviens, mais cela en m’attachant directement au personnage. Il est vrai que j’ai toujours été fasciné par cette photo universellement fameuse et reprise par Infowars.com en y collant le visage d’Obama… Sherman y paraît hargneux et renfrogné, avec une dureté terrible et une intransigeance du puritain, paraissant manquer de cette beauté de l’âme qui nourrit l’élégance du caractère et la fraîcheur de l’esprit, semblant étranger à lui-même tant l’impureté des actes qu’il fut amené à commettre semble habiter ses traits, « avec sa chevelure à la diable, nettement hérissé et le général-massacreur des armées du Nord comme tombé du lit pour massacrer du Sudiste ; avec cette chevelure un peu comme la mode postmoderne du cheveu hérissé, – ou “look hérissé”, ou “spiky hair” ». Sur cette photo et avec le comportement qu’on sait, Sherman m’a toujours paru méchant comme une teigne, dominé par un caractère acariâtre et étroit… On a compris que je suis de parti-pris.

(Je le suis d’autant plus qu’en lisant l’abondante biographie de Wikipédia sur Sherman,– dont le second prénom [Tecumseh] venait très paradoxalement par rapport à ce qui est écrit plus loin, de l’admiration de son père pour un chef indien de la tribu des Pawnees, – on est aussi bien conduit à un jugement beaucoup plus nuancé. Ce détail-là me suffit : cet homme qui fut un des combattants les plus rudes et impitoyables pour imposer l’ordre yankee et américaniste avec tout ce que cela suppose, avait été pendant un temps hors du service et dans “les affaires” de la Grande République capitaliste, avant la Guerre de Sécession, et il avait failli sombrer dans la mortelle dépression, celle qu’entraîne le système qu’il imposa au Sud : « Plus tard, se remémorant l’époque de la folle spéculation foncière à San Francisco, Sherman écrit : “je peux gérer cent mille hommes dans une bataille, et prendre La Cité du Soleil, mais je suis effrayé d’avoir à m’occuper d’un lopin de terre dans le marais de San Francisco.” » Donc, une fois de plus et constat chaque fois relevé, diversité du sapiens-Système, beaucoup plus prisonnier du Système que son adorateur, comme souvent il se force à être avec des formules humanistes pour se dissimuler cette condition d’asservissement où il se trouve.)

Permettez-moi de préciser que Tecumseh, qui signifie « Étoile filante » ou « Jaguar Céleste » était Chef de guerre de la Nation Shawnee. Je le tiens de Résistance71 qui traduit notamment Steven Newcomb, originaire de la Nation Shawnee, juriste activiste qui a écrit « Païen en Terre Promise, décoder la Doctrine Chrétienne de la Découverte » et grâce auquel, avec la Nation Mohawk, et tous les Natifs, j’ai pu affirmer ma volonté de changer de paradigme en lien avec toutes les Nations Primordiales de la Terre, comme ici ou

Et comme il est précisé partout : Steven T Newcomb is co-founder and co-director of the Indigenous Law Institute. A Shawnee/Lenape, he is author of Pagans in the Promised Land: Decoding the Doctrine of Christian Discovery (2008), and a columnist for Indian Country Today Media Network

Plus loin traduit par LSF : En ce jour de 1890, dans le dernier chapitre des longues guerres indiennes de l’Amérique, la Cavalerie américaine a tué 146 Sioux à Wounded Knee sur la réserve de Pine Ridge dans le Dakota du Sud.

C’est pourquoi il m’a parue logique, relatant la vie de la réserve indienne de Pine Ridge ci-dessus et grâce au journaliste indépendant Patrick O. Strickland, d’intégrer votre article ici.

Et d’apporter mon avis sur votre conclusion : Nous sommes comme ces Indiens, sauf que nous sommes à la fois les bourreaux et les victimes du carnage qui symbolise une sorte d’holocauste de notre avenir.

Pour lire l’intégralité de l’article de P. Grasset sur LSF ► http://lesakerfrancophone.fr/de-sherman-a-wounded-knee

La résistance qui est toujours en cours à Sioux Standing Rock contre la construction de l’oléoduc, qui est financé par 17 banques mondiales dont 4 grandes banques françaises et que nous pouvons soutenir concrètement, nous permettrait, pour le moins, si nous ne pouvons changer le passé, et cette impression mortifère d’être à la fois bourreaux et victimes. De devenir acteurs du changement et non plus spectateurs.

Démontrant ainsi notre volonté d’œuvrer solidairement, nous la minorité, car la majorité qui mougeonne n’est pas à convaincre puisqu’il existe une solution à 10% (voire 15%) de la population mondiale avec une conscience politique ad hoc pour vaincre l’inertie de départ, impulser la poussée primordiale et enclencher un nouveau paradigme en lien avec tous les Natifs et Nations Primordiales pour le bien commun dans une société égalitaire comme le voyait Gustav Landaeur ► Pour la société des sociétés ! 

Et comme je l’explique en détail dans ce billet là, Boycott, cot, cot codec…  et grâce au dernier article de Mohawk Nation News Parler franc/Plain speak et parce qu’il est évident que l’Amérique messianique conduite en Trumpette n’a aucune intention d’admettre que les Indiens sont souverains ; JAMAIS…

Et en France se profile la même configuration, avec un François le Pieu à l’Élysée ► Gaulliste et de surcroît chrétien, je suis ?

Qui clame sur tous les tons : « Je suis gaulliste et, de surcroît, je suis chrétien je ne prendrai jamais une décision qui soit contraire au respect de la dignité humaine, au respect de la personne humaine, au respect de la solidarité. » Et là encore n’attendons pas pour voir, parce que dans ce Système là et je suis bien d’accord avec vous sur ce point il n’y a rien à attendre ni à voir ► Le dernier jour du Nouveau Monde

Nous pouvons rompre le cycle infernal en brisant les chaines de l’esclavage, en refusant de consentir et sans arme, ni haine ni violence.

Mais surtout au N.O.M. d’aucun dieu ni d’aucun maître.

Des petites flammes, capables d’embraser tout l’empire, comme l’a si souvent dit Zénon l’Ailé

JBL1960

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le souffle aussi…

…Pour que l’étincelle embrase tous les empires !

Nous sommes de plus en plus nombreux, ici en France, et dans le monde, à appeler à un changement de paradigme en lien avec tous les Natifs.

Et dans ce billet, j’ai expliqué que notre salut, à nous les colonisés de la Terre et les occidentaux, viendrait de notre volonté de nous affranchir de toute idéologie coloniale.

C’est en retirant notre consentement à cette oligarchie, c’est à dire en disant NON, et en faisant tomber les dogmes mythologiques que cette oligarchie distille dans nos cortex depuis plus de 2300 ans au moins comme LA vérité et base de notre civilisation. Et nous avons maintenant toutes les preuves en mains et nous pouvons les claquer aux museaux des Zélites ; Nous les gens ordinairesQue nous serons en mesure d’initier ce changement de paradigme et d’impulser la poussée primordiale, non violente, pour vaincre l’inertie de départ.

Tout comme la Nation Mohawk que nous traduit en temps réel Résistance71, ce  qui nous permet de les relayer immédiatement et d’être ainsi une formidable caisse de résonance et d’amplifier la portée de leurs appels. Et il en est de même pour toutes les Nations Primordiales, telle la Nation Paiute ici, ou la Nation Sioux

Le mouvement Zapatiste nous adresse régulièrement des communiqués du fin fond du Chiapas que je relaye également le dernier étant là...

Et dont les 2 derniers communiqués, traduits en français par leurs soins, sont à lire ▼

COMMUNIQUÉ CONJOINT DU CNI ET DE L’EZLN EN SOUTIEN À LA DIGNE RÉSISTANCE DE LA TRIBU YAQUI

Octobre 2016

A LA TRIBU YAQUI, AUX PEUPLES ET GOUVERNEMENTS DU MONDE.

Depuis les peuples originaires qui formons le Congrès National Indigène et les communautés zapatistes, nous adressons notre humble et solidaire parole à la Tribu Yaqui, à son gouvernement traditionnel et à ses troupes, pour leur exprimer que nous sommes avec eux dans ces moments difficiles, suite aux affrontements du 21 octobre dernier à Loma de Bácum.

Lire l’intégralité du communiqué ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2016/11/18/communique-conjoint-du-cni-et-de-lezln-en-soutien-a-la-digne-resistance-de-la-tribu-yaqui/

►◄

COMMUNIQUÉ CONJOINT DU CNI ET DE L’EZLN EN SOLIDARITÉ AVEC LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARÍA OSTULA, MICHOACÁN

4 novembre 2016

A la communauté nahua de Santa María Ostula, Michoacán:

Aux peuples du monde :

A la société civile nationale et internationale:

Aux médias libres :

Les peuples, nations et tribus qui composons le Congrès National Indigène ainsi que l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, nous manifestons notre profond rejet des actions commises à l’unisson par les mauvais gouvernements et les bandes criminelles contre la communauté indigène nahua de Santa María Ostula, municipalité d’Aquila,Michoacán, afin de tenter d’en finir avec leur lutte digne et historique.

Lire l’intégralité du communiqué ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2016/11/18/communique-conjoint-du-cni-et-de-lezln-en-solidarite-avec-la-communaute-indigene-de-santa-maria-ostula-michoacan/

►◄

Vous comprenez bien que ces appels à nous lever et à résister nous sont destinés ?

À nous le Peuple ! Vous, moi, et tous ceux qui luttent, qui résistent, qui organisent leur réflexion pour changer de paradigme.

Le simple fait que j’écrive ces mots et que vous les lisiez et les relayez, constitue la résistance. Réalisez que nous sommes nombreux et qu’ils sont bien peu…

Et c’est encore grâce à Résistance71 qui traduit de l’anglais le dernier article de Steven Newcomb, qui m’a si souvent inspirée et notamment dans l’idée que nous pouvions « effacer » les doctrines, les dogmes et les mensonges dont on nous gave, qu’une preuve supplémentaire vient renforcer notre capacité à embraser tous les empires…

Et la preuve de notre synchronicité, c’est qu’à la lecture du préambule de R71, j’avais déjà rédigé ce billet. Prouvant une fois de plus que « Le chercheur de vérité qui voyage suffisamment devient le chemin » et nous savons où nous allons, ensemble ; Nos mots, nos pensées, nos idées, notre réflexion guidant nos pas sur le même chemin ; Celui de la tangente !

~~~~▼~~~~

Résistance au colonialisme : La loi coloniale américaine est d’emblée nulle et non avenue (Steven Newcomb)

Url de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2016/11/19/resistance-au-colonialisme-la-loi-coloniale-americaine-est-demblee-nulle-et-non-avenue-steven-newcomb/

Nous le disons depuis un bon moment, ce qui découle des analyses historico-légales de Steven Newcomb, Peter d’Errico et autres juristes spécialistes comme Glen Morris et le professeur Miller tous traduits sur ce blog, est ceci :

Pour la première fois dans l’histoire, un empire affirmé et actif est SANS TERRE. Il est construit sur des terres volées, usurpées et n’a aucune légitimité en quoi que ce soit, ce que confirme brillamment Newcomb dans l’article que nous avons traduit ci-dessous. De fait : Un empire sans terre est un empire à terre !

Il suffit de faire valider ces arguments à la face du monde et les peuples briseront leurs chaînes en brisant les mensonges et les manipulations historiques sur lesquels le monde moderne est construit depuis des siècles pour le seul profit d’un occident chrétien oligarchique oppresseur et hégémonique.

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie colonialiste qui les opprime tout autant et se tenant côte à côte avec leurs frères autochtones du monde pour construire la société des sociétés égalitaire, anti-étatique et anti-autoritaire du futur.

~ Résistance 71 ~

 Nul et non avenu dès le commencement vous ne pouvez pas donner ce que vous ne possédez pas

 Steven Newcomb | 12 novembre 2016 |  url de l’article original ▼  http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/11/12/void-when-initiated-you-cant-grant-what-you-dont-possess

 

Le concept de société civile remonte à l’ancien empire romain. Aujourd’hui nous trouvons ce concept dans l’expression “désobéissance civile”. Elle communique l’idée qu’il y a des gens qui considèrent “désobéir” à un “civis” ou “ordre civil” imposé de la société américaine (NdT: en l’ocurence mais ceci est tout à fait valide dans tous les pays occidentaux où le “droit romain” est ancré dans la tradition de l’oppression légale), qui fut fondée comme l’empire américain. Dire qu’il y a des individus autochtones voulant “désobéir” communique de fait l’idée problématique que le soi-disant ordre civil américain est valide et mérite d’être “obéi” par les nations natives que cet empire a colonisé et continu de coloniser et d’opprimer.

La police militarisée, avec ses balles en caoutchouc et ses massues, se trouve sur le territoire d’Aceti Sakowin (Le conseil des sept feux de la grande nation Sioux) pour l’affaire du Dakota Access Pipeline et pour faciliter une corporatisation plus avant des terres de la nation Oceti Sakowin. La police et la Garde Nationale US sont là pour renforcer l’ordre impérial de l’Amérique. Leur fonction est de renforcer au moyen de la violence et la menace de son utilisation, l’habitude d’obéissance, à la fois mentale et physique, à l’état de domination de l’empire américain en ce qui concerne nos nations originelles libres et indépendantes.

L’idée même que nos nations natives continuent d’exister comme nation pleine dans tout le sens politique du terme, ayant un droit de vivre au sein de la protection de l’intégrité de son propre territoire, libre de toute domination de l’empire américain, défie la logique de cet empire et sa voracité pour toujours plus de terre et de pétrole.

Nous ne devons JAMAIS oublier que toutes nos nations sont bien antérieures aux États-Unis d’Amérique et de tout concept “d’Amérique”. Aussi loin que je sois concerné, nous, les peuples autochtones de ce continent, sommes pré-américains, des nations pré-américaines. Nous précédons temporellement la prédation de l’empire américain en tant qu’état prédateur. Nos nations précèdent absolument tous les états aussi variés soient-ils qui forment le système politique des États-Unis.

Aussi loin qu’est concerné l’empire américain l’obéissance civile à ses idées et à ses arguments de domination doit être continuellement renforcée.

Ces idées et arguments ont été créés pour le bénéfice économique de l’empire américain aux dépends des nations indigènes et il semble que malheureusement beaucoup d’entre nous ont cédé à l’idée que tout ceci représente “la loi” de l’empire américain au lieu que de n’être que des idées que les États-Unis pensent et considèrent comme étant “leur loi et système légal”.

Nous sommes toujours capables de penser à une époque pas si lointaine où nous vivions libres et indépendants de toute domination étrangère comme les nations originelles de ce continent. Voici un point de vue que bien peu de gens ont considéré: à cause de l’existence libre originelle de nos nations sur ces terres et territoires, les idées et les arguments des premiers colonisateurs de la chrétienté étaient nuls et non avenus sur nos territoires au moment même où ils furent annoncés et mis en place.

La phrase latine qui explique ceci est : “void ab initio nemo dare potest quod non habit”, comme m’en a si gentiment informé Larry Green de la confédération des Six Nations (Iroquois) de Grand River, et ceci veut dire “nul et non avenu dès la mise en application, vous ne pouvez pas donner ce que vous ne possédez pas”. Les papes de Rome et les monarques de la chrétienté ne possédaient aucun droit de domination à donner sur les territoires de nos nations. (NdT : ni où que ce soit du reste… tout ceci n’est que fabrication en rapport au sacro-saint “droit du plus fort” ou rapport dominant/dominé.) Chacune de toutes ces “cérémonies de prise de possession” qui furent pratiquées sur nos territoires étaient nulles et non avenues au moment même où elles étaient pratiquées.

Malheureusement, nous, les habitants du continent pré-américain, avons été placés sous une sorte de charme hypnotique. Nous avons été conditionnés à internaliser et à accepter sans poser aucune question, des assomptions et des idées absurdes importées de l’Europe occidentale dans notre partie du monde. Pour cette simple raison, il semblerait que nous ayons loupé un point clef: Les bulles pontificales du Vatican et les chartes royales monarchiques prétendant donner la domination sur nous et sur nos terres étaient nulles et non avenues dès le moment où elles furent créées et les colonisateurs qui arrivèrent sur quelque territoire que ce soit de nos nations originelles libres ne gagnèrent absolument rien dans le processus de ces bulles et chartes. Nous devons dire et clamer ceci à chaque opportunité possible.

Ces monarques et la papauté n’avaient absolument aucune autorité en dehors de leurs propres territoires. Dès que leur autorisation supposée (par bulle pontificale ou charte royale) atteignit nos côtes, cette autorisation fut annulée. Pourquoi  ? Parce que les représentants des monarques étaient en dehors de la territorialité desdits monarques et hors de la juridiction de ces monarques et sur un territoire hors de la juridiction de l’église catholique romaine. Aucun monarque de la chrétienté n’avait aucun droit que ce soit dans une nation non-chrétienne et sur un territoire non-chrétien.

En tant que nations pré-américaines, nous avons eu peu de contre-arguments puissants fondés sur une compréhension précise de la loi et de l’histoire. Nous avons besoin de développer ces contre-arguments qui clarifient la nature falsifiée des narratifs coloniaux. Des mensongers construits sur des mensonges n’en demeurent pas moins des mensonges et ce indépendamment du fait qu’ils soient apparus “légitimes” dans leur contexte pseudo-légal. Le juge de la CS des États-Unis John Marshall a admis le mensonge qui se situe à la racine profonde de la décision de la CS dans l’affaire Johnson contre M’Intosh en 1823 lorqu’il écrivit au sujet de “la prétention extravagante de convertir la découverte d’une terre habitée en conquête (domination).Adam Smith a lui-même admis les mensonges intégrés dans les narratifs coloniaux lorsqu’il fit remarquer que les pays colonisateurs qui arrivèrent sur le continent des Amériques n’avaient fait que déclarer un “titre de propriété factice” sur les terres de nos nations originelles dans les endroits qui étaient colonisés.

Un autre juge de la CS des États-Unis, Joseph Story demanda “Comment les colonies britanniques acquirent-elles le titre de la terre sur le continent ?” et sa réponse fut : “par la découverte”. Mais la réponse correcte du point de vue des nations pré-américaines et fondée sur le principe du “void ab initio” est celle-ci : “La couronne et les colonies n’ont JAMAIS acquis de titre de propriété valide sur le continent.” Elles “prétendirent” avoir acquis un titre valide sur la terre du continent au moyen de l’affirmation fictive d’avoir “découvert” des terres qui appartenaient à nos nations originelles.

Nous nous sommes complètement plantés dans cet imbroglio. Nous avons toujours agi comme si les idées et les arguments des colonisateurs étaient VALIDES. Ainsi en ce sens nous avons accepté leurs mensonges de “loi fédérale indienne” comme étant VALIDE et nous avons vécu une existence dans une illusion, un mensonge d’auto-subordination (NdT : qui fut aussi matraqué au sens propre comme au sens figuré dans les esprits autochtones au moyen des pensionnats pour Indiens et le système de lavage de cerveau en règle mis en place pendant près d’un siècle aux États-Unis et au Canada…). Ceci est en fait un cauchemar que nous nous sommes en quelque sorte auto-infligés et duquel fort heureusement nous avons commencé à nous réveiller. Les idées et les arguments des colonisateurs, fondés sur la bible, le christianisme et la chrétienté (l’empire chrétien) ne furent JAMAIS valides et par force, ces idées et arguments ne sont certainement pas valides aujourd’hui.

void ab initio nemo dare potest quod non habit.

Nous avons besoin d’avocats pour présenter ces arguments pour les protecteurs de l’eau qui ont été arrêtés sur le site de colonisation qu’est le Dakota Access Pipeline . Nous devons questionner et défier légalement ces assomptions prises pour argent comptant sur lesquelles toute la loi fédérale indienne est basée et a été fondée !

~~~~▲~~~~

Lutter contre l’empire anglo-américain revient à lutter contre tous les empires…

J’ai affirmé si souvent qu’un empire sans terre était un empire à terre ► L’empire sans terre. Et aujourd’hui nous sommes en mesure de prouver cette assertion !

La semaine prochaine les Américains, qui viennent de se choisir Donald Trump comme nouveau maitre, vont fêter « Thanksgiving« , comme ils ont encore célébré le Colombus Day le lundi 10 octobre dernier.

Faisons en sorte que ce soit bien le dernier !

Car souvenez-vous que nous sommes très nombreux ;

Et qu’ils sont bien peu…

JBL1960

Source de l’image : fr.aliexpress.com

 

Soyons l’étincelle…

…Capable d’embraser tout l’empire…

Avec les mots de Zénon, j’écris un rêve…

Ou bien une nouvelle réalité face à cette « Médiocratie » !

Grâce à Résistance71 qui traduit le dernier avertissement de Mohawk Nation News c’est encore une fois, les Nations Primordiales qui nous montrent le chemin de la vérité…

« Le chercheur de vérité qui voyage suffisamment devient le chemin »

Proverbe Perse

Empire !… Rends-toi tu es cerné !…

Url de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2016/11/18/empire-rends-toi-tu-es-cerne/

Et la destinée murmure au guerrier : ‘tu ne peux pas résister à la tempête !’ et le guerrier lui murmure en retour : ‘Je suis la tempête…’

Levez-vous pour notre mère Nature

 Mohawk Nation News |  16 novembre 2016 |  Url de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/16/stand-up-for-creation/

Seuls le vrai et le faux existent dans la vie. Nous vivons pour les générations ici, celles du passé et celles à venir. Les faiseurs de fric vivent dans le moment. Tout le monde a le choix, la capacité de raisonner. S’ils ne l’utilisent pas, ils devront faire face aux conséquences de leurs actions.

Plus on utilise de force contre le peuple, et toujours plus de pouvoir et de puissance possède t’il, lui et ses supporteurs. L’unification des gens pour protéger notre terre-mère est en train de se produire de partout. Tout le monde agite le drapeau des guerriers parce qu’ils veulent s’unir pour résister à la corporation.

Après la fin du voyage de Dekanawida, il laissa derrière lui l’accord de paix et de défense de cette paix (Kaiane’re:kowa) pour protéger les innocents. Onkwe’hon:weh (habitants de l’Île de la Grande Tortue) fut chargé de disséminer le message et d’utiliser la force psychique qui vient avec le fait d’avoir le bon esprit.

Les 300 manifestations aujourd’hui aux États-Unis montrent que tout le monde désire se tenir avec la création/nature. Ils veulent la liberté et exercer leur pouvoir.

La création/nature nous aide, tout comme l’eau que nous préservons, qui façonne notre action et notre destinée. La police et l’armée élaborent leurs attaques en fonction d’un ennemi qu’elles ne comprennent pas. Pour elles, nous sommes imprévisibles. Nous changeons constamment la situation tandis que leur situation, leur position sont statiques. Lorsque c’est nécessaire, la nature nous fait changer de tactiques.
Nos ennemis seront subjugués sans même les combattre. Leurs villes se tiennent déjà à nos côtés. Elles renversent leur propre royaume.

Nous capturerons notre opposant militarisé sans même combattre ou le détruire.

Nous demeurerons comme une grande rivière qui maintient son cours ou ajuste ses flots. Nous avons une forme mais ils ne peuvent pas la voir.. Nous n’avons pas de leaders à renverser, personne n’est en charge, personne ne nous donne des ordres ou met quiconque en formation pour attaquer.

Nous nous adaptons et n’avons aucune peur des batailles. Nous vaincrons ceux qui ont déjà perdu. Puis, ils viendront nous rejoindre. Nous nous lèverons tous contre leur machine de guerre avec la vérité

Depuis plusieurs semaines, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, organisent la résistance contre un projet d’oléoduc géant, le Dakota Access Pipeline, qui menace leurs terres et leurs sources d’eau. L’affaire est en train de prendre une envergure nationale aux États-Unis. Les grandes banques françaises – BNP Paribas, Crédit agricole, Natixis, Société générale – sont toutes impliquées dans le financement de l’oléoduc.

Source = http://multinationales.org/Que-ferait-Sitting-Bull-Les-Sioux-de-Standing-Rock-menent-le-combat-contre-un

Et  hier encore MNN  demandait « Où est Crazy Horse ?  » ► RÉVEILLE-TOI LE PEUPLE !

Parce que l’argent ne se mange pas et que de plus bientôt il n’aura plus court, ce qui ne me dérange absolument pas puisque j’appelle à un changement de paradigme en dépossession volontaire et en lien avec les Natifs.

Déchirez le voile que vous avez devant les yeux et regardez les choses en face !

Lutter contre l’empire actuel (anglo-américain) c’est lutter contre tous les empires…

De leurs réserves, les Natifs, prisonniers sur leurs propres Terres, nous avertissent que nous pouvons lutter à leurs côtés.

Et parce que la vérité nous libèrera à tout jamais et que le salut de l’occident viendra des peuples qui briseront les chaines du colonialisme, ensemble…

Comme ils nous ont avertis que les derniers Jeux Olympiques pouvaient être les derniers

Comme ils nous ont avertis que nous pouvions nous débrancher de la Matrice…

Et comme ils nous ont avertis que le Pape et la Reine d’Angleterre pouvaient être les derniers

Nous pouvons faire partir en fumée les doctrines, les dogmes et les mensonges !

Soyons l’étincelle capable d’embraser tous les empires…

Qu’attendons-nous ?

JBL1960

 

 

 

RÉVEILLE-TOI LE PEUPLE !

LÈVE-TOI  & RÉSISTE !

Voilà pourquoi les Natifs se battent ;

Et notamment à Standing Rock !

Thahoketoteh de Mohawk Nation News qui m’a déjà adressé un Niawen/Merci pour le relayage de leur lutte à laquelle je contribue bien modestement, mais avec pugnacité parce que je sais que là est ma place ; Debout comme une pierre… Me transmet cette vidéo dans laquelle il chante sa composition :  « Real Revolution » ▼

Le seul fait que je me tienne debout, ici en France, inter connectée et grâce à Résistance71 qui nous traduit en temps réel les communiqués de MNN, d’ICTMN, de l’EZLN. Les articles, et livres du Dr. Ashraf Ezzat. De Kevin Annett avec MEURTRE PAR DÉCRET, qui nous déniche des manuscrits inédits, comme récemment avec « Le Principe de l’État » de Michel Bakounine, Jean-Paul Marat, Et j’en passe et des meilleures…

Que je relaye sans relâche, car même ce simple passage de témoin permet d’amplifier les voix étouffés des Natifs et Nations Primordiales et d’où qu’elles partent ainsi nous parvient l’écho de leur parole intact et pure comme l’eau des ruisseaux et tant qu’ils se battront pour cela.

AIDONS-LES puisque nous vous avons apporté les preuves que 4 grandes banques françaises participaient financièrement à la construction de l’oléoduc à Standing Rock le Dakota Access Pipe Line. Tenez ici vous avez la preuve que la BNP Paribas, le Crédit Agricole, Natixis et la Société Générale utilisent bien mal votre argent…

Trump est là pour faire des affaires ; L’Amérique d’abord qu’il a dit…

Nous le peuple n’avons aucune raison de sabrer le « champagne » comme beaucoup nous y invitent.

Parce que la société des sociétés nous l’espérons en DÉPOSSESSION VOLONTAIRE

Le salut de l’occident viendra des peuples qui briseront les chaines du colonialisme, ensemble.

Tenons-nous debout aux côtés de nos frères et sœurs toujours colonisés et refusons de consentir au jeu mortifère qu’on nous force à jouer.

Luttons ensemble contre cette même oligarchie (qu’une portion s’appelle Alpha, une autre Bêta ► Nous sommes  la CIBLE !) qui nous oppresse tous depuis bien trop longtemps…

Comme Thahoketoteh nous le rappelle dans cette vidéo = Déchirons une à une les pages de leur Agenda 21

Et comme nous y invite Zénon en conclusion de son MédiocratieSoyons l’étincelle capable d’embraser tout l’empire…

Effaçons les doctrines, les dogmes et les mensonges divins et autre théorie de la connerie.

Effaçons cette Amérique Messianique d’abord ce mirage d’un Nouveau Peuple Élu du Nouveau Monde…

Nous les gens ordinaires ; Levons-nous et disons NON !

RÉPONDONS PRÉSENT À L’APPEL DES NATIFS :

Résistance au colonialisme : Convergence à Standing Rock…

“Je salue la lumière de tes yeux où réside tout l’univers. Lorsque tu seras en ce centre au sein de toi-même et que je serai en ce même endroit en moi-même, alors nous serons un.”
~ Chef de guerre Lakota, Oglala, Crazy Horse, 1877 ~

►◄

“Il faudrait que quelqu’un m’explique pourquoi le fait que je revendique de l’eau non polluée fait de moi une activiste, tandis que proposer de détruire l’eau au moyen d’une guerre chimique ne fait pas d’une entreprise un terroriste ?”

~ Winona Laduke ~

►◄

 

Où est Crazy Horse ?

 Mohawk Nation News |  15 novembre 2016 |  Url de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/15/where-is-crazy-horse/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 Crazy Horse a dit: “Nous ne vous avons pas demandé vous les hommes blancs de venir ici. Le grand mystère nous a placé ici et nous a donné ces terres pour maison. Vous aviez la votre. Nous n’avons jamais interféré avec vous. Nous ne voulons pas de votre ‘civilisation’”. Nous avons beaucoup de soutien parmi les non-autochtones, bien des gens se tiennent à nos côtés dans ce combat contre la veulerie des entreprises coloniales et leur dévastation de notre terre.

A Standing Rock, nous utilisons l’énergie qui honore notre vie, le son mystérieux qui vient de nos ancêtres et que nous transmettrons à ceux encore non-nés. Nous les honorons en ne violant pas la vérité de la création naturelle. Ceci est une révolution permanente pour ceux d’entre nous ayant du sang onkwe’on:weh (habitants de l’Île de la Grande Tortue) et qui doivent suivre les instructions originelles de survivre et de coexister. Cette protection de l’environnement n’est pas juste pour nous, mais pour tous nos amis et alliés.

Des voleurs se sont emparés de nos possessions et de notre capacité à nous en occuper. Nous ne sommes pas des voleurs. Nous avons le droit de nous défendre et de suivre nos instructions originelles. La peur submerge et noie la capacité des gens à penser. Beaucoup ne veulent pas entendre ce quelque chose contre lequel ils devraient sans doute se rebeller.
Assez de nos ossements ont été jetés dans la poussière de notre terre-mère et piétinés par les envahisseurs. Nous n’allons pas les laisser continuer à désacraliser et à profaner nos corps.

Le déni de notre droit de propriété sur nos possessions, notre liberté de parole et d’association, de communiquer personnellement les uns avec les autres et le fait que nous soyons sous surveillance sont des violations de la loi internationale et de la loi de la terre, Kaia’nere:kowa ou la Grande Loi de la Paix.

Le Patriot Act aux États-Unis et au Canada la loi C-51 ont été créés pour permettre à ce que quiconque se dresse contre les entreprises soit envoyé dans des prisons privées, sans autre forme de procès, sans communication légale et pour transformer tout le monde en prisonniers de guerre comme ils l’ont fait d’onkwe’hon:weh (le peuple naturelle de la terre).

Ceux que ne se dressent pas pour leur propre terre-mère sont complices de sa destruction.

Comme dans le Film de Sydney Lumet « Network – Main basse sur la TV » par cet extrait via Les Moutons Enragés dressons-nous pour protéger la Terre, et refusons d’être encore et toujours complice de sa destruction :

Je suis en colère ! Je suis folle de rage ! Je ne me laisserai plus faire !

Ma vie vaut plus que leur profit !

◄|►

Toute vie vaut plus que leur profit, bordel !

Faire tomber l’empire actuel (anglo-américain) fera tomber tous les empires…

De l’origine religieuse chrétienne du colonialisme occidental et sa continuité contemporaine… (Steven Newcomb)

Url de l’article = https://resistance71.wordpress.com/2016/11/16/de-lorigine-religieuse-chretienne-du-colonialisme-occidental-et-sa-continuite-contemporaine-steven-newcomb/

Lutter contre l’empire actuel anglo-américain c’est lutter contre tous les empires, il est l’héritier des empires précédents et dans son fondement même de la doctrine chrétienne de la découverte, représente la domination colonialiste et hégémonique du monde par une culture dominante ethnocidaire et génocidaire : la « civilisation » occidentale judéo-chrétienne.

Les peuples du monde ne pourront JAMAIS se libérer sans considérer et attaquer la racine profonde du mal qui ronge nos sociétés, mal qui prend racine sous sa forme moderne dès le XVème siècle et possède toujours aujourd’hui de profondes origines religieuses, sécularisées dans le temps pour mieux endormir les foules. On est passé de la brutalité coloniale de la croix et du gibet à l’intervention « humanitaire » et au « droit d’ingérence » que s’arrogent les nations occidentales au nom de « l’humanité » (hier au nom de la « civilisation »…).

Parce que nous sommes tous des colonisés… Combattons ensemble le fléau colonial et colonialiste, qui ruine le monde.

~ Résistance 71 ~

La domination chrétienne est à la racine même de la loi fédérale américaine sur les Indiens

Steven Newcomb | 8 novembre 2016 |  url de l’article original : http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/11/08/christian-dominionism-root-us-federal-indian-law

 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 En 1954, au début de l’ère de la Termination, le ministère de la justice états-unien délivra sa directive à la Cour Suprême des États-Unis (CS) et plus tard des arguments oraux au tribunal sur cette base. L’affaire devant la cour était de savoir si les Indiens Tee-Hit-Ton d’Alaska étaient en droit de recevoir une compensation financière pour le bois qui était pris de leur territoires par le ministère de l’intérieur des États-Unis.

Le ministère de la justice introduisit le contexte pour son argument de la sorte : “Les nations découvreuses acquirent le titre absolu sur les terres de ce continent sujet à ce que les Indiens aient le droit d’occupation des sols. Avant la grande ère de la découverte commençant dans la dernière partie du XVème siècle, les nations chrétiennes d’Europe acquirent la juridiction sur les terres nouvellement découvertes par vertu des dons faits par les papes, qui s’arrogèrent le pouvoir de donner aux monarques chrétiens le droit d’acquérir des territoires étant en possession de païens et d’infidèles.” Ceci est langage (à peine) codé pour dire que les monarques chrétiens clamaient le droit de dominer tout territoire en possession des soi-disant païens et infidèles.

Le ministère de la justice remonta jusqu’au XIVème siècle pour trouver un exemple. “Par exemple”, écrivit le ministre de la justice US, “En 1344, le pape Clément VI avait donné les Îles Canaries au roi d’Espagne sur la promesse de celui-ci de convertir les insulaires au christianisme et suivant la découverte du nouveau monde par Colomb, le pape Alexandre VI émît en 1493 et en 1495, des bulles garantissant à l’Espagne toutes les terres non dominées par les chrétiens.”

Le ministère de la justice a dit qu’il était éventuellement “nécessaire pour les nations chrétiennes civilisées d’Europe de développer un nouveau principe que tout le monde pourrait reconnaître comme la loi par laquelle elles devraient régler, entre elles, le droit d’acquisition du territoire du nouveau monde, qu’elles trouvèrent habité par les Indiens païens et non-civilisés en accord avec les standards européens.” De notre perspective, le terme de “non-civilisés” voulait dire: pas encore sous domination de la chrétienté. Le ministère américain de la justice (sic) continuait:

D’abord, la simple découverte fut considérée comme suffisante pour créer un titre de propriété valide et complet, mais à cause d’affirmations extravagantes et conflictuelles fondées sur la seule découverte, on trouva bientôt qu’une base plus stricte, plus précise était nécessaire… Après plusieurs années, le principe finalement évolua sur ce que ‘la découverte donnait le titre de propriété au gouvernement établi par ses sujets ou son autorité, contre tous les autres gouvernements européens, dont le titre pouvait être consumé par la possession.” Johnson v. McIntosh, 8 Wheat. 543, 573; Martin v. Waddell, 16 Pet. 367, 409-410

En 1954, la même année où la CS renversa les lois Jim Crow en renversant la décision dans l’affaire Plessy contre Ferguson, le ministère de la justice réaffirma le cadre conceptuel de la découverte et de la domination chrétiennes. On trouve ceci dans le passage suivant de la directive du ministère :

Bien que les nations d’Europe cessèrent ainsi de reconnaître les papes comme la source de leurs titres des terres nouvellement acquises, le nouveau concept du titre de propriété par la découverte était basé sur la même idée que les dites terres étaient occupées par des païens et des infidèles et qu’elles étaient en conséquence ouvertes à l’acquisition [domination] par les nations chrétiennes (note de bas de page #4). Comme déclaré dans Johnson v. McIntosh, 8 Wheat. 543, 573.

Après cette déclaration que “les terres occupées par des païens et des infidèles étaient ouvertes à l’acquisition par les nations chrétiennes”, le ministère de la justice des États-Unis plaça cette note :

Ceci [le nouveau concept du titre de propriété par la découverte, que les terres occupées par des païens et des infidèles étaient ouvertes à l’acquisition par les nations chrétiennes] est démontré par le fait que le souverain anglais a donné une commission aux Cabot (John Cabot et son fils) et s’appliquait à la découverte de pays et de terres alors inconnus du peuple chrétien et d’en prende possession au nom du roi d’Angleterre. Des commissions (chartes) similaires furent donnés à Gilbert et à Raleigh. Voir Johnson v. McIntosh, 8 Wheat. 543, 576-577.

Comment les nations chrétiennes étaient-elle supposées “acquérir” des terres “occupées par des païens et des infidèles” ? En saisissant ces terres non-chrétiennes de leurs possesseurs non-chrétiens. Le ministère de la justice américain cita même la bible Génèse 1:28:

Les nations découvrant les terres se sont arrogées le titre elles-mêmes, contre les natifs païens, ceci est bien illustré par les écritures des législatures coloniales. Dans l’état du Massachussetts, dès la période 1633-37, le tribunal général avait déclaré:

Que toutes terres que les Indiens avaient possédées et améliorées par identique subjugation en ont acquis le droit en accord avec Génèse 1:28 et chapitre 9, 1, psaumes 115-116.

Une note de bas de page sur la directive lit :

Génèse 1:28: “Et dieu les bénit et dieu leur dit, croissez et multipliez, restaurez la terre et subjuguez la… Chapitre 9:1 “Et dieu bénit alors Noë et ses fils et leur dit, croissez et multipliez et restaurez la terre.” Psaume 115:16 ‘Le paradis et mêmes les cieux appartiennent à dieu, mais la terre l’a t’il donné aux enfants des hommes.”

Jusqu’à aujourd’hui, à chaque fois que la CS des États-Unis cite ses précédents présupposés sur le christianisme rendus explicites par la directive du ministère de la justice de 1954, les États-Unis utilisent toujours cette forme présupposée de raisonnement de la domination chrétienne contre nos nations et peuples originels. Cette forme de raisonnement est la base même sur laquelle se repose le député démocrate du Maryland Raul Ruiz lorsqu’il a déclaré récemment au sujet de la dispute territoriale faisant rage avec l’affaire du Dakota Access Pipeline: “je voudrais juste rappeler à tout le monde que ce bout de terrain dont nous discutons est sur la terre fédérale.

Ruiz, qui est médecin généraliste, est un membre du comité parlementaire sur les ressources naturelles. Il est vu, comme il se voit lui-même, comme un allié des peuples autochtones dans la dispute de Standing Rock et pourtant, sur la base de la doctrine chrétienne de la découverte et de la domination, il affirme que les terres d’Oceti Sakowin (Les Sept Feux de la Grande Nation Sioux) sont terres fédérales : “Donc c’est la terre qui est sous la juridiction du gouvernement fédéral et ce de quoi nous parlons ici n’est pas juste une question de droit. C’est la loi.

Dans sa directive de 1954 du ministère de la justice, le gouvernement fédéral a expliqué la forme biblique et injuste de raisonnement appliquée à toutes les nations originelles du continent. Cette forme de raisonnement, qui a induit même des “alliés” des nations natives comme ce député Ruiz, à affirmer que les terres des nations autochtones sont supposément “fédérales” et existant SOUS la juridiction “fédérale”.

D’après le traité de Fort Laramie de 1851 (NdT: renouvelé en 1868 après la nouvelle défaite militaire des États-Unis contre les nations Sioux et Cheyenne…), la terre qui fut démarquée dans ce traité est Oceti Sakowin de plein droit et territoire de cette nation. C’est la patrie d’Oceti Sakowin de plein droit et non pas des États-Unis, ce sont des terres non cédées. C’est une terre sous la juridiction totale d’Oceti Sakowin. Cela n’est pourtant pas vu comme cela à cause de la forme religieuse de raisonnement fondée sur le dogme de la domination chrétienne, qui dit que nos nations n’ont pas le droit d’exister librement hors de la domination des États-Unis parce que nos ancêtres n’avaient jamais été baptisés dans un rituel chrétien et n’étaient donc pas humains lorsque les envahisseurs chrétiens arrivèrent sur leurs terres.

Quelque chose est né à Standing Rock ;

Un supplément d’âme ;

Une étincelle que les Natifs entretienne et si nous le voulons, elle servira à embraser tout l’empire…

Ici et maintenant et d’où-nous sommes rassemblons nos énergies pour embraser tous les empires…

JBL1960

LES RÉPLICANTS

La Révolution pourpre de l’Amérique Messianique…

Celle qui s’apprête à fêter Thanksgiving, celle qui s’affirme la Nation Exceptionnelle voire Indispensable aux superflus déplorables que nous sommes…

Ces êtres « Supérieurs » qui nous regardent de haut ; puisque nous sommes leurs laquais, leurs cireurs de pompes. Le Chef-des-Tas de la Nation misérable, j’ai nommé François le Petit, rétrogradé à la fonction de paillasson pour cause de bavardage intempestif, a bien essayé de formuler sa réprobation car on lui avait assuré que l’élection de Killary se ferait  « fingers in the nose » ! Et il l’a cru le bougre ; Remarquez que ce gonze est persuadé qu’il est de gauche, alors…

Et comme l’explique Zénon dans son dernier texte  :

« mediocratie131116 » ► Ultimes soubresauts de l’ère darwinienne :

À tout saigneur, tout honneur : commençons par le sommet de la pyramide. La formation uniformément dispensée par les « grandes écoles » consiste pour l’essentiel à répondre à n’importe quoi, tout en évitant le plus soigneusement du monde la question posée… L’art du politicien, de nos jours, n’est plus celui de savoir dire, mais plutôt de taire en donnant l’impression de clore le débat. […]

Par ailleurs, et bien que ceci soit secondaire en comparaison, on observe aujourd’hui chez le politicard moyen une absence totale de charisme et de prestance physique. Des avortons consanguins dans une chorale de basse-cour. C’est ainsi que notre chef-des-tas, incapable de se retenir devant un micro de journalistes, balance n’importe quoi sur tous les sujets pourvu qu’on en fasse les gros titres.  […]

En France, et les uns de s’affliger de l’accession au trône d’un « facho », et les autres de se réjouir d’une victoire de l' »anti-système ». Sortons de cette logique bipolaire et gardons à l’esprit que le dollar est cliniquement mort depuis belle lurette. […]

Nous sommes à la croisée des chemins de l’Histoire, mes amis. Entre l’effondrement de l’ancien système et l’avènement de la dictature en devenir, nous avons l’opportunité ici et maintenant de faire pencher la balance en faveur des peuples. Il nous incombe à tous d’honorer cette chance et de prendre part à cet élan historique. Peser dans le processus et devenir les grains de sable qui enrayeront la Machine. Comme des grains de sable, ils essayent de nous retenir. Mais nous sommes à la fois trop petits et trop nombreux pour qu’ils nous saisissent… Il ne suffit que d’un feu de paille pour menacer leur hégémonie… Soyons l’étincelle capable d’embraser tout l’empire.

C’est pourquoi je vous propose de lire ci-dessous l’excellente analyse d’Entrefilets mais à l’aune de ce que vous savez et en vous remémorant les mots de Zénon ; Les miens, et ceux de tous les blogs de ré-information qui déconstruisent pierre par pierre la pyramide du mensonge et qui sollicitons du renfort afin de vaincre l’inertie de départ ! Ajoutons-nous !

Additionnons-nous plutôt que de nous nier, nous soustraire ou nous moinsser !

Lisons tout texte comme un grain de sable prêt à enrayer n’importe quelle machine…

Lisons tout article comme une étincelle capable d’embraser tout l’empire…

Brûlons les doctrines, les dogmes et les mensonges partiront en fumée…

Après cet écobuage : pratique agricole ancestrale de débroussaillement par le feu ;

Nous serons en mesure de semer les graines du futur car n’en doutez pas :

Si demain se plante aujourd’hui ; C’est à nous maintenant ;

Ici & Maintenant et d’où nous sommes…

~~~~▼~~~~

Trump menacé d’une «révolution orange»

Entrefilets | 14/11/2016 | Source : Entrefilets.com

14/11/2016 C’est une missive édifiante. Elle est signée des «présidents» de l’UE et se veut une lettre de félicitations au POTUS nouvellement élu, Donald Trump. Or ce courrier banal en apparence contient entre les lignes un véritable ultimatum au trublion anti-Système à qui il est dit en substance: «Ok, vous nous avez bien eu, mais maintenant voici la Règle: ou vous vous soumettez, ou nous vous détruisons.» Bien sûr, les opérateurs-bouffons de la succursale européenne que sont les signataires Tusk et Juncker ne sont dans cette affaire que les messagers transparents de l’oligarchie du Système néolibéral atlantiste. Mais en cette période de flottement à la tête de l’Empire US, il fallait bien rappeler officiellement Donald Trump à l’ordre en lui précisant les règles du jeu dans la «cour des grands» où il vient de pénétrer par effraction. De l’autre côté de la tenaille, c’est l’inépuisable Soros qui s’occupe de faire monter la pression aux États-Unis en organisant l’agitation des habituels bobos de service, pour bien faire comprendre au presque 45e président US qu’il n’est pas à l’abri d’une «révolution orange» s’il ne rentre pas dans le rang. Le Système sort donc l’artillerie lourde, mais son effondrement reste pourtant inéluctable et il a lieu sous nos yeux.

Globalisation néolibérale et messianisme militarisé
La lettre du duo de comiques européens (1) est une pathétique tentative d’intimidation déguisée, et l’on imagine fort bien dans quelle ambiance d’hystérie feutrée elle a dû être pondue par une brochette de spin-doctors-system triés sur le volet.
Ainsi, après une glaciale phrase de félicitations, la missive va directement à l’essentiel pour réaffirmer le catéchisme officiel du Système au travers des «valeurs communes que sont la liberté, les droits de l’homme, la démocratie et une croyance en l’économie de marché

La pompeuse évocation de la Sainte-Trinité des vertus-vernis du Système ne sont là que pour promouvoir le cœur de la machinerie : la globalisation néolibérale, c’est-à-dire le Marché. La connotation religieuse du mot «croyance» (est-ce un acte manqué?) confirme d’ailleurs que pour le Système il n’y a pas d’autre Dieu que le Marché (et que l’élite néolibérale atlantiste est son prophète).
Vient ensuite un verset d’auto-adoration avec l’affirmation que l’UE et les USA «se sont employés à garantir la paix et la prospérité au monde» (ne riez pas…), puis c’est le rappel à l’ordre sur l’importance de «renforcer les relations transatlantiques», notamment pour faire face aux «menaces pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine».
Le Système rappelle ici très clairement à M. Donald Trump qu’il n’est pas question de réchauffer les relations avec Moscou et que les Russes sont et doivent rester les méchants de l’histoire pour l’instant. Et s’il devait subsister un doute dans son esprit, une piqûre de rappel arrive au paragraphe suivant déjà où l’on évoque le «partenariat stratégique UE-États-Unis» pour faire face aux «menaces sur la sécurité des voisins orientaux (suivez mon regard) et méridionaux de l’Europe».

Enfin, avant de promettre d’adouber le bon Trump s’il se couche, le Système rappelle la marche à suivre au plan économique en insistant sur l’importance des «négociations relatives au partenariat transatlantique de commerce et d’investissement». On voit bien ici que malgré le rejet du TAFTA par les peuples européens, le Système exige donc que l’on poursuive dans cette voie et le fait savoir (les peuples ? Combien de divisions ?).
Puis le Système psalmodie un peu, non sans cet humour involontaire et impayable dont le passage suivant est un morceau d’anthologie: «Les Européens ne doutent pas que l’Amérique, dont les idéaux démocratiques (SIC) ont toujours représenté une lueur d’espoir dans le monde entier (SIC), continuera à investir dans ses partenariats avec ses amis et ses alliés, afin de contribuer à offrir à nos citoyens et aux populations du monde davantage de sécurité (SIC) et de prospérité (SIC).» On se pince…
Enfin, la lettre-ultimatum se termine comme il se doit par une invitation «dès que possible» à un sommet UE-États-Unis, avec la promesse implicite d’adouber le trublion pour les «quatre prochaines années» au moins si la Règle est respectée.
En résumé, via ses opérateurs-bouffons européens, le Système rappelle donc à M. Trump qu’au-delà d’enfantillages antisystèmes qu’on pourra bien lui pardonner, il ne peut y avoir d’alternative sérieuse ni à la globalisation néolibérale ni au messianisme militarisé d’un Bloc atlantiste uni car porteur de la vrai foi pour une humanité enfin soumise et nivelée, pardon, éclairée.

Pression maximum
Et pendant ce temps-là, les manifs anti-Trump font la une de tous les journaux et JT alignés, le tout sous l’aiguillon bien intentionné des acteurs habituels de l’oligarchie globalisée genre Soros et ses clones. Et, Wikileaks de révéler que c’est précisément le spécialiste ès «révolutions oranges» de l’Empire qui est aujourd’hui à la manœuvre aux États-Unis (2). On en rirait presque.
Et bien sûr toute la caste médiatique occidentale est derrière lui, avec sa finesse et son impartialité coutumières.

Ainsi, en quelques jours, nous avons eu droit à un appel à l’assassinat lancé par une collaboratrice du Guardian (3), appel d’ailleurs relayé ensuite par un humoriste subventionné français (4).
De son côté, CNN s’appliquait à faire monter la mayonnaise avec la neutralité qu’on lui connaît, son «reporter» faisant même témoigner un copain à lui pour illustrer la colère de la rue contre Trump (5).
Sur le site Change.org, une pétition ayant déjà réunis plus de 4 millions de signatures invérifiables demande désormais aux Grands électeurs de désigner Clinton plutôt que Trump le 19 décembre prochain. D’ailleurs, des manifestations sont d’ores et déjà en préparation pour l’investiture du 20 janvier à Washington, avec une marche d’«un million de femmes» prévue pour le lendemain…
Quant à l’ambiance bon-enfant et démocratique des manifestations, les bobos de service se sont surpassés. A l’agression d’une étudiante pro-Trump sur un campus (6) faisait écho, en version Pussy Riot, la performance d’une possédée déféquant en pleine rue sur un portrait de Trump avant de le badigeonner à pleines mains (7). Ambiance, ambiance.

Les bobos enrôlés à l’insu de leur plein gré par l’oligarchie sont donc prêts, chauffés à blanc et inondés de dollars comme il se doit, avec à la clé la menace d’une «révolution orange» ou d’un «Printemps américain» comme on voudra.
On en attendait pas moins.
La pression est donc maximum sur un Trump qui apparaît dès lors plus que jamais comme un président authentiquement anti-Système.

Un effondrement irréversible
Reste que le bonhomme est ce qu’il est et, pour l’heure, il n’est de loin pas assuré qu’il se couche.
L’apaisement des relations avec Moscou, le désengagement partiel d’avec l’OTAN, de même qu’un coup de frein aux guerres extérieures type Lybie ou Syrie restent au programme, avec pour conséquence la fin de l’Empire en tant que gendarme et bourreau du monde. Et quand bien même Soros et sa bande d’hallucinés iraient jusqu’au bout de leur délire en provocant la chute de Donald Trump, celle-ci aurait de fortes chances d’entraîner une guerre civile avec éventuellement dislocation du pays. On aboutirait donc au même résultat d’une chute de l’Empire, par d’autres moyens, éventuellement plus rapides.
Dans les états-majors de la politique-système européenne, la caste néolibérale dirigeante commence ainsi à comprendre que le phénomène Trump n’est pas un accident de l’Histoire, mais bien une étape de plus, certes décisive, dans un processus d’effondrement du Système néolibéral globalisé qui finira tôt ou tard par emporter l’UE à son tour.

Mis en ligne par entrefilets.com le 14 novembre 2016

1 Lettre de «félicitations» de l’UE

2 Soros à la manœuvre derrière les manifs anti-Trump

3 Une collaboratrice du Guardian appelle à assassiner Donald Trump

4 Un humoriste français subventionné relaie l’appel au meurtre de Trump

5 Sur CNN, un reporter fait témoigner son copain contre Trump

6 Une étudiante pro-Trump attaquée

7 Un militantisme tout en finesse

~~~~▲~~~~

Alors pour moi, Trump s’est évidemment couché, et logiquement puisqu’il est aussi anti-système que moi je suis la dernière Reine d’Angleterre ! En nommant un Vice-Président évangélique comme Mike Pence qui se définit lui-même comme « chrétien, conservateur, républicain et dans cet ordre d’importance ! » ► Tenez tout est …                     ▼

Il n’y a pas de Solution au sein de ce Système ;

Il n’y en a jamais eu !

Et il n’y en aura jamais

Plus vite nous l’intègreront et plus nous serons nombreux à illuminer l’obscurité planétaire par nos pensées et réflexions positives sous tous les angles possibles.

Plus vite jaillira l’étincelle  ; Le point de bascule, le point de ralliement des peuples.

Pour finalement embraser tout l’Empire…

Le grain de sable JBL1960

 

 

 

 

 

UN DIVIN MENSONGE DE PLUS

OU DE TROP !

LA NOUVELLE ET FAUSSE JÉRUSALEM NOUS EST CONTÉE

Dans mon billet d’hier j’expliquais que le mythe du Détroit de Béring était un mensonge que Vine Deloria Jr (Décédé le 13 novembre 2005) avait appelé lui-même « La théorie de la connerie » ; Ici. Cette théorie dit que le Nouveau Monde n’était pas aussi vieux que l’ancien monde : ses peuples n’y avaient aucune présence ancienne.

Et ici aussi, on est dans la « Théorie de la connerie » est elle dure depuis plus de 2300 ans !

Et on est en mesure, aujourd’hui d’y mettre un terme !

Sur ce blog le début de l’histoire commence ici et , et encore ou ici. Mais ici aussi…

Cette fois, il est question de Jérusalem qui n’est pas celle qu’on croit, ni même celle qu’on voudrait vous faire croire et encore moins celle à laquelle beaucoup voudraient que l’on croit, encore et toujours…

Grâce à Résistance71 qui continue de traduire le Dr Ashraf Ezzat ça va devenir compliqué pour Benjamin Netanyahou l’État d’Israël et sa capitale Jérusalem de faire durer le mensonge, prétendument d’origine biblique voire divine…

Mythologie et falsification biblique… Si Jérusalem m’était contée (Ashraf Ezzat)

“Après 70 ans d’excavations et de fouilles extensives sur la terre d’Israël, les archéologues ont trouvé que les actions du patriarche sont des histoires de légende ; nous n’avons pas séjourné en Égypte, ni fait un exode, nous n’avons pas conquis la terre. Il n’y a pas non plus de mention de l’empire de David et de Salomon. Ceux qui s’y intéressent savent tout cela depuis des années, mais Israël est un peuple têtu et ne veut pas en entendre parler.”


~ Professeur Ze’ev Herzog :
chef du département d’archéologie et d’études de l’ancien Proche-Orient à l’université de Tel-Aviv, dans un entretien avec le magazine Ha’aretz le 29 octobre 1999 ~

◄►

“Être ignorant de l’histoire, c’est être né hier.”
~ Howard Zinn ~

◄►

« Par la tromperie tu feras la guerre. »
~ Devise du Mossad rapporté par Victor Ostrovsky ~

◄►

Jérusalem, rien de saint à propos de la ville sainte

C’est au cœur même de l’histoire de Jérusalem qu’on trouve le plus sombre des secrets du sionisme : la tromperie…

Dr Ashraf Ezzat |  24 août 2015 |  Url de l’article original : https://ashraf62.wordpress.com/2015/08/24/jerusalem-nothing-holy-about-the-holy-city/

Le dimanche 26 juillet (2015), la ville de Jérusalem a été témoin d’un autre clash mortel entre Palestiniens et Israéliens. Cette fois-ci, l’émeute se tint dans la mosquée Al Aqsa.

Tout a commencé à cause de la colère des Palestiniens à l’encontre de l’accès des juifs au complexe durant une journée annuelle de deuil juif. Des Palestiniens lancèrent des pierres et des pétards tandis que la police tiraient des grenades à effet de choc. Ceci se produisit après que les forces de sécurité forcèrent le passage dans le complexe d’Al Aqsa avant que d’entrer brièvement dans la mosquée elle-même.

Des protestations éclatèrent dans les allées et ruelles de la vieille ville autour de la mosquée, les manifestants affrontant la police en chantant “Allahu Akbar” (Dieu est grand). Quelques fondamentalistes religieux juifs entrèrent dans le complexe tandis que la police répondait en tirant des grenades à effet de choc et bloquait l’entrée du site.

Le complexe Al Aqsa de la vieille ville de Jérusalem, un des points les plus chauds du Moyen-Orient, est dit être le site le plus sacré du judaïsme et le 3ème de l’Islam après La Mecque et Médine. Les musulmans appellent le site Al Haram Al-Sharif (noble sanctuaire) et se réfère à la mosquée comme celle la plus lointaine, ou Al Aqsa et “Bayt al-Muqaddas” en arabe, tandis que les juifs se réfèrent à l’endroit comme étant le Mont du Temple ou Har Hamoriya, la montagne Moriya.

Il y a deux raisons principales pourquoi Al Aqsa est considérée sainte pour les musulmans : en premier lieu, parce que les musulmans croient que la mosquée fut la première Qibla (direction vers laquelle les musulmans se dirigent pour faire leur prière) dans l’histoire de l’Islam et deuxièmement, elle est pensée être l’endroit duquel le prophète Mohamed fit son voyage nocturne miraculeux (Isra et Miraj) au paradis… Les narrations évoquent le voyage de Mohamed sur un coursier ailé vers la “mosquée la plus lointaine” où il mena d’autres prophètes comme Moïse, Abraham et Jésus dans une prière de style islamique (une indication claire de la proéminence de Mohamed sur les autres prophètes abrahamiques…). Puis Mohamed fit une ascension au paradis où il eut une brève rencontre avec Dieu qui lui donna des instructions à ramener aux musulmans fidèles.

En ce qui concerne les juifs, les narrations et aussi la bible hébraïque disent que le complexe Al Aqsa est identifié avec trois montagnes bibliques de location incertaine mais de la plus grande importance:

Le Mont Moriah où est supposé s’être produite l’histoire d’Isaac, le Mont Sion lieu de la forteresse des Jébusites originaux et le village qui fut celui de David et le Mont du Temple où le 3ème temple est supposé être réétabli au même endroit où Salomon construisit le premier. Quoi qu’il en soit, les trois interprétations sont controversives et controversées si pas carrément fausses.

Avant toute chose et avant même de commencer à patauger dans la dispute boueuse au sujet de la sainteté et de l’historicité des trois montagnes bibliques, ne commettons pas le pêché perpétuel qui consiste à prendre le narratif hébraïque pour argent comptant. En d’autres termes, employons ici un peu de pensée critique et arrêtons de prendre pour une fois tant le narratif hébreu que musulman pour vérités. Nous devrions enquêter sur tout ce qui rend cette ville sainte pour les juifs et les musulmans, même les détails les plus acceptés de tous comme pourquoi Jérusalem est appelée Yerushalayim en hébreu et “Qods/Qadas” en arabe.

Aliyah

Toute l’idéologie sioniste est fondée sur un simple mot hébreu qui porte une vieille connotation historique: Aliyah. Le mot veut dire “aller” (mieux même “migrer”) vers le haut, là où la nouvelle terre d’Israël est supposée se trouver. Aliyah fut et est toujours un des tenets le plus essentiel du sionisme qui appelle la diaspora juive de migrer (retourner) sur la terre d’Israël (Eretz Yisrael).

La question ici n’est pas de savoir si la diaspora juive devrait ou pas migrer vers Israël (bien évidemment qu’elle ne le devrait pas) ; mais plutôt nous devrions nous demander pourquoi le mot hébreu, Aliyah, spécifie t’il de manière univoque que la direction de la migration devrait se faire vers le haut.

Après réflexion, nous devrions facilement en venir à la conclusion que les hébreux originaux, avant de migrer vers la moderne Jérusalem, devaient venir d’une terre située au sud de la Palestine.

Et comme le livre hébraïque et la langue sont très anciens, alors Aliyah (en tant qu’ancien mot d’un monde ancien) voulait dire que les migrants juifs devaient avoir erré (avant de migrer) non pas en Europe ni en Amérique, mais dans le sud du Levant, là où se situent l’Arabie et le Yémen. C’est dans ce sens qu’ils allèrent plus haut (vers le nord) ou Aliyah, vers la Palestine (à partir du 4ème siècle AEC d’après nos recherches).

Comme je l’ai expliqué dans mon livre “Egypt knew no Pharaohs nor Israelites”, la totalité du livre israélite (incluant ses histoires de patriarches) est un cas de géographie perdue. Une bible hébraïque falsifiée (à sa traduction en grec) a gavé le monde d’une histoire falsifiée et d’une fausse géographie et ce depuis maintenant 2300 ans. Malheureusement, cette déception, cette falsification de masse a toujours effet en ce moment même.

Mon investigation de trois ans sur l’histoire de l’Égypte ancienne et sur les Israélites, combinée avec la recherche d’une communauté des plus sérieuse d’universitaires renommés (incluant la recherche pionnière du professeur Kamal Salibi “La bible s’en vint d’Arabie”), ont donné la même conclusion fondée sur les preuves disponibles: la bible hébraïque et ses histoires eurent lieu dans le sud de l’ancienne Arabie et au Yémen, comme ceci fut méticuleusement décrit par des historiens arabes classiques et qui offre de manière le théâtre réel des histoires israélites, des ses montagnes (monts), vallées, tribus (comme écrit et décrit dans la bible).

L’endroit actuel d’à la fois le Mont du Temple et la totalité de l’état d’Israël est fondé sur une idéologie, foncièrement fausse et mensongère. Toute l’affaire de la soi-disant terre sainte est tellement fausse et impie que même la vision musulmane d’Al Aqsa et Qods/Qadas est également fondée sur des narratifs déformés et faux.

Qades, comme mentionné dans la bible hébraïque est une montagne yéménite située à 80km au sud de la ville moderne de Taa’iz et elle n’a rien à voir avec Jérusalem. D’après le Hadith musulman (tradition), la première direction pour la prière (Qibla) se trouvait vers Bayt al-Muqaddas (de manière supposée le temple de Salomon), seulement pour réaliser que cela fut construit dans le Nord-Yémen et non pas la Jérusalem de Palestine comme tout le monde le croit (plus de détails la-dessus dans le livre).

Au IIIème siècle AEC, la bible hébraïque fut traduite en grec à la bibliothèque légendaire d’Alexandrie. Soixante-dix scribes juifs furent assignés la tâche par le roi Ptolémée II (le monarque grec de l’Égypte à l’époque). Dans la traduction grecque, les scribes juifs changèrent de manière frauduleuse le théâtre des histoires bibliques du nord-Yémen et sud de l’Arabie en Égypte et en Palestine.

Dans la version grecque déformée qui devint connue sous le nom de “bible septante” ou “bible des septantes”, l’Égypte a été faussement établie comme la terre de la détention et de la mise en esclavage des Israélites et son roi le Pharaon de Moïse. Rien dans la bible hébraïque n’a en fait fonctionné de la façon dont vous pensez, rien du tout. Les croyances des masses naïves durant 23 siècles jusqu’à aujourd’hui sont entièrement fondées sur une forgerie et un mensonge perpétré par des scribes juifs.

Ainsi, les histoires originales (et en fait humbles et tribales) des Israélites se sont actuellement passées dans l’Arabie et le Yémen anciens. Tous les contes hébreux n’ont absolument rien à voir avec la culture occidentale et jamais ils ne furent présentés de la sorte. Tout le livre est très local et reflète une culture tribale (arabe) locale extrêmement intolérante et violente. Le problème n’a pas seulement résidé dans la traduction déformée et manipulée de la bible hébraïque en grec, mais dans cette opportunité en or offerte aux contes tribaux et au dogme israélite, par cette traduction, de se disséminer dans la culture occidentale.

Retournons à la terre sainte et Al Aqsa en Palestine qui, à travers toute l’antiquité et le Moyen-Age fut considérée comme partie du Levant par les Romains et les Byzantins. Quant aux Arabes, ils ont toujours vu la Palestine comme une partie de Bilad El-Sham, la terre de Sham.

Seule Jérusalem fut nommée (Aelia) par les Arabes. Ceci fut vérifié par les termes de la rédition de la ville au calife musulman Oumar bin Al-Khattab, en 637 de notre ère et dans lesquels le calife Oumar se référait aux gens de Jérusalem comme les habitants d’Aelia (aucune mention de Jérusalem ni de Qades/Qods).

Les narratifs mentionnent que le calife Oumar durant une entrevue avec le patriarche orthodoxe Sophronius (patriarche de Jérusalem à l’époque), accepta la rédition de son peuple et se référait à lui sous le nom de peuple d’Aelia. Au contraire de l’histoire manipulée par les juifs, Jérusalem ainsi que la vaste majorité du Levant à l’époque étaient chrétien de manière prédominante en cette époque de la conquête musulmane. Ainsi parler d’une révolte juive et d’une très brève autonomie juive en Palestine en 614 suivant une très courte invasion perse les années précédentes est historiquement invalide.

Je ne veux pas dire que le christianisme fut plus tolérant que le judaïsme à cette époque ; au contraire, la nouvelle foi était profondément engoncée dans l’extrémisme et divisée au sujet de disputes christologiques hautement insignifiantes. Peut-être que cela aida à la diffusion de l’Islam, bien que par l’épée, dans ce qui fut contrôlé auparavant par l’empire byzantin: le Levant et l’Afrique du Nord.

Pour capitaliser sur sa victoire rapide sur tout le Levant, le calife Oumar décida de construire la première mosquée à Aelia (appelée Jérusalem dans les livres d’histoire). Oumar étant complètement étranger à cette ville nouvellement conquise et à son environnement, demanda à son conseiller principal de l’aider à choisir le bon endroit pour ériger la mosquée. Devinez qui s’en vint à l’aide du calife ? Oui, un autre scribe rabbin. Comme attendu, le rabbin d’Oumar s’ensuivit sur les traces des 70 rabbins et leur œuvre mensongère connue sous le nom de bible septante.

Le conseiller principal d’Oumar était Ka’ab al-Ahbaar, un rabbin juif de devinez où ? Et oui, encore du Yémen. Ka’ab est crédité pour avoir infiltré la littérature islamique avec une litanie d’histoires déformées et de narratifs, qui disent que l’endroit commença à être appelé “Al Aqsa” et “Bayt al-Muqaddas” à partir de ce moment.

Le rabbin d’Oumar provenait de la patrie des premiers Israélites: le Yémen, là où toutes les histoires et les guerres des Israélites se passèrent. Et oui, les histoires de Joseph, David et Salomon, et Moïse, toutes ces histoires se passèrent au Yémen. Les contes si dramatiques de captivité et d’esclavage qui commencèrent avec Joseph jusqu’à l’Exode de Moïse et ses suiveurs, tout cela ne se produisit pas en Égypte, mais dans un obscur village tribal yéménite du nom de “Mizraïm” (faussement traduit et vendu depuis longtemps, y compris de nos jours sur internet, par des scribes juifs comme étant l’Égypte).

L’histoire d’Abraham et la promesse d’Isaac/Ismaël (dans la version musulmane) est l’exception, car cette histoire particulière (d’après un bon nombre d’anciennes archives arabes sans mentionner le narratif islamique) se passa à Hijaz, près de ce qui est aujourd’hui la Mecque en Arabie Saoudite. Bien qu’ils ont besoin de toujours plus de travail archéologique, les narratifs islamiques nous disent que le père des Israélites est parti d’Hijaz (près de La Mecque donc) et a traversé la ligne de montagnes de l’Asir du Nord-Yémen.

Dans l’ancienne tradition et langue arabe, celui qui entreprend l’acte de traverser une barrière naturelle est appelé Aber et ceci constitue l’origine linguistique du comment “Abraham” et les juifs furent appelés Aberos/hebreux (l’histoire d’UR la mésopotamienne, patrie d’Abraham et Hebron en Palestine le lieu de sa sépulture ne sont que mythes et un mensonge éhonté des orientalistes)

En fait l’histoire inhabituelle du sacrifice de l’enfant d’Abraham (un rite païen de l’ancienne Arabie soit dit en passant..) est supposée, d’après les narratifs islamiques et la tradition orale arabe, s’être passée sur le mont Moriah, cela vous rappelle t’il quelque chose ? De fait, cette montagne existe toujours à La Mecque que des millions de pèlerins musulmans visitent chaque année comme faisant partie de leur pèlerinage (Hajj) : le Mont Moriah ou Marwah en arabe. Donc si nous devons garder la définition de la bible hébraïque du Mont Moriah, alors nous devons considérer la (probable) véracité du narratif islamique de l’histoire d’Abraham.

Une fois de plus, cela nous ramène à Al Aqsa et le soi-disant Mont du Temple ou le Mont Moriah en hébreu. Dans mon livre, j’explique clairement que les deux langues de l’hébreu et de l’arabe sont deux dialectes très proches de la même langue commune qu’était l’arabe ancien. Beaucoup de mots, de noms sonnent phonétiquement de la même manière et sont assez similaires à la fois en hébreu et en arabe, comme c’est le cas des noms des patriarches Abraham/Ibrahim, Joseph/Youssef, Moïse/Mossa, etc…

Maintenant que nous savons que le mont Moriah est l’endroit où se produisit l’histoire d’Isaac, mais quand on cherche un tel mont dans ou autour de la ville de Jérusalem, on ne trouve rien, même en cherchant bien et longtemps. Il n’y a pas de Mont Moriah à Jérusalem, mieux… Il n’y a pas de mont Moriah dans toute la Palestine.

Le Mont du Temple est en fait une forteresse romaine

Largement embarrassés par une telle bavure narrative, les sionistes essayèrent de trouver une manière de contourner l’affaire en affirmant que le Mont Moriah et le Mont du Temple étaient en fait la même chose (bien que tout à fait ironiquement, le site n’a jamais été appelé de la sorte avant l’occupation israélienne). Pas même avant la conquête musulmane de l’endroit d’Al Aqsa, ne fut l’endroit appelé Mont du Temple, ni même Al Aqsa du reste.

Il est factuellement établi que ce même endroit que tout le monde pense être celui où le Temple fut érigé est le moins probable des endroits, car c’est au cœur même de l’histoire de Jérusalem, que l’on trouve les secrets les plus sombres du sionisme : la tromperie

Au temps du nouveau testament, cet endroit, maintenant occupé par Al Aqsa et le Mont du Temple, était une forteresse romaine et un camp fortifié militaire romain appelé Fort Antonia (le temple d’Hérode était quelques kilomètres au sud). Après le siège de Jérusalem en 70 EC, l’empereur Titus a complètement fait détruire la ville et ses murs, la plupart des murs du temple d’Hérode. Donc les fidèles de la religion judaïque qui se lamentent sur le mur Ouest du soi-disant Mont du Temple (le mur des lamentations), offrent en fait des prières au mur d’un empereur romain païen. [NdJBL : Dans ce billet : Au pied du mur]

La pierre centrale élevée est dite avoir été utilisée comme une plateforme pour des fonctions publiques par les gouverneurs et les préfets romains comme Pontius Pilate, qui l’aurait utilisé durant son procès de Jésus. C’est pourquoi les chrétiens bâtirent une église dessus au temps de l’empereur Constantin.

Le fait que les murs de ce fort ont toujours quelques 10 000 pierres prouve que ceci ne fut pas le mur qui entourait le temple. Comme attesté par l’historien juif romain du 1er siècle Titus Flavius Josephus, les Romains démolirent tous les murs, ils enlevèrent toutes les pierres, non seulement du temple, mais aussi de ses murs. Ceci n’est en aucun cas une hypothèse, c’est un robuste fait historique vérifié au moyen d’excavations archéologiques et de trouvailles (trois inscriptions honorant les leaders romains Vespasien et Titus furent trouvées en dessous du mur de la forteresse). Beaucoup d’universitaires et érudits spécialistes de la bible et d’archéologues sont parfaitement au courant de ce fait, comme l’archéologue britannique Kathleen Kenyon et l’historien israélien Benjamin Mazar.

Pour en revenir à notre rabbin juif yéménite, Ka’ab, répondant à la question du calife Oumar au sujet du meilleur endroit en Palestine (Aelia) pour construire une nouvelle mosquée, le rabbin malin montra du doigt la pierre (maintenant sanctifiée dans le dôme doré comme la relique de la pierre dans le complexe d’Al Aqsa).

Honorable calife, cette pierre, parmi les ruines de ce temple, est le bon endroit pour que soit construite une nouvelle mosquée, car c’est de là que Mohamed partit pour son voyage miraculeux dans les cieux.” répondit le rabbin Ka’ab.

C’est ainsi que les musulmans ont appris à connaître et à honorer cette pierre comme relique islamique depuis 637 EC et ceci au travers du seul témoignage non vérifié d’un rabbin juif yéménite (qui se convertît à l’Islam plus tard). Beaucoup de théologiens musulmans disputent ce témoignage de Ka’ab et la secte chi’te de l’Islam le dénonce carrément.

Le témoignage habile du rabbin a en fait fait d’une pierre deux coups (si on ose dire…): maintenir vivant la tromperie de la bible septante en solidifiant le concept de la Palestine comme étant la terre promise aux juifs et la terre sacrée. La deuxième chose fut de parvenir à ce que les musulmans honorent aussi l’endroit (les musulmans avaient le vent en poupe à cette époque).

Visitez la véritable Jérusalem

Si nous voulons vraiment trouver l’endroit réel de Jérusalem, alors réexaminons ce que la bible hébraïque nous dit au sujet de la conquête de la ville par David.

“Le roi et ses hommes marchèrent sur Jérusalem pour attaquer les Jébusites qui y vivaient. Les Jébusites dirent à David, “tu n’entreras pas ici ; même les aveugles et les infirmes peuvent vous repousser.” Ils pensèrent “David ne peut pas entrer ici.” Quoi qu’il en soit, David captura la forteresse de Sion, qui est la ville de David” 2 Samuel 5:6-7

Dans le verset, le scribe juif clarifie que pour capturer “Jérusalem”, David doit d’abord prendre la forteresse montagneuse appelée “Sion”, habitée par les Jébusites. En d’autres termes, la véritable Jérusalem (israélite) se trouvait très proche d’une montagne appelée “Zion/Sion” où une communauté locale païenne du nom de “Jébusites” vivaient dans cette forteresse montagneuse, depuis des siècles.

Mais là encore tout le paysage de la Palestine n’a jamais connu de quelconques Jébusites (malgré ce qui fut écrit dans les livres d’histoire déformés) ni non plus aucune montagne Sion, que les archéologues sionistes ont identifié jusqu’ici dans trois endroit différent (ce qui est typique d’un narratif concocté). De fait, toute la topographie de l’actuelle Jérusalem montre qu’il n’y a là aucunes montagnes.

C’est juste, la ville de Jérusalem, là où le temple est supposé être érigé pour la troisième fois, n’a aucune montagne sur laquelle le construire. Il est connu que Jérusalem est construite sur deux collines, mais pas de montagne environnante. Ce qui a été appelé par les indigènes palestiniens de l‘endroit, montagnes, comme Zaïtoun, n’est qu’un écart de langage (regardez des vues aériennes de Jérusalem pour vous en convaincre)

Revenons au Yémen et spécifiquement à sept kilomètres au sud de la capitale, Sanaa, là nous trouvons facilement la cité historique de “David”, où les anciens Jébusites / Jebus / Yabosites / Yebus (en arabe) ont vécu pendant des siècles dans leur forteresse montagneuse connue aujourd’hui sous le nom de Beit-Bos (patrie de Jabus). Aussi pas loin sommes-nous face à face avec la montagne Zion/Sion (partie du massif montagneux de Sarawat qui s’étend le long de la côte ouest de la péninsule arabique.

Jérusalem (Deir Salem en arabe) veut dire la ville de la paix ou ville pacifique. Comme les Jébusites/Yebusites étaient bien protégés des raids des Arabes par la force de leur forteresse montagneuse très isolée, ils avaient le plaisir de vivre dans une ville de paix ou Deir/Dar Salem. Un autre narratif fait remonter le nom de Salem/Shalom à un des patriarches juifs. Quoi qu’il en soit, j’espère sincèrement que Beit-Bos/Deir Dalem, la Jérusalem yéménite, pourra survivre les bombardements qui se produisent actuellement au Yémen. Bombarder, attaquer et détruire les sites archéologiques anciens semble être une des cibles (secrètes) de ce qu’il se passe actuellement au Moyen-Orient.

Il y a un dicton yéménite très commun qui dit ceci : “Tout Yabosi/Yabosite est juif et tout juif est Yabosi.” Beit-Bos a toujours été le point d’attention pour les juifs au Yémen durant des centaines d’années, voire des milliers. Les ruines de la forteresse des Yabosi/Yabosite, aujourd’hui un site archéologique yéménite, étaient très riches en inscriptions yéménites qui documentaient la conquête de l’époque de David (essentiellement détruites ou volées par quiconque a pour intérêt de cacher la véritable origine des Israélites et de leurs contes bibliques.)

La forteresse Yabosite/Beit Bos fut une très active communauté juive ainsi que bien d’autres villes du Yémen et ce jusqu’en 1949 lorsque plus de 49 000 juifs furent secrètement transportés en Israël par une flotte aérienne américano-britannique dans une des plus grandes opérations de ce type sous le nom de code “Tapis Volant” (“Magic Carpet” en anglais)

Plus de 250 000 juifs de par le monde furent transférés en Israël cette même année*. Toutes ces opérations de transfert de masse faisaient parties du plan international sioniste d’inventer une nouvelle terre juive au moyen d’une histoire fabriquée (celle qu’on nous enseigne dans les écoles). Il va sans dire que pour que ce nouveau plan sioniste fonctionne, il devait aussi y avoir une nouvelle et fausse Jérusalem, celle qu’aujourd’hui nous regardons à la télé en suivant les infos comme celle du début de cet article.

◄|►

*Opération Tapis Volant : http://www.lefigaro.fr/international/2016/03/21/01003-20160321ARTFIG00134-israel-mene-une-operation-secrete-pour-exfiltrer-les-juifs-du-yemen.php

Autre source sur l’opération Tapis Volant : http://geopolis.francetvinfo.fr/israel-sort-19-juifs-du-yemen-et-met-fin-a-l-operation-tapis-volant-101125

Pour Jacques Attali Jérusalem devait devenir la « Capitale » du prochain gouvernement mondial voire « La capitale planétaire du futur Nouvel Ordre Mondial »… Vidéo YT.

Bon, c’est pas la seule connerie qu’il ait dite le Attali et vraisemblablement ce ne sera pas la dernière…

Mais il n’est pas le seul, rappelez-vous qu’un Député israélien en visite au Vatican (sic) le 26 octobre dernier jour de séisme en Italie avait affirmé que c’était une punition divine pour le vote de l’Italie de la résolution sur Jérusalem à l’UNESCO (Ici).

Alors Israël a dû s’excuser : Ayoub Kara avait affirmé que « le tremblement de terre s’est produit à cause de la décision de l’Unesco ». Israël s’est excusé samedi après les déclarations d’un vice-ministre qui avait attribué le séisme de mercredi en Italie a une punition divine infligée après l’adoption par l’Unesco d’une résolution controversée sur Jérusalem dénoncée par l’État hébreu. Lire l’article en intégralité : http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/128840-161029-israel-s-excuse-pour-des-propos-d-un-vice-ministre-sur-un-seisme-en-italie

Un peu plus tard, c’est un prêtre italien qui affirme que les tremblements de terre en Italie sont une punition divine en raison du Mariage pour tous… Ici. Le Vatican ne s’est pas excusé mais ses explications sont à lire car en substance il dit que la notion d’un « Dieu vengeur » est une notion païenne et pré-chrétienne… Ben voyons.

Par un vote de 24 pour, 6 contre et 26 abstentions, l’UNESCO passait une résolution affirmant que le lieu le plus sacré du judaïsme ne serait pas Juif du tout. Soutenue par les Palestiniens, cette résolution fait référence au Mont du Temple et au Mur Occidental exclusivement par leurs appellations musulmanes. Ceux qui lisent la Bible savent pourtant que le Mont du Temple est un lieu central de l’histoire Juive et Chrétienne depuis des millénaires. C’est à cet endroit qu’Abraham voulut offrir Isaac en sacrifice et c’est également le lieu où Salomon bâtit un temple sur ordre divin. Extrait d’infochretienne.com.

Les mythes ont la vie dure et pourtant nous pouvons les faire tomber !

Et pas besoin de Trumpettes

~~~~▼~~~~

Sur ce blog, on essaie de faire tomber les empires faussaires en dénonçant les mensonges d’États faussaires et afin d’initier un nouveau paradigme en lien avec les Natifs qui nous invitent très souvent à mordre l’Hydre et à se tenir debout et à faire front !

L’indivisible JBL1960

 

 

 

La Théorie de la connerie !

Made in USA !

Et comme d’hab j’ai envie de dire…

Le mythe de la Théorie du Détroit de Béring est un mytho !

Non seulement nous pouvons effacer les dogmes fantasmagoriques comme je l’explique ici. Mais également déconstruire les mythes et les mensonges pierre par pierre et faire tomber l’Empire…

« Le passé a un pouvoir dans le présent »

Paulette F. Steeves ► (Cree – Métis)

Résistance71 traduit de l’anglais et publie l’analyse de Peter d’Errico du 6 novembre 2016 Source : ICTMN et tout comme le Dr. Ashraf Ezzat avec son livre « L’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons ni Israélites » remet en cause de nombreux mythes sur lesquels reposent notre « civilisation ».  D’Errico, à la suite de Newcomb et en complément de Paulette Steeves renverse la théorie de la connerie et explose l’affirmation de « Terra Nullius » fer de lance de la Doctrine chrétienne  de la découverte. Ainsi les Peuples Premiers, les Indigènes, les Nations Primordiales retrouvent formes et vies et surtout l’humanité dont on les a dépossédés. Forts de ces explications nous pouvons aux côtés des Natifs enclencher un nouveau paradigme…

~~~~▼~~~~

Résistance au colonialisme : Le chemin de la décolonisation du continent américain

« Impliquer que les Indiens reçurent de la terre est un renversement total des faits historiques. Jamais les États-Unis et leur gouvernement fédéral ne donnèrent un quelconque morceau de terrain à une quelconque nation indienne. Ce sont plutôt les Indiens qui donnèrent de la terre aux États-Unis en considération du fait de recevoir un titre indien sur le reste des terres et que celui-ci soit confirmé. […]  La culture telle qu’elle est comprise par le peuple indien est essentiellement un style de vie, c’est une expression de soi, mais pas consciemment, c’est plutôt l’expression de l’essence d’un peuple. Tout ce que l’homme blanc a réussi à créer sur ce continent (des Amériques) est un conglomérat violent d’individus et non pas un peuple. »

~ Vine Deloria Jr, 1969 ~

Décoloniser le passé et le présent du continent américain

J’ai emprunté le titre de cette article à un article de Paulette Steeves paru en 2015 dans « Archaeologies : Journal of the World Archaeological Congress » : Paulette F. Steeves (Cree-Métis), presenting an overview of her research overthrowing the Bering Strait theory.

La plupart des gens ne pensent sans doute pas à l’archéologie quand ils observent et analysent la loi fédérale indienne et inversement. Mais les deux secteurs interagissent en tant que composants de la domination continue qui s’exerce sur les peuples indigènes du continent.

La théorie du Détroit de Béring, que Vine Deloria Jr avait appelé « la théorie de la connerie », a longtemps dominé le point de vue officiel en archéologie. Cette théorie dit que l’Île de la Grande Tortue, que les archéologues appellent le continent américain, était vide de gens jusqu’à il y a environ 13 000 ans.

La théorie postule que des communautés humaines migrèrent de la Sibérie vers l’Île de la Grande Tortue au travers d’un “pont terrestre” s’étant établi depuis le continent asiatique et qu’ainsi elles poursuivaient du grand gibier et taillaient des pointes de flèches et de lances d’une forme très distinctive pour tuer leur gibier. Les archéologues appellent ces pointes les “pointes Clovis”, nommées d’après une ville du Nouveau-Mexique où elles furent pour la première fois découvertes. Avant cela, la théorie affirme qu’aucun humain ne vivait sur le continent des Amériques.

Steeves dit : “Cette bataille académique [au sujet de la théorie du Détroit de Béring] n’est pas seulement au sujet des sites archéologiques ou des restes de matériel retrouvés. L’argument reflète une pratique continue coloniale d’effacement et de déni aux peuples indigènes de ce continent, d’une place dans l’histoire de l’ancien monde.” Elle ajoute : “Permettre aux peuples indigènes d’avoir été présents sur le continent des Amériques pour un bien plus grand nombre d’années est de fait solidifier leurs liens aux patries et aux restes de matériel retrouvés.”

La théorie de la connerie joue un rôle très important dans le maintien de la domination des colonisateurs sur les peuples et nations indigènes du continent et offrant une preuve prétendument “scientifique” de ce que cette terre était Terra Nullius, “n’appartenait à personne”, ou était un “no man’s land”, jusqu’à relativement récemment dans l’histoire de la Terre. La théorie dit que le Nouveau Monde n’était pas aussi vieux que l’ancien monde: ses peuples n’y avaient aucune présence ancienne.

Terra nullius va comme un gant à la doctrine chrétienne de la découverte ; lorsque la Cour Suprême des États-Unis a adopté cette doctrine comme base pour affirmer la propriété de l’état fédéral sur les terres indiennes, le concept de “no man’s land” résidait en toile de fond. (NdT: c’est du reste sur cette base de la théorie de “terra nullius” que la couronne britannique s’est emparée des terres australiennes et volée les terres ancestrales aborigènes…) La Cour a observé les Indiens et décidé que ceux-ci n’étaient pas totalement humains, n’étaient pas capables de posséder la terre. D’après la CS, les “propriétaires” légaux étaient les “découvreurs” chrétiens.

La découverte chrétienne et terra nullius, de manière supposée, des concepts légaux et scientifiques, sont à l’œuvre aujourd’hui aux États-Unis et dans bien d’autres endroits (NdT: Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, tous les pays du commonwealth sous domination de la couronne / City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican). Elles sont la racine du vol des terres apaches au bénéfice de la grande entreprise transnationale minière Rio Tinto et de l’invasion du territoire de Standing Rock au bénéfice de l’Energy Transfer Partners Corporation. Dans chacun de ces endroits, les peuples indigènes sont vus comme se trouvant “en travers du chemin” de l’extraction coloniale des ressources naturelles.

La doctrine chrétienne de la découverte prescrit que les Indiens ne peuvent pas détenir de titre de propriété, mais ne peuvent “qu’occuper les sols” avec la “permission” du gouvernement. Le fait que les peuples originels ont été sur Oak flat et Standing Rock “depuis des temps immémoriaux” ne compte absolument pas dans les esprits des extracteurs coloniaux.

Steeves dit: “Critiquer les constructions théoriques archéologiques faites sur les peuples indigènes est central à la discussion des controverses en relation aux droits humains et à la souveraineté des nations dans le monde contemporain.” Elle cite Deloria : A moins que et jusqu’à ce que les ‘Indiens’ soient d’une certaine manière connectés avec l’histoire du monde en tant que peuples premiers… On ne nous accordera jamais une humanité totale.

Elle dit aussi : “Le passé a un pouvoir dans le présent.” Elle cite ensuite David Meltzer, auteur du livre “First Peoples in a New World, » qui écrivit : “Les archéologues sont parfaitement au courant des implications possibles d’une occupation plus ancienne du continent des Amériques par des peuples indigènes, ceci reflète sur les problèmes contemporains d’identité, d’ancestralité et d’appropriation du passé et du présent.

La recherche de Steeves ajoute à bien d’autres critiques de la théorie de la connerie. Tous ces chercheurs combattent des intérêts particuliers retranchés dans la discipline de l’archéologie. Un article du magazine Smithsonien en 2013 établissait que “La théorie de Clovis, au fil du temps, a acquis la force d’un dogme… Tous les artéfacts que les universitaires affirment être en en provenance d’avant Clovis (NM) ou toute théorie concurrente qui peut jeter un doute sur l’idée première émise par la théorie de Clovis, furent tournés en ridicule par l’establishment archéologique, discrédités comme étant science erronée ou simplement ignorés.

Les gardiens du temple de la profession ont attaqué tout archéologue qui présentait des preuves d’une existence humaine sur le continent des Amériques avant la soi-disants période de Clovis. Malgré cette hostilité sans relâche, des chercheurs indépendants, comme Steeves, ont continué leur travail et ont commencé à attirer l’attention dans la discipline.

Note de Résistance 71: Les gardes-chiourme de l’oligarchie et de ses dogmes scientifiques procèdent de la même manière dans bien des disciplines. En Histoire, sociologie, et de manière plus évidente dans toutes les sciences liées à l’escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique, appelé aujourd’hui « Changement Climatique » (le mot « anthropique » étant maintenant devenu implicite). L’archéologie n’a pas échappé à cette phagocytose par la pensée unique oligarchique. Il en va de même avec la recherche archéologique biblique, qui commence à sortir du placard grâce aux travaux et recherches de scientifiques dissidents. Ceci est confirmé ci-dessous.

En mars 2011, le fondateur de la base de données en ligne Paleoindian pour les Amériques a dit à la revue Science Magazine “beaucoup de lignes de preuve très distinctes et superbement documentées… offrent une confirmation sans équivoque que des humains, des peuples, existaient à l’intérieur de l’Amérique du Nord avant l’époque dite de Clovis…

La recherche de Steeves sera publiée sous la forme d’un livre chez Nebraska Press, il fournira à Mr Toutlemonde aussi bien qu’aux experts, un accès à la base de données qu’elle a construite montrant des centaines de sites d’habitations humaines en Amériques du Nord et du Sud datant de bien avant la supposée époque de la migration du Détroit de Béring.

Steeves ne rejette en aucun cas les migrations possibles des peuples entre les continents ; mais elle insiste néanmoins sur le fait que les études d’une telle migration ne constitue qu’une pièce de l’histoire bien plus large des populations humaines et que la véritable science ne peut pas être limitée par des marqueurs et des clotures politico-académiques.

Elle dit que les attaques subies par les chercheurs qui étudient les sites de population antérieurs à ce qui est permis par la théorie du Détroit de Béring, montrent que l’archéologie est “un domaine universitaire et de recherche colonnialement chasse gardée. Elle cite John Alsoszatai-Peteho qui dit que “même la simple mention de la possibilité d’une plus grande ancienneté revenait à commettre un suicide professionnel.

Les discours dominants de longue date en archéologie et en anthropologie ont enterré les histoires des peuples indigènes alors qu’ils étaient forcés de vivre dans des “réserves” (NdT: en réalité des camps de prisonniers, comme la réserve Lakota de Pine Ridge, camp de prisonniers #44 en ce qui concerne l’administration yankee, alors que la grande nation Sioux n’a jamais perdu une guerre contre l’armée US, que 2 traités régissent les relations, Fort Laramie 1851 et 1868, tous deux bafoués par les yanks…), refusant aux peuples indigènes la propriété de leurs terres, leur humanité et leur souveraineté au sein d’un terra nullius colonial.

La persistance de Steeves, son courage et son abnégation pour une véritable science face aux brutales guerres universitaires et académiques témoignent de son statut de guerrière, de défenseur de la connaissance du passé soulignant la très longue présence des peuples indigènes sur le continent des Amériques.

~~~~▲~~~~

Terra Nullius ;  est une locution latine signifiant « territoire sans maître ».

R71 me confirme en cela ce que je m’apprêtais à écrire : terra nullius est une fabrication romaine, c’est du « droit romain » que l’occident a adopté par utilité d’abord mais aussi parce que l’empire romain est passé, avec Constantin, à l’église chrétienne. Terra nullius est une invention coloniale romaine, une ineptie de plus dans le catalogue de la tyrannie occidentale chrétienne depuis le IVème siècle et avant pour les Romains.

Ce terme inventé de toutes pièces et créé pour permettre à Cristóbal Colón et sur ordre divin transcrit dans les bulles papales  : « …pour envahir, traquer, capturer, vaincre et subjuguer tous les Sarrasins, païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient et de réduire leur personnes en esclavage perpétuel… » Ici.

La stupide théorie du Détroit de Béring a été débunké depuis un moment et surement que ça ne plaira pas au 8000 membres actifs du Klan qui ont porté Donald Trump à la Maison Blanche mais les premiers habitants de l’Amérique étaient peut-être bien noirs

Et c’est en Australie que la plus ancienne trace de présence humaine a été découverte. Et c’est pour cela qu’il fallait « Tuer l’Aborigène » aussi…

C’est pourquoi je milite ici sur mon blog pour qu’on ne fête plus jamais ni Thanksgiving ni Australia Day ni le Día de la Raza car cela réaffirme aujourd’hui encore que l’Homme Blanc est supérieur à l’indigène mais surtout que seul l’homme blanc est autorisée à vivre car je rappelle qu’il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ».

Je vous invite à lire le Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation : Meurtre Par Décret : le crime de Génocide au Canada dont la traduction partielle mais substantielle faite par Résistance71 permet de comprendre que le but a toujours été de ‘Tuer l’indigène’ pour sauver l’homme blanc et chrétien et que cela ne peut plus durer !

https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/10/tr71mbd0616.pdf

Le mythe du Détroit de Béring, la théorie de la connerie quoi, est soutenue mordicus par  quelques ploucs qui y croient encore et insistent même pour la pousser ;

Comme me le précise R71 à l’instant :  L’archéologie sérieuse a balayé ce pas de porte depuis un moment. Dans son excellent bouquin de recherche « 1491 » Charles C. Mann enterre la théorie en page 17 et 18 de son livre de 420 pages + 63 pages de bibliographie !!!

Il dit en page 18 qu’en 1997, des fouilles archéologiques au Chili ont prouvé de manière indiscutable que des peuples vivaient dans le sud de l’Amérique du sud bien avant les 13 000 ans affirmés comme limite de la théorie du D. de Béring. Les trouvailles faites sur le site remontent à plus de 30 000 ans (c’est à dire grosso modo au temps de Homo Sapiens : Cro-Magnon en Europe.

Le but non avoué derrière la théorie bidon donc du Détroit de Béring est de pousser ce raisonnement : Les Indiens sont venus d’Asie il y a 13 000 ans par le détroit de Béring et ont eux-mêmes occupé, usurpé les terres en tant que « migrants »…  Ne sommes-nous donc pas tous des migrants qui nous établissons quelque part au fil du temps ?… Cela soigne (en apparence) la culpabilité potentielle émanant du génocide. La culture dominante impose son hégémonie culturelle pour faire accepter ses exactions. Ainsi, l’histoire, les sciences sont le plus souvent tronquées dans le but précis de justifier cette hégémonie culturelle.
Il est de notre devoir de douter de tout, de rechercher et de faire sortir les vérités exposées par des chercheurs qui vont leur boulot contre vents et marées, mais qui sont étouffés sous le boisseau doctrinaire hégémonique.
C’est pour cela que nous traduisons et/ou faisons la promotion des Zinn, Clastres, Sahlins, Jaulin, Lizot, Newcomb, d’Errico, Mann, Dunbar-Ortiz, Deloria, Alfred, Means, Ezzat, Annett, tous ces gens dans leur domaine convergent à faire sortir la vérité et à mettre en évidence comme le nez au milieu de la figure, la supercherie dans laquelle s’est engagée l’oligarchie pour maintenir son hégémonie. Jusqu’ici elle a pu le faire parce qu’elle contrôle bien médias et maison d’édition et le système universitaire, mais une fois de plus, l’internet, la nouvelle presse de Gutenberg, fait voler en éclat le muselage.
L’oligarchie ne peut plus tenir l’information et le bateau fait eau de toute part. Le Titanic coule et nous, les médias alternatifs, sabotons les pompes pour qu’il coule plus vite…

Voilà pourquoi nous pouvons agir, ici et maintenant, par nos relayages et faire péter les dogmes, les doctrines, les mensonges et les Empires

 » Ni dieu, ni maître, sans arme, sans haine et sans violence « 

Juste par la force des mots, de nos pensées et de nos actions présentes et surtout à venir et tous ensemble…

JBL1960

Illustration = La Carte du Piris Reis – Le Savoir Perdu des Anciens