Au nouveau peuple élu du nouveau monde…

Oui, vous les colons de papier !

Aux Zuniens, tout d’abord, qui aujourd’hui se choisissent un nouveau maitre ;

Tenez, Résistance71 publie une analyse à laquelle je ne retire rien, pas même une virgule ;

Illusion démocratique… La fin du cirque !

“Dans le monde dans lequel on vit on peut raisonnablement se demander s’il y a une vie avant la mort.”
~ Coluche ~

►◄

“Si voter changeait quoi que ce soit, ce serait interdit depuis longtemps.”
~ Emma Goldman ~

~~~~▼~~~~

 La fin du cirque

 Résistance 71 |  8 novembre 2016

 Une fois de plus, le système étatique factice, mortifère et à bout se souffle nous propose son grand cirque électoral futile, son illusion démocratique en cette fin d’année 2016 pour l’empire du goulag levant et en 2017 pour sa larbine vassale franchouillarde, jadis peuplée de fiers Celtes dont les sociétés ont refusé la centralisation du pouvoir et donc l’État pendant près de 900 ans, un système politique qui ne leur fut imposé que par la force de la conquête et de l’ethnocide colonial, déjà.

Ainsi donc aujourd’hui les votards yankees vont se déplacer pour satisfaire au grand Barnum électoral où ils ont à choisir, de fait l’illusion de choisir, entre la variole (bien connue des peuples autochtones à qui elle fut inoculée sciemment à fin génocidaire) et l’Ebola, entre un milliardaire populiste narcissique et tripoteur soutenu par la mafia de Las Vegas et la harpie du système nouveau con, nouveau libéral, criminelle endurcie à la veulerie légendaire et dont l’ambition psychopathique pourrait sans aucun doute être étudiée de près dans une étude clinique.

Nous ne perdrons pas notre temps à présenter ces deux corniauds utiles du système oligarchique en place, amis de longue date et soutenus par la même fange capitalisto-colonialiste qui en mît tant d’autres au pouvoir des deux côtés de la grande mare.

En France, le plus petit cirque essaie de ressembler à ses maîtres. De “primaires” en rhétorique, et de mensonges en promesses qui n’engagent que ceux qui y croient encore ; de la même manière l’oligarchie proposera ses marionnettes, qui un repris de justice mafieux ayant “fait son temps” au placard, choisi par l’élite financière auto-proclamée, qui un nabot criminel de guerre ou qui un arriviste arrogant à l’éructation tremblotante, tous comme les deux gugusses cités plus haut, des cas potentiels d’étude psychiatrique qui nous en apprendrait bien plus sur les arcanes du pouvoir qui rend fou,

Popov le grand maître clown a fait rire de bon cœur des générations de petits et grands et a donné ses lettres de noblesse au véritable cirque, mais ces clowns là, monsieur, sont d’une tristesse sans pareille et ironie du sort n’ont jamais voulu faire rire qui que ce soit, si ce n’est de rires nerveux éparses les inquiets sachant que la mascarade un jour, accouchera d’un monstre qu’il faudra abattre.

Messieurs les votards de tous les pays, comprenez enfin que l’acte électoral n’est plus seulement futile et illusoire, mais qu’il est devenu de nos jours une complicité d’assassinat, une complicité de crimes contre l’humanité tant nos marionnettes de tout poil, mises en place selon le bon vouloir d’une avide oligarchie financière et industrielle transnationale, n’ont de cesse de mettre le monde à feu et à sang pour le profit du toujours plus petit nombre, consolidant biens, finances et donc pouvoir réel en société capitaliste privée ou d’état.

Comprenez que voter c’est se soumettre à ces ordures du monopole.

Comprenez que voter c’est abdiquer sa souveraineté, c’est se choisir un maître irrévocable qui vous (re)passera les chaînes de l’esclavage moderne.

Comprenez que voter c’est déléguer le pouvoir du peuple, sa capacité de décider pour et par lui-même, à une clique de commis coursiers passant leur vie politique à renvoyer les ascenseurs à ceux qui les ont mis au pouvoir fictif et illusoire pour les servir en première instance.

Comprenez que la seule solution au marasme sociétal ambiant c’est NOUS. Personne ne peut mieux gérer la société que le peuple lui-mème. Cela a déjà été fait et est de fait la destinée de l’humanité, simplement le plus tôt sera le mieux.

Comprenez que l’État est un outil d’oppression mis en place et perpétué pour garantir la main mise du petit nombre oppresseur et exploiteur par essence.

Comprenez que l’État n’est en rien inéluctable, qu’il est factice, qu’il n’est qu’une illusion politique, un leurre à l’apparence (parfois) démocratique, mais un monstre froid qui ne peut être par construction que coercitif, répressif et exploiteur.

Comprenez que toutes les institutions privées ou d’État sont des armes de destruction massive des libertés publiques et des outils de l’asservissement du plus grand nombre au seul profit du même petit nombre. Que leurs commis coursiers ne sont que des larbins à qui ont a fait miroiter une “place sous le soleil des grands” de ce pauvre monde inique sous la houlette oligarchique.

Comprenez finalement que tout ceci n’est qu’une illusion politique, une illusion de démocratie à grande échelle dont il nous faut sortir pour arrêter se survivre et vraiment commencer à vivre.

Y a t’il une porte de sortie ?

Oui sous la forme d’un jeu de piste des plus simples à organiser entre nous, il suffit pour cela de dire NON au jeu qu’on nous impose, parce que c’est de cela qu’il s’agit en fin de compte et d’agir en conséquence:

Pensée critique => Réflexion individuelle et collective => BOYCOTT des institutions (élections comprises) et action politique concertée => Associations libres locales => Confédération des associations libres sous forme communale => Dilution du pouvoir dans le peuple là où il est très soluble => Fondation de la Société des Sociétés égalitaire, non-étatique, non-coercitive et anti-autoritaire

Nous vivons les derniers moments, les soubresauts d’une ère politique faite d’injustice, de mensonge, de tromperie, de veulerie, d’assassinat de masse et de corruption forcenée. Nous sommes au bout du bout du banc, la fin du cirque est proche et si le grand Popov manquera au peuple qu’il a tant amusé, les tristes sbires de la politique et leurs maîtres de la finance passeront aux oubliettes de l’histoire.

Peuples du monde, notre heure arrive, reprendre la barre du bateau ivre est notre destinée. Qu’on se le dise !

Boycott !

Solidarité !

Associations libres !

Égalité !

Liberté !

~~~~▲~~~~

Alors, à tous les Bien-Zélé des anciens Empires coloniaux de tout poil qui s’apprêtent à fêter Thanksgiving et c’est sans doute les mêmes qui ont commémoré le Día de la Raza ou le Colombus Day le 10 octobre dernier ; Canadiens, Québecois, Australiens, Néo-Zélandais, Afrikaners, et là-bas dans les Îles, Archipels et Atolls du bout du Monde…

À tous ceux qui vont remercier Dieu lui-même pour leur avoir donné la force de Tuer l’Indigène, l’infidèle, le païen pour sauver l’homme, blanc et chrétien de préférence…

À tous ceux-là, qui s’apprêtent donc à redire à la face du monde combien ils ont aimé ça, puisque depuis l’an 1600, au moins, ils rendent grâce à Dieu pour avoir massacré toutes personnes indigènes traditionnelles ou Nations qui ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ».

▼ Nous leur disons ; Que c’est à nous maintenant… ▼

Non seulement on va effacer les doctrines et les dogmes dans lesquels ils se vautrent depuis des millénaires, mais également révéler les mensonges pharaoniques qui leur permet encore et toujours de s’affirmer comme le Nouveau Peuple Élu en ce Nouveau Monde.

Et ainsi faire tomber l’Empire !

Et c’est encore grâce à Steven Newcomb que nous crackons les codes un à un :

Et grâce à Résistance71 qui nous le traduit en temps réel :

Élitisme, impérialisme et colonialisme : leurs racines profondes judéo-chrétienne (Steven Newcomb)

Au sujet du livre de la juge de la Cour Suprême des États-Unis Ruth Bader Ginsburg : “My Own Words

 Steven Newcomb | 3/11/2016 | Url de l’article original en anglais : http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/11/03/justice-ruth-bader-ginsburgs-book-my-own-words

Tôt un matin récent, je me trouvais dans l’aéroport de Denver (Colorado), attendant mon vol pour retourner en territoire de la nation Kumeyaay, communément appelé aujourd’hui “San Diego” (Californie). En marchant vers ma porte d’embarquement, j’ai aperçu un magasin de livres. Je décidais d’y entrer pour voir si je pouvais y trouver quelque chose d’intéressant. Après quelques minutes de recherche je trouvais le livre: “My Own Words”, de la juge de la Cour Suprême des États-Unis Ruth Bader Ginsburg, je décidais de l’acquérir et d’aller embarquer.

Dès que j’eus commencé à feuilleter le livre de la juge Ginsburg en attendant l’embarquement, il m’apparut que ce jour était la 524ème année depuis que Cristobal Colón avait envahi l’île de Guanahani, terre des Indiens Taino. Je pensais qu’il était ironique d’acheter le livre de Ginsburg le jour anniversaire du premier voyage de Colomb dans les Caraïbes.

La même doctrine chrétienne de la découverte et de domination utilisée par Colomb, fut utilisée par la juge Ginsburg pour justifier de l’assujettissement de bien des îles non-chrétiennes en toile de fond de son rendu légal de l’affaire de la City of Sherrill contre la nation indienne Oneida (Iroquois) de New-York (2005). La toute première note de bas de page de son opinion de l’affaire est la “doctrine de la découverte”. J’ai regardé si la juge Ginsburg discute de l’affaire City of Sherrill dans son livre et je n’ai rien trouvé.

La seule section du livre de Ginsburg qui semble un peu reliée à cela est intitulée “Dignité humaine et égalité judiciaire sous la loi”. Le sous-tire de cette section est: “Brown contre le bureau de l’éducation dans le contexte international”. C’est une référence à un discours sur l’égalité raciale que la juge Ginsburg délivra en Afrique du Sud juste neuf mois après son rendu de l’affaire City of Sherrill basé sur des idées bigotes, religieuses et racistes et des arguments qu’on peut retracer jusqu’à l’ère de Colomb et les bulles pontificales du Vatican du XVème siècle. La juge Ginsburg ne mentionne rien de tout cela dans son livre ; elle conclut cette section de son livre comme suit:

“Pour résumer, Brown a à la fois réfléchi et propulsé le développement de la protection des droits de l’Homme internationalement. Ce fut décidé après les horreurs de l’holocauste et avec les régimes répressifs en URSS, en Europe de l’Est et en Afrique du Sud comme réalité du moment. Cela propulsa une évolution toujours incomplète vers le respect, légalement et en pratique, pour la dignité humaine du peuple du monde.”

Lorsque la juge Ginsburg invoque la doctrine de la découverte dans son rendu de décision de l’affaire “City of Sherrill”, elle ne fonda pas sa décision sur la “dignité humaine”. Elle citait une doctrine religieuse, bigote et raciste qui domine nos nations et déshumanise nos peuples sur la base de la bible et du christianisme. Une preuve de cette forme de raisonnement se trouve dans le phrasé des arguments contenus dans la directive soumise par le ministère de la justice en 1954 à la Cour suprême des États-Unis pour l’affaire Tee-Hit-Ton Indians vs United States. Cette directive du ministère argumentait que les Indiens Tee-Hit-Ton (Alaska) ne devaient pas recevoir de compensation financière pour le bois pris sur leurs terres parce que “les nations chrétiennes d’Europe acquirent la juridiction de ces terres païennes et infidèles”.

En cette même année 1954, la Cour Suprême décida dans l’affaire Brown vs Board of Education, affaire dite progressiste en matière de “respect” et de “dignité humaine” selon la juge Ginsburg. Et pourtant, de manière des plus importantes, pas un seul mot de son livre ne mentionne les arguments irrespectueux et déshumanisants que le ministère de la justice mit en avant cette même année contre nos nations natives originelles sur la base de la bible et du christianisme.

Bien que le discours de Ginsburg en Afrique du Sud fut au sujet du système légal américain travaillant de manière supposée pour mettre fin à la discrimination raciale aux États-Unis, avec cette décision de Brown v. Board of Education, en 1954, je ne considère pas nos nations originelles faire partie de la “minorité raciale”. Nos nations ont existé bien longtemps avant les Etats-Unis d’Amérique. Nos nations sont pré-américaines (NdT: pré-colombienne de fait). Nous sommes les nations d’avant l’invasion (chrétienne). Nous sommes les nations pré-américaines et les peuples du continent de la Grande Tortue.

La doctrine chrétienne de la découverte et de la domination est liée à l’impérialisme et au colonialisme chrétien. Le juge de la Cour Suprême John Marshall appelait les États-Unis “notre empire s’étendant au large”, une phrase que le juge Marshall employa dans sa décision dans l’affaire Loughborough v. Blake, en 1820. Le contexte caché de l’empire américain est la doctrine chrétienne de la découverte et de la domination qui fut clairement exprimée judiciairement en 1823 dans la décision de la CS dans l’affaire Johnson & Graham’s Lessee v. M’Intosh, sur la base de la tradition judéo-chrétienne.

A l’époque de la directive légale de 1954 dans Tee-Hit-Ton v. United States, Le soliciteur US était Simon Sobeloff, un membre clef du groupe d’hommes qui écrivirent cette directive du ministère basée sur le christianisme et la bible. Sobeloff était un homme de confession judaïque orthodoxe, une tradition religieuse à laquelle la juge Ginsburg souscrit également et le narratif hébraïque du “peuple élu et de la terre promise” est la toile de fond de l’ancien testament et ceci a également servi de toile de fond pour la directive ministérielle de 1954.

Cette connexion entre le narratif de l’ancien testament du peuple élu et de la terre promise et le système légal américain est en partie démontrée par le fait que le ministère de la justice, dans sa directive de 1954 dirigeant l’affaire Tee-Hit-Ton c. États-Unis, cita le livre de la Genèse 1:28 et le livre des psaumes de l’ancien testament. Le ministère de la justice a dit qu’il documentait la façon dont et la base sur laquelle, la législature du Massachussetts avait, dans les années 1600, affirmé la juridiction sur les terres des païens et des infidèles. (NdT: à l’époque des “pèlerins” et du “Mayflower”)

Une question se pose alors : Pourquoi Sobeloff et Ginsburg n’ont-ils pas, sur la base de leur foi judaïque, refusé d’utiliser la doctrine chrétienne religieuse et bigote de la découverte et de la domination contre nos nations ? Sobeloff est décédé, mais la juge Ginsburg a l’opportunité de s’expliquer aujourd’hui et de nous dire pourquoi, lorsqu’il en vient de nos nations originelles, les États-Unis fonctionnent comme s’il n’y avait pas de séparation de la religion judéo-chrétienne et le système politico-légal américain en regard des nations païennes, infidèles et gentilles ?…

~~~~▲~~~~

Steven Newcomb nous a déjà rappelé la méconnaissance du Juge Antonin Scallia qui prétendait ne pas connaitre la Doctrine Chrétienne de la Découverte tenez tout est là :

Tous des Supermenteurs

Je n’ai pas la patience de Newcomb, mais tout comme lui, tout comme R71 et les Nations Primordiales, je ne lâcherai pas l’affaire…

J’ai déjà expliqué ici qu’on pouvait déchirer une à une les pages de l’Agenda 21…

Nous tous, les peuples de la Terre, affirmons notre volonté d’initier un nouveau paradigme tous sur la même ligne, juste NOUS et rien d’autre, côte côte, personne devant, mais personne derrière…

Tous ensemble !

JBL1960

 

 

Publicités

6 réflexions sur « Au nouveau peuple élu du nouveau monde… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s