peuplespremiers

DEVENONS LES EFFACEURS

DES DOGMES FANTASMAGORIQUES :

Effaçons-les de nos mémoires, de nos cortex et à tout jamais !

Lorsque j’ai décidé de faire effacer mon nom du registre des baptêmes ;

Ce qui s’est révélé impossible puisque la justice française légitime encore aujourd’hui et malgré la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905 ; L’évènement historique que constitue le baptême qui se tient à la demande des parents d’enfants mineurs car il ne préjuge en rien de ce que seront leur conviction une fois parvenue à l’âge adulte, les laissant libres de leurs cheminements futurs. Cet évènement historique, le baptême et l’inscription du nom sur les registres, attestent en chaque acte, qui porte la signature de plusieurs témoins, un événement public et historique, indéniable. Et l’Église affirme que ce fait historique ne s’efface pas.

« Cet acte ne peut de ce fait être rendu illisible, ni être effacé. »

Les Archives de la Catholicité vous font remarquer alors, que le registre des baptêmes n’est pas publiquement consultable ni communicable. Et donc, il n’est pas accessible à des tiers.

Ce qui est totalement faux, puisque de nombreuses personnes, comme cet expatrié français travaillant en Allemagne, qui s’est affirmé athée et qui s’est vu ponctionné directement sur son salaire la somme de 550 € pour impôt sur le Culte parce que le Diocèse allemand a mené l’enquête et, constatant que cette personne avait été baptisée elle était donc « catholique » et devait l’impôt. Tenez, ce cas n’est pas inventé, il ne sort pas de mon imagination = http://www.lepoint.fr/economie/le-fisc-allemand-a-la-poursuite-des-baptises-francais-23-02-2015-1907253_28.php

Et il y a même une petite vidéo sur ce sujet ici.

Mais l’Église Catholique Romaine pousse même le vice en rappelant ceci :

« De plus la Cour de Cassation de Paris a rejeté le pourvoi le 19 novembre 2014. »

Voici l’Arrêt N° 1441 du 19 novembre 2014 (13-25.156) qui est consultable par tout le monde : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/1441_19_30541.html

Enfin, le Secrétariat de l’Archevêché termine ainsi ; « Conformément à la position de la CNIL sur ce sujet, la seule chose qui puisse vous être proposée est d’effectuer une mention en marge du type « ne reconnait pas la valeur de son baptême » ou « a renié son baptême » ou tout autre formule similaire que vous voudrez bien nous transmettre. Ainsi les données vous concernant ne seront « ni inexactes, ni incomplètes, ni périmées » comme le requiert l’article 40 de la loi précitée. »

C’est donc tout ce que j’aurai obtenue, à savoir un extrait de mon certificat de baptême, en photocopie certifiée conforme à l’original avec la mention à la marge « A renié avec force et en conscience son baptême par lettre datée du XXXXX« .

Vous trouverez dans cette page de ce blog copies, modèles de lettres, transcriptions des échanges de courrier de cette entière affaire = https://jbl1960blog.wordpress.com/faire-tomber-lempire/

J’ai pris la décision de renier mon baptême en récusation des racines doctrinaires de la découverte chrétienne qui dès le XIIIème siècle sous le pape Innovent IV donna aux chrétiens l’autorité légale de circonvenir à la propriété non-chrétienne et aux droits de souveraineté.

J’ai demandé la radiation de mon nom du registre des baptêmes, en ces termes ;

Je refuse que mon nom, pour l’éternité, soit complice des crimes de sang faits au nom de votre Dieu, en tout temps et en tout lieu. Et je dénonce les fondements religieux des lois établies en regard des nations autochtones et qui prévalent encore aujourd’hui ; Soit l’affirmation de droit sur la doctrine chrétienne de la découverte dont le concept de titre par la découverte été fondé sur la même idées que les terres occupées par les païens et infidèles étaient ouvertes à toute acquisition pour les nations chrétiennes.

Parce que tout est fait en notre nom, une fois que l’on est baptisé !

Parce que tout est fait en notre nom, une fois que l’on a voté !

Et pour que ne résonne plus jamais, en notre nom, dans nos rues l’écho des nuits barbares… En notre nom ont été envoyés, au prétexte de lutte antiterroriste, nos soldats participer aux guerres néocoloniales atlantistes. Nos avions bombarder à tout-va hommes, femmes et enfants ressortissants d’Afghanistan, de Libye, de Côte d’Ivoire, de Centrafrique, du Mali, du Tchad, d’Irak, et à présent de Syrie. Le tout bien évidemment au nom des droits de l’homme. Et avec l’argent de nos impôts…

Texte intégral « En notre nom » de l’auteur Zénonhttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/11/ennotrenomzenon0720161.pdf

Et nous avons une chance unique de faire tomber ces empires fantasmagoriques en leur retirant notre consentement.

Vous pouvez demander votre débaptisation, en masse, en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte faisant ainsi tomber le dogme fantasmagorique pourtant appliqué depuis des siècles, issus de la bible, du « peuple élu », de la « Terre promise », de « droit divin » transformés séculairement dans le temps en « droit de domination » et aujourd’hui en « droit d’ingérence » (humanitaire bien sûr !). Mais la source n’en est pas moins factice, induite du mécanisme de l’exploitation de l’Homme par l’Homme qu’est le colonialisme intra et extra-muros. Placer son origine dans le religieux a décuplé son impact sur des générations et nous entrevoyons le bout du tunnel en faisant péter les verrous des dogmes et en faisant émerger la vérité historique par le truchement des travaux du Dr Ashraf Ezzat inclus dans ces billets sur ce blog :

Choisir entre la peste et le choléra ?

Ni Terre promise, ni Peuple élu…

Le Syndrome Messianique

Au pied du Mur…

Et des historiens et archéologues comme Sand, Pappe, Herzog, et Israël Shamir que j’ai intégré dernièrement dans ces billets :

NOUS AVANT TOUT !

QU’ATTENDONS-NOUS ?

Parce qu’ils rejoignent Steven Newcomb, d’Errico, Morris, Dunbar-Ortiz, Zinn, Means dans le même combat : Celui de la mise au grand jour de l’usurpation historique par la falsification et l’imposition d’une vision unique et dominatrice de justification du colonialisme.

Et cette racine religieuse fut sécularisée par le baptême !

Conversion par le baptême ou la mort !

Et la plupart du temps, c’était de toute façon la mort. Voilà pourquoi il est utile aujourd’hui d’appeler à la débaptisation en masse, parce  que ça a du sens. Et qu’ainsi on atteste de notre volonté, nous les colons repentis, les occidentaux affranchis de toute idéologie coloniale d’initier un nouveau paradigme en lien avec TOUS les Natifs, Indigènes, Autochtones de la Planète et côte à côte, sur la même ligne.

Alors vous pouvez rejoindre ce Mouvement créé à mon initiative sur le blog Résistance71 et pour témoigner de votre action en débaptisation ou tout simplement soutenir l’intention, si vous trouver l’idée juste, et la relayer : https://resistance71.wordpress.com/abolir-lempire-mouvement-pour-la-repudiation-de-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte/

=*=

Résistance au colonialisme : Le dogme religieux de la domination chrétienne au cœur de la loi fédérale américaine sur les Indiens (Steven Newcomb)

https://resistance71.wordpress.com/2016/10/24/resistance-au-colonialisme-le-dogme-religieux-de-la-domination-chretienne-au-coeur-de-la-loi-federale-americaine-sur-les-indiens-steven-newcomb/

Lire notre dossier sur le colonialisme et la Doctrine Chrétienne de la Découverte

Parce que nous sommes tous colonisés et que  l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie colonialiste, se tenant debout, main dans la mais avec tous les peuples colonisés du monde, pour reconstruire ensemble de peuple à peuple, la société des sociétés organique dérivée moderne de la société humaine égalitaire du communisme primordial.

~ Résistance 71 ~

=*=

Livre de l’auteur de l’article Steven Newcomb: « Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (traduction et introduction à l’ouvrage de Résistance 71 )

=*=

La domination chrétienne à la racine de la loi fédérale indienne (USA)

 Steven Newcomb |  22 octobre 2016 |  Url de l’article original : http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/10/22/christian-dominionism-root-us-federal-indian-law

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 En 1954, à l’ouverture de l’ère de l’extermination (NdT : un programme d’éradication des nations nord-amérindiennes fut mis en place aux USA entre 1953 et 1968, http://www.nrcprograms.org/site/PageServer?pagename=airc_hist_terminationpolicy ), le ministère de la justice des États-Unis délivra sa feuille de route légale à la Cour Suprême des États-Unis et donna plus tard un argument oral à la Cour sur cette base. L’affaire en référé devant la Cour était de savoir si la nation des Indiens Tee-Hit-Ton d’Alaska avait le droit de recevoir une compensation financière pour le bois pris sur son territoire par le ministère de l’intérieur du gouvernement des États-Unis.

Le ministère de la justice introduisit le contexte de son argument avec ceci: “Les nations découvrant le continent ont acquis le titre de propriété absolu des terres dudit continent et ce sujet seulement au droit d’occupation des sols des Indiens. Avant la grande ère de la découverte commençant à la fin du XVème siècle, les nations chrétiennes d’Europe acquirent la juridiction sur ces terres nouvellement découvertes en vertu des dons faits par les papes, qui s’arrogèrent le pouvoir d’accorder aux monarques chrétiens le droit d’acquérir les territoires et possessions des païens et des infidèles.

Le ministère remonta jusqu’au XIVème siècle pour trouver un exemple: “Par exemple, écrivirent les avocats, en 1344, le pape Clément VI avait donné les îles Canaries à Louis d’Espagne sur la promesse que celui-ci mène les insulaires à adorer le Christ et, suivant la découverte du nouveau monde par Colomb, le pape Alexandre VI, en 1493 et 1495, émît deux bulles donnant à l’Espagne toutes les terres pas encore chrétiennes…

Le ministère a dit qu’il était éventuellement “nécessaire pour les nations chrétiennes civilisées d’Europe de développer un nouveau principe qui pourrait être reconnu comme la loi par laquelle ils pourraient réguler, entre elles, le droit d’acquisition des territoires du nouveau monde, qu’elles avaient trouvé habités par des Indiens qui étaient païens et non-civilisés en accord avec les standards européens.” Le ministère continuait:

“En premier lieu, la simple découverte fut considérée comme suffisante pour créer un titre de propriété complet et valide, mais à cause d’affirmations extravagantes et conflictuelles fondées sur la seule découverte, il fut trouvé bientôt qu’une base plus stricte et précise était nécessaire… Après plusieurs années, le principe finalement évolua pour dire que “la découverte donna le titre de propriété au gouvernement dont les sujets ou par quelle autorité dont il était fait, contre tous les autres gouvernements européens, dont le titre pouvait être consommé par la possession.” Johnson v. McIntosh, 8 Wheat. 543, 573; Martin v. Waddell, 16 Pet. 367, 409-410

En 1954, la même année où la CS des États-Unis renversa les lois de Jim Crow en renversant la décision dans l’affaire Plessy contre Ferguson, le ministère de la justice réaffirma le cadre conceptuel de la découverte chrétienne et de la domination. Ceci peut se trouver dans le passage suivant de l’ordonnance légale:

Bien que les nations d’Europe cessèrent ainsi de reconnaître les papes comme source de leurs titres de propriétés des terres nouvellement acquises, le nouveau concept du titre par la découverte était fondé sur la même idée que les terres occupées par des païens et des infidèles étaient ouvertes à l’acquisition par les nations chrétiennes [note 4] dans Johnson v. McIntosh, 8 Wheat. 543, 573.

Après cette déclaration disant que “les terres occupées par des païens et des infidèles étaient ouvertes à l’acquisition par les nations chrétiennes”, le ministère de la justice plaça ceci en note de bas de page:

Ceci [le nouveau concept du titre de propriété par la découverte disant que la terre occupée par les païens et les infidèles étaient ouvertes à l’acquisition par les nations chrétiennes] est démontré par le fait que le don souverain anglais d’une commission au père et au fils Cabot fut fait pour la découverte de pays alors inconnus des peuples chrétiens et qu’ils en prennent possession au nom du roi d’Angleterre. Des commissions (chartes) furent similairement données à Gilbert et Raleigh. Voir Johnson contre M’Intosh, 8 Wheat. 543, 576-77.

Comment les nations chrétiennes étaient-elles supposées “acquérir” des terres “occupées par des païens et des infidèles” ? En saisissant ces terres non-chrétiennes de ses occupants non-chrétiens. Le ministère de la justice des États-Unis a même cité la bible, genèse 1:28 :

“Les nations qui découvraient affirmaient le titre complet de propriété par elles-mêmes, même contre les natifs païens, ceci est très bien illustré par la mise en place des législatures coloniales. Dans le Massachussetts, aussi tôt que dans la période 1633-37, le tribunal général avait déclaré:

Que quelques soient les terres que les Indiens avaient possédé et amélioré dans cette juridiction, en subjuguant ces mêmes terres, ils ont juste ce droit en accord avec Gen. 1, 28 et chapitre 9, 1 et psaumes 115-16.

Une note de bas de page accompagnant l’ordonnance légale américaine stipule:

Genèse 1:28: “Et dieu les bénît et dieu leur dit, soyez féconds et multipliez, renflouez la terre, subjuguez la…. chap 9:1 “et dieu bénît Noé et ses fils et leur dit, soyez féconds, multipliez-vous et renflouez la terre.” Psaumes 115-16 “Le ciel, même le paradis appartiennent à dieu, mais la terre il l’a donné aux enfants des hommes.”

Jusqu’à aujourd’hui, à chaque fois que la CS des USA cite ses propres précédents qui ont dépendu de la façon présupposée chrétienne de raisonner expliquée par le ministère de la justice dans son ordonnance de 1954, elle utilise toujours cette forme de raisonnement contre nos nations et peuples originels libres et indépendants. Cette forme de raisonnement est la base sur laquelle le membre du congrès démocrate Raul Luiz de l’état du Maryland a récemment dit au sujets des terres où se situent la dispute du Dakota Access Pipeline: “Je veux juste rappeler à tout le monde, que le bout de terrain dont nous parlons ici est sur la terre fédérale.”

Ruiz, qui est médecin de profession, est un haut membre du comité de la chambre basse sur les ressources naturelles. Il est vu par bon nombre et se voit lui-même, comme un allié des peuples autochtones dans la dispute de Standing Rock. Et pourtant, sur la base même de la doctrine chrétienne de la découverte et de la domination, il affirme que les terres d’Oceti Sakowin sont des terres fédérales: “Ainsi. Ceci est une terre sous la juridiction du gouvernement fédéral et ce dont nous parlons ici n’est pas seulement une matière de droit. C’est la loi.

Dans l’ordonnance légale du gouvernement américain de 1954, le ministère de la justice expliqua ouvertement la forme injuste et biblique du raisonnement appliqué à toutes les nations autochtones du continent. C’est cette forme de raisonnement qui fait que même des “alliés” fédéraux des nations natives, comme le membre du congrès Ruiz, affirment que toutes les terres indiennes sont supposément “fédérales” existant sous “juridiction fédérale”.

D’après le traité de Fort Laramie en 1851, cette terre est de droit territoire Oceti Sakowin (Grande Nation Sioux) et par conséquent sous la juridiction de droit d’Oceti Sakowin. On ne le voit pas de cette façon parce que la forme religieuse de raisonnement fondée sur la doctrine de la domination chrétienne qui dit que nos nations n’ont pas le droit d’exister librement hors de la domination des États-Unis parce que nos ancêtres n’étaient pas humains étant non chrétiens lorsque les envahisseurs chrétiens eux, arrivèrent en ces lieux.

=*=

On ne le voit pas de cette façon parce que la forme religieuse de raisonnement fondée sur la doctrine de la domination chrétienne qui dit que nos nations n’ont pas le droit d’exister librement hors de la domination des États-Unis parce que nos ancêtres n’étaient pas humains étant non chrétiens lorsque les envahisseurs chrétiens eux, arrivèrent en ces lieux.

Voilà les raisons qui m’ont poussées à renier mon baptême, et à faire effacer mon nom des registres des baptêmes. Parce que tout nouveau baptême réaffirme la supériorité divine de ceux qui croient en un Dieu en niant l’humanité des non-chrétiens et par nature de tout païen, de tout indigène, de toute Nation Primordiale en tout lieu et de tout temps.

Chaque acte de baptême réaffirme qu’il faut tuer l’indien pour sauver l’homme, et sous entend que seul l’homme blanc chrétien est humain…

Et nous pouvons effacer à tout jamais ces dogmes fantasmagoriques, et initier un nouveau paradigme en lien avec les Natifs : et sur cette idée qu’il n’y aura ni dieu, ni maitre et que nul ne sera Chef de ce changement.

Nous pouvons impulser la poussée primordiale, non violente, de ce nouveau paradigme, sans arme, ni haine, ni violence.

Ici et Maintenant et d’où nous sommes, inter-reliés, nous devons créer une chaine de diffusion de ces pépites de vérité historique qui surgissent tant bien que mal du fatras idéologique qu’est devenu la société du spectacle entretenue par les peuples eux-mêmes en acceptant, par démission de leur pensée critique, les fadaises proposées par une oligarchie désormais aux abois…

Devenons tous des lanceurs d’alertes, des chercheurs de vérité et ouvrons-la !

Tous inter-connectés, inter-reliés ;

Union => Réflexion => Action => Associations libres confédérées =

SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS

Vous, Français, êtes des petits et moyens paysans, des petits et moyens artisans ; vous êtes actifs dans l’agriculture, l’industrie, le transport et les communications. Jusque maintenant, vous avez eu besoin de rois et de leurs fonctionnaires afin de vous rassembler et de vous protéger l’un contre l’autre. En 1793 vous avez aboli le roi et l’État, mais vous avez maintenu le roi de l’économie: l’or. Parce que vous avez ainsi laissé la mauvaise fortune, le désordre et l’insécurité dans le pays, vous avez dû laisser les rois, leurs fonctionnaires et leurs armées revenir. Débarrassez-vous des intermédiaires autoritaires ; abolissez les parasites ; voyez et veillez à l’unité directe de vos intérêts. Alors vous aurez la société comme héritière du féodalisme et de l’État.

Appel au socialisme pour la société des sociétés – Gustav Laundauer – 1919 morceaux choisis dans ce billet = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/15/cest-a-nous-maintenant/

Parce que l’idée première et l’objectif sur lequel nous devons nous concentrer, c’est de connecter les énergies, les électrons libres pour donner l’exemple d’associations toutes aussi libres par delà l’espace et le temps…

Il y a plein d’expériences qui nous sont volontairement cachées, parce qu’elles portent en elles les grains de la sagesse et de la réussite d’un nouveau paradigme esquissé, et mis volontairement sous le boisseau afin que nous les peuples soyons maintenu dans l’ignorance.

Il y a dans l’organisation mise sur pied par la révolution espagnole, et par le mouvement libertaire qui en a été la cheville ouvrière, structuration de la base au sommet, qui correspond au véritable fédéralisme et à la véritable démocratie. Il est vrai qu’au sommet, et même à un échelon ou à un autre, des déviations peuvent se produire ; que des individus autoritaires peuvent transformer, ou vouloir transformer, la délégation en pouvoir autoritaire intangible. Et nul ne peut affirmer que ce danger ne surgirait jamais. Mais la situation est toute différente de ce qu’elle est, ou serait dans un appareil d’État. Dans l’État que Marx, quand il voulait courtiser les communards échappés au massacre afin de les attirer à lui appelait une « superstructure parasitaire » de la société, les hommes installés aux commandes sont inaccessibles pour le peuple. Ils peuvent légiférer, décider, ordonner, choisir pour tous sans consulter ceux qui devront subir les conséquences de leurs décisions : ils sont les maîtres. La liberté qu’ils appliquent est leur liberté de faire les choses comme ils l’entendent, grâce à l’appareil de lois, de règlements et de répression dont ils disposent, et au bout duquel il y a les prisons, les bagnes, les camps de concentration et les exécutions. L’U.R.S.S. et les pays satellisés en sont d’écrasants témoignages.

Extrait de La démocratie libertaire Gaston Leval Extrait de “L’Espagne libertaire 1936-39” (1983) lire l’intégralité dans ce billet de blog = Un souffle nouveau et sa suite ici

Et pour que cela parle au plus de gens possible et qu’ils comprennent bien que c’est réalisable, une fois retirer notre consentement et sur le principe de la Commune expliqué par Pierre Kropotkine :

Quand nous disons que la révolution sociale doit se faire par l’affranchissement des Communes, et que ce sont les Communes, absolument indépendantes, affranchies de la tutelle de l’État, qui pourront seules nous donner le milieu nécessaire à la révolution et le moyen de l’accomplir, on nous reproche de vouloir rappeler à la vie une forme de la société qui s’est déjà survécu, qui a fait son temps. « Mais, la Commune — nous dit-on — est un fait d’autrefois ! En cherchant à détruire l’État et à mettre à sa place les Communes libres, vous tournez vos regards vers le passé : vous voulez nous ramener en plein Moyen Âge, rallumer les guerres antiques entre elles, et détruire les unités nationales, si péniblement conquises dans le cours de l’histoire ! »

L’intégralité du texte ici = Tous pour la Commune !

Et rappelons-nous toujours, que nous n’avons nul besoin de nous combattre mais seulement d’arrêter de leur consentir…

En disant NON ; Mensonges et fantasmagories disparaissent…

JBL1960

Preuve en est, grâce à ratuma qui vient de me transmettre cet article de Michel Raimbaud, que notre analyse entremêlée n’est ni folle ni superflue : https://tunisitri.wordpress.com/2016/10/25/michel-raimbaud-panne-de-courant-au-pays-des-lumieres-sont-ils-tombes-sur-la-tete/

Advertisements

22 réflexions sur “ DEVENONS LES EFFACEURS ”

      1. C’est vrai ; Mais c’est bien pourquoi il faut enlever les racines et très profond… Comme le chien-dent et les mauvaises herbes du jardin, si tu les coupes s’en enlever la racine, bah t’es vite envahie ! Alors ça nique le dos, mais les mauvaises herbes, à force y’en a plus… C’est long, mais plus long, plus c’est bon, non ? Hi hi hi ! Jo

        J'aime

      2. L’article met en avant toutes les pratiques barbares qui sont à proscrire et auxquelles jamais on ne fait appel qd même. Quand on dit qu’il faut garder le meilleur des civilisations ancestrales c’est la chefferie sans pouvoir, les décisions à l’unanimité. Comme les Pygmées qui envisageaient un territoire pour un nombre d’individus donné. La tout est fait pour faire peur… 😦

        J'aime

      3. nous faire peur – je veux bien – mais quand ils sont là, il n’y a pas de quoi rire – d’autant plus que ce sont surtout des mâles et qu’ils ont la bite en feu – et ça l’oligarchie n’y est pour rien –
        qu’ont-ils fait de leur famille ?
        Quant aux pygmées et autre civilisation – regarde les tours , surtout en région parisienne et tu verras que leur accorder un territoire particulièrement ce ne sera pas simple – faut être un peu réaliste

        J'aime

      4. Concernant les pygmées, je rappelle et en cela ils ont procédé de la même manière que les Mayas, les Aztèques et les Incas, ils étudiaient un territoire et décidaient au préalable d’un nombre d’individus maximum pour ce territoire. Et cela pour être en harmonie avec la nature et s’auto-régulaient ainsi. Je n’ai jamais parlé de leur « accorder » un territoire, ça franchement c’est pas très réaliste. Je faisais référence aux sociétés primordiales qu’on traite systématiquement comme des « inhumains » comme l’explique d’ailleurs fort bien Newcomb. Puisque indigènes, païens et non blanc et bien sûr non chrétien… Je crois que tu n’as pas saisie le sens de mon propos. Car je n’ai jamais sous entendu, qu’il fallait accorder un territoire à des pygmées !!! C’est drôle que tu es compris cela ! 🙂 C’est pas glop, mais rigolo… Jo

        J'aime

      5. toi non plus tu n’as pas compris – je n’ai jamais dit qu’il fallait accorder ou non un territoire aux pygmées – tu disais qu’ils s’auto-régulaient eux-même, alors je crois que pour vivre comme eux, il faut aussi s’auto-réguler -car pour vivre en harmonie avec la nature, et évoluer sainement, il ne faut pas être dans des tours – on a besoin de la nature et nous ne sommes pas des abeilles dans un ruche –
        Je me souviens de l’article de R71 sur la musique à 432 hertz – j’ai adoré – mais il y a également « le nombre d’or » applicable à l’habitat – et là je crois que l’oligarchie est au courant –

        quant aux Mayas – quand j’aurai fini le livre – je te l’envoie – avec celui que je t’ai promis

        dans mon jeune temps écolo – j’ai lu René Dumont – et Dieu sait comme il a été critiqué – et les verts ne se souviennent même plus de lui – il a été critiqué parce qu’il disait justement qu’il fallait s’auto-réguler

        J'aime

      6. je croyais que tu allais parler des prophéties des Mayas !!!

        ww.breizh-info.com/2016/10/27/52045/kerlaz-finistere-tension-communautaires-migrants-femmes-immigration-calais

        on va rigoler …….

        J'aime

  1. Ah oui, effectivement, j’avais pas saisi ta pensée ; Car je pense effectivement, que nous devons nous auto-réguler, nous-mêmes, hein ? On n’a besoin de personnes, sinon ça s’appelle de l’eugénisme et ça les psychos aux manettes y zen veulent ! Et oui, le Dumont s’est quasi fait lyncher et lâcher parce qu’il tenait un discours de vérité qui a été jugé rétrograde. Mais y’a pas de soucis en échangeant on se comprend mieux, ça pédale dans la semoule parfois, t’inquiètes ! Bonne journée à toi ! Jo

    J'aime

    1. Bonsoir ou bonjour ;),
      Ahh (soupir) … L’auto-régulation naturelle… Celle où les plus forts résisteront… Juste la loi de la vie, le Samsara 🙂
      Accepter de n’être (naître) que de passage … ^^
      Merci!

      J'aime

      1. Bonsoir à vous ;
        Je suis assez d’accord avec vous sur l’auto-régulation naturelle, sachant que je ne crois pas que les plus forts résisteront nécessairement. Car il y a des améliorations notables, sans pour autant verser dans l’acharnement thérapeutique à tout crin, qui sont avérées. Mais je pense que nous ferions bien d’envisager les choses différemment. Oui et bien sûr accepter de n’être que de passage… Connaissez-vous la chanson de Graeme Allwright « De passage » De passage, de passage, triste et long voyage, juste de passage… Si non, je vous la collerai ! Merci à vous pour le com ; Jo

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s