Tonton Cristobal n’est pas venu…

Avec le Navire « Colon » à la découverte du Nouveau-Monde

Ce billet est à relier avec celui-ci qui relate la réponse faite par l’archevêque Tomasi à une intervention (le 25/11/2015) sur la doctrine chrétienne de la découverte faite par le groupe Apache-Ndee-Nee Working Group, le membre du CERD Carlos Manuel Vazquez demanda au Saint Siège de clarifier sa position sur le document de la bulle pontificale Inter Caetera de Mai 1493 et sur la doctrine de la découverte.

L’archevêque Tomasi répondit pour le Saint Siège. Il dit alors que le traité de Tordesilla de 1494 entre l’Espagne et le Portugal avait rendu “effectivement” la bulle papale “inopérante”. “Changer les conséquences historiques de l’idéologie réfléchie dans ces instruments nous demanderait de changer le traité plutôt que la bulle pontificale”, fit remarquer Tomasi (p.8). En droit, le terme “inopérant” veut généralement dire “sans effet, sans force pratique, invalide”. Si le Saint Siège a raison, il devrait alors être impossible de trouver des preuves que la couronne de Castille ou tout autre gouvernement, aient considéré la bulle papale Inter Caetera comme toujours opérationnelle et donc valide après 1494 ; alors nous devons dire que l’affirmation faite par le Saint Siège devant le CERD de l’ONU est clairement fausse.

Et aussi avec celui-.

Je reproduis ci-dessous intégralement la traduction faite par Résistance71 de l’article de Peter d’Errico du 25/04/2016 Source : Indian Country Today Media Network

Url de l’article original en anglais : http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/04/26/will-permanent-forum-stand-indigenous-peoples

Résistance au colonialisme: l’hypocrisie totale du Forum Permanent des Affaires Indigènes de l’ONU quand les institutions protègent la Doctrine Chrétienne de la Découverte fondement du colonialisme occidental (Peter d’Errico)

Le Forum Permanent de l’ONU va t’il prendre position pour les peuples indigènes ?

Le Forum Permanent sur les Affaires Indigènes (FPAI) de l’ONU (UNPFII) semble complice dans l’enterrement de ce qui avait été jusqu’ici son action la plus profonde et significative en la matière: la critique de la Doctrine Chrétienne de la Découverte qu’il avait émise dans sa 13ème session de Mai 2014 et intitulée: « Study on the impacts of the Doctrine of Discovery on indigenous peoples, including mechanisms, processes and instruments of redress. » [UN Doc E/C.19/2014/3]

Le Forum Permanent, comme la plupart des corps constitués conventionnels, a évité de nommer la base religieuse de la doctrine ; mais l’étude elle-même a ciblé la racine: “La présomption de supériorité raciale des chrétiens européens.” La Doctrine a pour origine “les bulles pontificales émise durant la soi-disant période de l’âge de la découverte en Europe. Elle était composée de réglementations, comme le Requirimiento, qui émanaient de royauté d’états européens chrétiens.”

L’étude a montré comment la présomption de la supériorité chrétienne incarnée par la doctrine de la découverte alimente les saisies coloniales des terres et le génocide des peuples autochtones. “Dans toutes ses manifestations, la ‘découverte’ a été utilisée comme cadre justificatif pour déshumaniser, exploiter, réduire en esclavage et subjuguer les peuples indigènes ainsi que de les déposséder de leurs droits les plus fondamentaux, de leurs lois, de leur spiritualité, de leur vision du monde et du mode de gouvernance de leurs terres et de leurs ressources. Ce fut en fait la véritable fondation du génocide.

L’étude se concluait avec un diagnostique réaliste et une recommandation :

“On ne peut pas effacer l’histoire. Son cours, quoi qu’il en soit, peut-être changé pour assurer le bien-être présent et futur, la dignité et la survie des peuples indigènes. La diginité et le respect des droits de l’Homme doivent être garantis, spécifiquement à la lumière de vulnérabilités existantes. Il doit y avoir une reconnaissance complète et honnête du passé afin d’assurer que les doctrines coloniales ne continuent pas à se perpétrer. Un changement clair de paradigme et critique des doctrines coloniales vers un cadre de principe axé sur les droits de l’Homme consistant avec la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU (DDPI) et autres lois internationales sur les droits de l’Homme.”

Le Forum Permanent a félicité l’auteur de l’étude et a affirmé que toutes les doctrines, incluant celle de le découverte, qui se font les avocates de la supériorité sur une base d’origine nationale ou raciale, religieuse, ethnique ou de différences culturelles sont racistes, scientifiquement fausses, légalement invalides, moralement condamnables et socialement injustes et se doivent d’être répudiées tant en parole qu’en action.

Le rapport final de la 13ème session [UN Doc E/C.19/2014/11] a recommandé que l’étude “soit soumise au président de l’assemblée générale de l’ONU et des états membres en tant que guide de référence dans les discussions concernant la réunion plénière de haut-niveau/Conférence Mondiale sur les Peuples Indigènes programmée pour Septembre 2014.”

La soi-disant Conférence Mondiale sur les Peuples Indigènes, nommée ainsi de manière erronée puisque c’était une conférence de l’AG de l’ONU et non pas des peuples indigènes, s’est déroulée sans même que la Doctrine Chrétienne de la Découverte ne fusse nommée une fois. Malgré la recommandation on ne peut plus explicite du Forum Permanent, l’étude ne fut pas discutée et aucunes recommandation pour futures actions ne fut émise ni même mentionnée.

Malgré tout, bien des observateurs ont déclaré cette réunion de haut-niveau comme étant une “victoire” pour les peuples indigènes. Il apparaît que bien des gens peuvent être embrouillés au sujet de la différence entre parler et agir. Dans ce cas précis, il n’y eut même pas de discussion dans le document de conclusion de la conférence. L’étude sur la Doctrine Chrétienne de la Découverte fut passée à la trappe.

La base de données des recommandations du FPAI de l’ONU catégorise la 13ème session et sa recommandation comme une “méthode de travail” pour le président de l’AG de l’ONU et les pays membres. Le “statut de mise en application” montre un espace blanc. Le statut de mise en application des recommandations préalables de la 11ème session critiquant la Doctrine et appelant pour sa révocation est montrée comme étant “en cours”.

Avant sa 14ème session de Mai 2015, le FPAI avait requis que ses états membres donnent leurs réponses à la 13ème session. Cinq états ont répondu: l’Australie, le Danemark, le Mexique, le Paraguay et les États-Unis. De ceux-ci, seul le Paraguay a rapporté une quelconque action mise en place en ce qui concerne la propriété indigène de la terre, le problème fondamental qui affecte les peuples indigènes au travers de la Doctrine Chrétienne de la Découverte. Les autres états répondant ont discuté de nombreuses affaires sociales et de programmes de services fournis aux personnes indigènes.

Le rapport final de la 14ème session [UN Doc E/2015/43] n’a pas attiré l’attention sur ce manque évident de réponse et de suivi de l’étude et de ses recommandations. En fait, le rapport a “encensé le document de clôture” de la réunion plénière de haut-niveau, sans même faire allusion au fait que la réunion n’avait aucunement adressé la Doctrine Chrétienne de la Découverte. Le rapport a néanmoins réitéré le droit des peuples indigènes à avoir leur mot à dire dans le développement de leurs terres.

Peut-être de manière édifiante, la 14ème session a aussi reconnu “le besoin de réduire le nombre de recommandations tout en renforçant le suivi et la mise en place des recommandations les plus remarquables.” Le Forum a promis de prendre une “initiative de réforme”.

L’urgence du problème du titre de propriété indigène a été accru par la reconnaissance que, comme l’a rapporté la 14ème session, le suicide au sein des peuples indigènes “est lié à la perte par les peuples indigènes de leurs droits à la terre et à leurs territoires ancestraux, leurs ressources naturelles, leurs modes de vie traditionnels et l’utilisation traditionnelle des ressources naturelles.

Bien que le rapport ait fait suivre ces trouvailles d’une volée de propositions pour des actions sur la santé, il a aussi appelé “l’envoyé du SG de l’ONU pour la jeunesse… d’informer le Forum sur les progrès en ce domaine dans la 15ème session.”

Celle-ci aura lieu en Mai 2016. L’agenda publié s’ouvre avec “Un suivi des recommandations du Forum Permanent: a) Mise à jour sur la mise en place des recommandations du FP.” Après une subséquente “réunion d’expert internationale sur le thème “Langues indigènes: préservation et revitalisation”, l’agenda continue sur deux “études préparées par des membres du FP.” La liste n’inclut pas d’étude sur la Doctrine Chrétienne de la Découverte.

Dans quelques semaines, nous saurons si le FP de l’ONU a oublié la Doctrine Chrétienne de la Découverte ou s’il va insister sur la question de la terre pour les peuples indigènes et leurs droits devant inclure une révocation de la Doctrine et des bulles pontificales desquelles les schémas de domination de la doctrine ont émergé.

L’ONU, tout comme ses états membres, fait fonctionner une énorme bureaucratie ce qui augmente la possibilité pour bien des sujets de passer à la trappe. Les états membres ne regardent pas les peuples indigènes comme des participants à part entière de l’organisation. De plus, quelques états membres, particulièrement les États-Unis, ont pris des mesures pour mettre une limite entre les droits des peuples indigènes et les droits des peuples. En fait, l’effort parallèle pour définir un “nouveau statut” pour les peuples indigènes à l’ONU indique autant un effort de les enterrer et de les mettre au placard que de les élever à être membre à part entière du corps général de l’organisation.

Le ministère des affaires étrangères des États-Unis, au moment où ceux-ci changeaient leur vote sur la DDPI d’un non à un oui, avait dit que la déclaration crée une catégorie spéciale de droits qui n’est pas équivalente à une participation complète au concert des nations. Le ministère a poussé le bouchon aussi loin que de déclarer que le système de “loi fédérale indienne”, basé sur la doctrine Chrétienne de la Découverte, est identique au système de droit mis en place dans la déclaration de l’ONU.

En mettant ces développements bout à bout, l’étude du FPAI de l’ONU sur le Doctrine Chrétienne de la Découverte passant à la trappe et l’effort de maintenir les peuples indigènes dans un statut subordonné en rapport avec les états, peut faire facilement conclure que les droits des peuples indigènes sont non seulement sous attaque des états coloniaux, mais que les termes de l’attaque n’ont pas même changé. Les peuples indigènes ont un “forum permanent” pour leurs “affaires”, mais leurs affaires sont toujours subordonnées aux préoccupations des états qui clament une supériorité sur eux.

Dans la tragédie de Shakespeare “Jules César”, Marc Antoine cache son amour de César : “Je suis venu pour enterrer César et non pas pour l’encenser”. L’inverse marche tout aussi bien : un ennemi peut bien dire: “Je viens pour encenser et pas pour enterrer”.  Attention aux manifestations d’amitié aux peuples indigènes… à moins que ce ne soit confirmé par des actions.

Kahentinetha représentante de Mohawk Nation News m’a adressée un Merci en Mohawk que j’ai retranscris dans ce billet à son intention ; Niawen – Merci !

Puis également un appel à la Paix en Mohawk qui se dit ; Skennen…

J’espère sincèrement par ce simple relayage être digne de la confiance qui m’est faite et vous toucher sur la cause Amérindienne, entre autres, que j’ai intégré dans ma réflexion pour changer de paradigme en lien avec les Natifs et descendants des Peuples premiers de la Terre.

Je termine sur les mots de Martin Luther King ;

« Notre nation est née dans le génocide lorsqu’elle embrassa la doctrine que l’américain originel, l’Indien, était un être inférieur.

Avant même qu’il y ait eu un grand nombre de nègres sur nos côtes, la balafre de la haine raciale avait déjà défiguré la société coloniale »

Aujourd’hui,encore, ces mots prennent tout leur sens…

JBL1960

=*=

Mise en lien des dernières traductions et publications par Résistance71 du 07/05/2016 à lire absolument ;

https://resistance71.wordpress.com/2016/05/07/resistance-au-colonialisme-la-parabole-du-feu-et-letablissement-de-nouvelles-chartes-de-cooperation/

Url des articles originaux en anglais ;

http://mohawknationnews.com/blog/2016/05/03/fanning-the-embers/

http://mohawknationnews.com/blog/2016/05/05/clean-the-house/

=*=

Mise en lien de la dernière traduction et publication faite par R71 du 13/05/2016 de Steven Newcomb face to face avec le père François ; Supermenteur en Chef !

https://resistance71.wordpress.com/2016/05/13/resistance-au-colonialisme-steven-newcomb-rencontre-le-pape-francois-a-rome-dans-le-cadre-de-la-remise-de-la-declaration-de-la-longue-marche-sur-rome/

Url de l’article original en anglais :

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/06/face-face-pope-francis-get-inter-caetera-papal-bull-revoked-164399?page=0%2C0

 =*=

Mise à jour du 4 juin 2016 | Par JBL1960

Mise en lien vers la traduction et publication par R71 de l’article de Steven Newcomb dont voici l’url de l’article orignal en anglais ; http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/03/reconciliation-and-claim-crown-sovereignty

https://resistance71.wordpress.com/2016/06/04/colonialisme-et-reconciliation-la-falsification-de-la-commission-verite-et-reconciliation-du-canada/

Début : Pris dans un certain contexte, “réconcilier” veut dire “restaurer une amitié”. Une question alors se pose en ce qui concerne le type de relation existant maintenant entre nos sociétés et nations originelles et les sociétés dominantes comme le Canada ou les Etats-Unis: Comment allons-nous faire pour restaurer une amitié qui n’a jamais existé entre ces sociétés et nos nations et peuples originels et libres ?

On peut poursuivre cette discussion avec une autre définition de la réconciliation: “ faire en sorte de faire se soumettre ou d’accepter: convaincre, faire acquiescer”. Il y a une excellente raison pour un pays tel le Canada d’initier un processus appelé “réconciliation” en relation avec nos nations et peuples originels, spécifiquement si ce processus peut nous truquer à devenir passif et à accepter l’affirmation du Canada qu’il possède une souveraineté de domination valide sur nos peuples et nations. Le potentiel de gagner notre acquiescement crée une excellente raison pour un gouvernement comme celui du Canada d’utiliser le concept de “réconciliation” en relation avec nos nations.

[…]

Fin : Comment peut-on répudier la source de l’affirmation de souveraineté de la couronne (en l’occurrence la Doctrine Chrétienne de la Découverte) et peut-on toujours maintenir l’affirmation de souveraineté sur nos nations et peuples originels ? Vous y parvenez en affirmant que lorsque la source de quelque chose est prouvée invalide, cette trouvaille ne mène pas à la conclusion que la chose elle-même qui a émergé de cette source invalide est forcément invalide.

Par un processus minutieux d’écriture de la “couronne” de manière “réconciliante” envers elle-même dans le rapport final de la CVR, l’affirmation de la souveraineté de la couronne finit par être acceptée (acquiescée) par la CVR en même temps que ce rapport final appelle à la répudiation du fondement de “découverte” de la “souveraineté de la couronne”. Comment ceci est-il accompli ? Par les auteurs du rapport final de la CVR disant “qu’il y a d’autres moyens d’établir la validité de la souveraineté de la couronne.

Très bizarrement, le rapport final ne spécifie pas quels sont ces “autres moyens” (peut-être peut-on les obtenir en les demandant?…) ; la CVR et son rapport final n’explique pas non plus le pourquoi nos nations et peuples originels devraient acquiescer à la souveraineté de la couronne (au droit de domination) ? Pourquoi de fait, considérant que le fondement même de l’assomption de “souveraineté” sur nos nations et peuples originels et nos territoires est maintenant révélé n’être qu’une escroquerie fondée sur la bible, le christianisme et la supériorité raciale européenne ?

Concernant le contre-rapport à la CVR, à lire également ;

François 1er en terres Amères Indiennes…

Discovery Train en terres Amères Indiennes

 

Publicités

2 réflexions sur “ Tonton Cristobal n’est pas venu… ”

  1. Cet article dans Marianne.net de ce jour est à lire et à rapprocher de ce billet et des liens en toute fin des traductions de Mohawk Nation News faites par Résistance71 et pour expliquer à Djemila Benhabib que le Québec a été colonisé dès 1608… Ce sont les Québecois de papier qui aujourd’hui dicte leur loi, les Natifs et les descendants des Peuples premiers eux affirment tout autre chose ; http://www.marianne.net/quebec-faux-paradis-communautarismes-religieux-100242720.html
    Qu’elle contacte Kahentinetha des MNN et qu’elle lui redise que le Québec n’a aucun passé colonial…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s