Aux origines de Thanksgiving…

Qui massacre qui ?

Qui commémore quoi ?

En fait c’est ça la bonne question.

La bataille de Little BigHorn tient en quelques phrases ;

Au matin du 25 juin 1876, le général américain George Armstrong Custer tombe dans une embuscade tendue par 2500 guerriers sioux aux ordres du chef Sitting Bull.

Celui-ci n’était pas présent sur le champ de bataille mais il avait convaincu ses hommes de l’opportunité de l’attaque après avoir lui-même exécuté une danse extatique.

Les 285 hommes du détachement de cavalerie se font proprement massacrer par les Indiens près de la rivière de Little Bighorn, dans le Montana.

Cet épisode cruel des guerres indiennes va profondément bouleverser l’opinion américaine en raison de la mort, non des Indiens mais de ceux qui avaient mission de les tuer.

En fait, l’horreur vient du fait, que ce ne sont pas ceux qui devaient logiquement mourir ce jour-là, qui furent décimés.

Mais, déjà en 1637, soit 239 ans plus tôt, avait eut lieu une répétition générale avec le massacre des indiens Péquots ;

Le 26 mai 1637, en Nouvelle-Angleterre, la colonie du Connecticut ordonne des représailles suite au massacre de quelques fermiers par les Indiens locaux.

Le capitaine John Mason réunit 90 hommes. Il attaque par surprise et incendie le camp principal des Indiens Péquots. Six cents hommes, femmes et enfants périssent en une heure. Les assaillants n’éprouvent aucune perte.

J’ai déjà parlé ici et dans ce billet ; À l’ouest rien de nouveau…  Du fait qu’Hitler s’était inspiré du « modèle » anglais et américain dans la technique d’extermination des amérindiens. Et que cette inspiration si peu flatteuse est mise sous le boisseau.

Pourtant, l’assertion « Tuer l’indien pour sauver l’Homme » prononcé par le Capitaine Richard Pratt, fondateur de l’école pensionnat pour Indiens Carlisle, 1892 ne doit pas être minimisée.

Alors qu’aujourd’hui, nous savons ce que représente en réalité Thanksgiving, voici ce qu’on peut lire en définition ;

Ce jour de fête nationale s’ancre également dans l’histoire. En 1621, les premiers pèlerins européens ou colons du Mayflower instaurent ce rite pour remercier les Indiens.

Alors qu’en fait, 1621 correspond pile poil au début des « Guerres Indiennes » : nom donné à toute une série de conflits armés entre les Indiens autochtones et les colons Européens, au cours de la période d’exploration et de colonisation, puis aux 65 conflits armés ayant opposé ces peuples Indiens d’Amérique du Nord aux Américains, de 1778 à 1890. Cependant cette expression est trompeuse dans le sens qu’elle peut suggérer que les Amérindiens formaient un bloc combattant uni contre les États-Unis, alors qu’il n’en est rien.

En réalité, les guerres Indiennes ont commencé en 1540 quand les conquistadors de Vazquez de Coronado s’affrontèrent aux guerriers Zuni du pueblo d’Hawikuh. Les guerres cessèrent trois siècles et demi plus tard, en 1890, quand les troupes de l’U.S. Cavalry anéantirent la bande Sioux de Big Foot à Wounded Knee.

Mais, l’action de grâce dit « Thanksgiving » se « fête » bien depuis 1621 et il s’agissait bien de remercier Dieu d’avoir tuer l’indien pour sauver l’Homme.

Je vous recommande ici, la lecture de ce billet ;  Ni Australia Day, ni Thanksgiving.

Je vous invite à lire la publication de R71 sur son blog sous le titre ; Résistance au colonialisme : Un peu d’histoire amérindienne… Et analyse d’une complaisance littéraire.

R71 a traduit l’article de Alysa Landry du 26/5/2014 publié sur Indian Country Today  sous le titre : Histoire amérindienne: Jour de commémoration, le massacre des Péquots se produisit en 1637 en précisant toutefois plusieurs choses ;

L’article que nous avons traduit ci-dessous est intéressant à nos yeux à deux titres :
1- Il éclaire sur une période pas ou très peu connue du début de l’histoire coloniale de l’Amérique du Nord…
2- Il éclaire également sur une méthodologie narrative qu’on peut légitimement soupçonner de complaisante avec le système colonial toujours en place. En effet, l’auteure tout en dénonçant des malversations coloniales, sème également une sémantique de soumission à l’état colonial toujours en place aux États-Unis et au Canada. Nous avons commenté trois exemples distincts dans l’article. Ceci a t’il été fait à dessein ou est-ce le résultat involontaire d’un conditionnement social ? Difficile à dire à la lecture, donnons à l’auteure le bénéfice du doute… Si c’est volontaire, alors ceci peut-être considéré comme un bel exemple de « dissidence contrôlée » dans ce domaine particulier. ~ Résistance 71 ~

Cette date fait partie de l’histoire amérindienne : le 26 Mai 1637, une force anglaise puritaine renforcée par quelques alliés autochtones, a massacré un campement Péquot dans le Connecticut, tuant quelques 500 hommes, femmes et enfants, brûlant complètement leur village.

L’attaque juste avant l’aube sur le fort Mystique marqua la toute première défaite des Péquots, a éclairé Kevin McBride, professeur d’anthropologie de l’université du Connecticut et directeur de recherche au Mashantucket Pequot Museum and Research Center.

Le massacre marqua également un tournant dans la guerre des Péquots, une guerre de trois ans pour la conquête des terres traditionnelles de la nation, environ 400 km2 dans la partie sud-est de ce qui est aujourd’hui le Connecticut et le tout premier conflit important entre les colons et les Indiens natifs de la Nouvelle-Angleterre.

“Pendant les huit premiers mois de la guerre des Péquots, ceux-ci ne perdirent jamais une bataille contre les Anglais”, a dit McBride. “Les Péquots étaient tactiquement bien supérieurs et ce même sans armes à feu. Les Anglais n’arrivaient pas à les comprendre. Jusqu’au massacre de Mystique, les Péquots avaient gagné chaque engagement.”

Le sud-est du Connecticut fut la terre originelle de quelques 8 000 Péquots résidant dans 15 à 20 villages. En réponse à l’arrivée des Hollandais en 1611, la nation Péquot créa une confédération de douzaines de tribus afin de contrôler le commerce des fourrures et renforcer leur pouvoir politique et économique (NdT : cette remarque de l’auteure est typiquement ethno-eurocentrique dans la mesure où les nations amérindiennes n’avaient cure du “pouvoir” qui était dilué dans le peuple et était exercé collectivement dans des sociétés à la chefferie sans pouvoir. Si l’échange était pratiqué, ces sociétés refusaient le concept de “surplus” et refusait toute base “économique” à leur société, non pas parce qu’ils ne “savaient pas”, mais parce qu’ils ne le voulaient pas… nuance… l’arrivée des colons génocidaires blancs changea la donne pour ces sociétés contre l’État, pour reprendre l’expression de l’anthropologue politique Pierre Clastres. Nous nous devions de faire ici cette note qui s’imposait à notre sens pour mieux comprendre l’affaire et son narratif…).

Jusqu’à l’arrivée des Anglais dans les années 1630, les Hollandais et les Péquots contrôlaient le commerce des fourrures de la région. Avec l’addition des colons et commerçants anglais, un déséquilibre se créa. La guerre des Péquots éclata lorsque des nations sous la subjuguation des Péquots s’allièrent avec les Anglais. (NdT : Là encore, l’auteure entre en contradiction avec elle-même avec cette déclaration qui impliquerait que les Péquots coercitivement “subjuguèrent”, dominèrent les autres nations autochtones voisines dans une “alliance” donc forcée, alors qu’elle vient juste de dire qu’ils formèrent une confédération, qui par définition est une association LIBRE et non coercitive de quelque manière que ce soit. Personne ne peut être forcé contre son gré dans une véritable confédération…)

Les affaires se compliquèrent lorsque les Péquots tuèrent plusieurs colons et commerçants anglais, a dit McBride. Les Anglais demandèrent que les meurtriers leur soient livrés, la guerre commença lorsque les Péquots refusèrent.

McBride a appelé les Péquots une “société complexe” et la guerre des Péquots est un des évènements le plus controversé et significatif de l’histoire coloniale. L’attaque sur le fort Mystique, qui fut le premier de trois massacres qui se produisirent durant la guerre, changea la façon dont les forces autochtones regardèrent la technique de la guerre (contre les colons).

Le massacre, mené par le capitaine anglais John Mason, fut la première utilisation documentée de “guerre totale” contre les Amérindiens, à savoir que les Anglais massacrèrent tous les Péquots avec lesquels ils vinrent en contact, ne faisant plus aucune distinction entre des hommes armés et des femmes, enfants et personnes âgées sans défense.

“Par quelque standard qu’on étudie l’affaire, ce fut un massacre”, a dit McBride. “Les Anglais y allèrent avec l’intention de tuer tout le monde là-bas, mais ils ne le firent pas pour voler la terre ou pour contrôler le commerce. Ils le firent par peur que les Péquots et leurs alliés natifs n’attaquent les colonies anglaises de toute la région.”

Justifiant sa conduite, la capitaine Mason décara que l’attaque fut un acte de dieu, il écrivit dans sa Brief History of the Pequot War, publiée à titre posthume en 1736:

“Dieu se moqua de ses ennemis et des ennemis de son Peuple et engouffra les Péquots dans une fournaise… Ainsi fut le jugement de dieu parmi les païens, emplissant Mystique de cadavres…”

Le massacre se produisit environ deux heures avant l’aube lorsque 70 soldats anglais et 250 alliés attaquèrent le fort, dit Laurie Lamarre, chercheur au Mashantucket Pequot Museum and Research Center. L’attaque fut inattendue à la fois dans le timing et sa technique, dit-elle.

“C’était le type de guerre anglais et ce fut complètement différent de tout ce qu’ils avaient expérimenté auparavant”, dit-elle. “Les Péquots, la nation a plus forte de la zone, étaient vaincus”.

Mais les Péquots ne furent pas vaincus sans combattre, dit McBride. Les Anglais perdirent environ 50% de leurs hommes au début de la bataille et ne brûlèrent le fort que lorsqu’ils réalisèrent qu’ils perdaient la bataille.

“Le terme massacre prend la connotation de gens sans défense. Ce que les historiens ne réalisent pas, c’est que les Anglais faillirent perdre cette bataille malgré tout. S’ils n’avaient pas brûlé le camp et coincé les Péquots dans les bâtiments, ils auraient perdu cette bataille.”

Les guerriers Péquots, furieux, se lancèrent aussi à la poursuite des Anglais sur 7 ou 8 km durant leur retraite, dit McBride ; mais le campement était dévasté et le massacre marqua un grand tournant dans l’histoire des Péquots et dans l’histoire native.

“Le massacre eut des implications importantes”, explique McBride, “Ce que firent les Anglais envoya un message très fort en pays Indien: nous avons la volonté politique et les moyens militaires pour forcer notre volonté sur vous, Après la guerre des Péquots, commence la politique d’assimilation. Après cette guerre, il n’y eut plus de tentative de diplomatie: les relations avec les Indiens furent fondées sur la menace militaire.

Dans les mois qui suivirent, les Anglais massacrèrent deux autres villages Péquots, les 5 juin et 28 juillet. La plupart des Péquots qui survécurent furent vendus comme esclaves ou s’échappèrent pour rejoindre d’autres nations du sud de la Nouvelle-Angleterre.

Mais les Péquots revinrent et une fois de plus sont redevenus une des nations les plus importantes en Amérique du Nord. Dans les années 1970, plus de 300 ans après la guerre des Péquots, les membres de la nation commencèrent à revenir dans la zone d’origine et à restaurer leur terre et communauté.

Au début des années 1980, la nation reçut une reconnaissance fédérale et peu de temps après lança la première phase du Foxwoods Resort Casino, le second plus grand casino du pays.

Note de Résistance 71 : Cette conclusion est pathétique et confirme une certaine connivence, affiliation de l’auteure avec le système fédéral colonial. En clair, elle explique, que malgré le passé, ils sont revenus… Ils ont reçu une “reconnaissance fédérale”, c’est à dire qu’ils existent comme toute nation autochtone, sous les auspices du gouvernement colonial fédéral américain (et canadien dans le cas du Canada…) dont ils sont soi-disant les pupilles, que leur “souveraineté” n’est reconnue que tant qu’elle se soumette au gouvernement et lois fédérales et que dans le fond… Bah ! tout çà est de l’historiette ancienne et que donc les Péquots et tout autre nation autochtone, doivent tourner la page et exister sous le joug fédéral en acceptant la “manne” des casinos accordée ; réduisant ainsi en une conclusion lapidaire le sort et la destinée des nations et peuples originels à n’être plus que des “sujets” soumis, profitant des casinos (et de la vente de cigarettes détaxées), gérés par la mafia des “conseils de tribus” inféodés au Bureau des Affaires Indiennes (BIA) et à la loi et politique fédérale sur les Indiens. Cette conclusion est somme toute insultante pour les Péquots et autres nations et peuples amérindiens.

Cet article est assez typique de l’ambivalence de bien des Amérindiens et des non-autochtones qui parfois se font portes-parole, ils assènent quelques coups au système, mais se gardent bien d’en faire trop… L’auteure prend en apparence une position rebelle, mais par son phrasé même, trahit son attitude du politiquement correct. Un cas d’école ! Est-ce volontaire ou le résultat d’un conditionnement social ? Donnons-lui le bénéfice du doute.

Tant que des gens remercieront Dieu pour la possibilité qu’il leur aura été donnée de tuer hommes, femmes, enfants et vieillards parce que non blanc et non chrétien et de s’approprier la terre rougie de ce sang où ils se tiennent debout aujourd’hui.

Parce que cela se fait depuis au moins l’année 1621 !

Rien ne sera possible.

RIEN !

 JBL1960

Vous pouvez consulter sur ce blog la page ; Faire tomber l’Empire dans laquelle j’explique comment la débaptisation en masse en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte peut faire chuter l’Empire à la vitesse de la chute libre ► EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger ► PDF N° 38 DE 21 PAGES EFFONDRER LE COLONIALISME

MàJ le 22 novembre 2017 veille de Thanksgiving

L’illustration de ce billet est issue du billet de Jeussey de Sourcesûre Source Agoravox du mardi 21 novembre ► https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jeudi-c-est-thanksgiving-day-aux-198901 – Tableau de Jean Léon Gérôme Ferris.

Depuis près de 2 ans et près de 1000 billets plus tard ; Dans la catégorie PEUPLES PREMIERS tous mes billets en lien avec les Natifs, Nations premières et peuples autochtones qui plus ou moins, tendent à se que plus personne ne commémore sa fierté d’avoir TUÉ l’indien ou l’aborigène pour sauver l’homme blanc et de surcroit chrétien…

Comme la Nation Mohawk nous a rappelée sa vision du Jour du Souvenir, correspondant au 11 novembre pour les Zuniens et les Européens

 

 

Mais non, c’est pas nous !

Ça sent le gaz pour les Zuniens !

Non, il ne s’agit pas de la fuite de gaz qui repart en Californie et que j’ai traité dans ce billet dès le 2 janvier dernier ; Le gaz part !

Non, il s’agit bien de l’accusation qui leur est faite d’avoir « créé Daesh », et cela ne leur fait pas plaisir !

Lu sur sputniknews de ce jour ; http://fr.sputniknews.com/international/20160203/1021420622/kerry-accusation-creation-daech.html#ixzz3z64SXU2x

Une journaliste à John Kerry: « C’est vous qui avez créé Daech »

L’accusation à l’encontre du chef de la diplomatie US a été lancée lors d’une conférence de presse de John Kerry avec son homologue italien, Paolo Gentiloni, à Rome.

23 pays membres de la coalition internationale qui lutte contre l’organisation de l’État islamique se sont réunis mardi dernier à Rome afin de discuter des moyens de combattre le groupe terroriste, et de saluer les progrès enregistrés. La rencontre s’est terminée par la conférence de presse commune des chefs de la diplomatie américaine et italienne.Néanmoins, à l’issue de la conférence, une journaliste italienne a lancé à l’encontre de John Kerry et de son homologue italien, Paolo Gentiloni: « C’est vous qui avez créé l’EI », en provoquant une bagarre dans la salle.

La journaliste a été immédiatement entourée par des policiers. Selon les personnes présentes dans la salle, la journaliste avait un foulard sur la tête.

Ce n’est pas pour la première fois que les États-Unis sont accusés d’avoir créé Daech. Récemment l’un des dirigeants du parti Fatah du chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a accusé les États-Unis d’avoir créé Daech afin de « réaliser un scénario infernal pour démanteler la nation arabe, la diviser, tuer son esprit de solidarité ».

Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump s’est aussi empressé de stigmatiser la politique menée par l’administration de Barack Obama et celle de l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton qui, selon lui, ont favorisé l’essor de Daech.

En outre, selon un sondage réalisé l’année passée par la société britannique ORB International, 81% des Syriens estiment que les USA et leurs alliés sont responsables de la création du groupe terroriste Etat islamique.

Kerry qui lors d’une rencontre avec l’Arabie Saoudite le 24/01/2016 rappelait les liens à la vie à la mort (vraiment ?) entre les 2 pays, que j’ai traité dans ce billet sous le titre « on change rien » ; On change rien !

Vraiment, on a pas besoin de prétendre que la journaliste aurait eut un foulard sur la tête, sous-entendant qu’elle était musulmane pour rappeler à la Nation Indispensable que oui, elle est à l’origine du Chaos et tout autour de la terre…
Le citoyen Zunien Vincent Emanuele – Ancien vétéran ayant participé à la déstabilisation du moyen-orient à déclaré et publié un article « Comment j’ai aidé à créer l’EIIL » que j’ai reproduis dans son intégralité ici ;  JE SUIS TOTALEMENT PAUMÉE !
En préambule il a écrit ceci ; Après 14 années de « guerre contre le terrorisme » l’occident est excellent à fomenter la barbarie et à créer des états défaillants. »
Jean-Loup Izambert dans son dernier livre « 56 » ne dit pas autre chose et surtout il pointe la responsabilité sur tous les dirigeants des pays occidentaux vassaux et Superflus de la Nation Indispensable.Y compris Valls, y compris Hollande et ne parlons pas de Naze I (Sarkoléon) pour la France.
J’ai rédigé de nombreux billet sur ce blog que j’ai créé le 11 décembre dernier, en m’appuyant sur des analyses sérieuses et probantes qui nous démontrent toutes sans ambiguïté la responsabilité de nos dirigeant depuis des lustres dans cette prétendue « guerre contre le terrorisme ». Et nous sommes responsables, nous tous, pour avoir laisser faire nos dirigeants qui eux mêmes ont appliquer le laisser faire propre à servir leurs intérêts in fine.
Déjà dans ce billet, on explicitait les choses ; AU N.O.M. DU GAZ !
Et si aujourd’hui on peut lire dans le NYT des anciens de la CIA dénoncer des choses, c’est parce qu’au plus haut sommet de la pyramide, c’est bien le 0.01%, les psychopathes aux manettes qui tirent les ficelles.
Sauf que les ficelles deviennent de plus en plus grosses et que tout le monde peut les voir.
Nous savons que l’orchestration de ce « gouverner par la terreur » est faite pour terroriser non pas les terroristes, mais, nous les peuples ; dans ce billet Meyssan analyse la perte de contrôle de la maison des Saoud ; Gouverner par la terreur…
Et pour le coup, si après l’article de G. Stanechy que j’ai intégré dans ce billet ; NON ! TOUJOURS PAS EN MON NOM !
qui décortique l’imbrication de l’Arabie Saoudite dans le bordel du jour, remontant jusqu’au pacte de Quincy, certains lèvent encore un sourcil d’étonnement…
Ne perdons pas de temps à convaincre ceux qui ne veulent pas être convaincu.
Dénonçons, il en restera toujours quelque chose qui viendra semer le trouble.
JBL1960

Fuir l’Europe…

Finalement, ce n’est une chance pour personne.

Quel gâchis !

Belgique : désillusionnés, des migrants jettent l’éponge

Fini les rêves d’un eldorado européen. Le 1er février, un vol charter à destination de Bagdad a décollé de l’aéroport de Bruxelles, transportant à son bord une centaine de migrants irakiens résolus à rentrer dans leur pays.

Certes, ce n’est pas la première fois que des réfugiés lassés décident de rentrer chez eux. Ce qui distingue ce rapatriement de bien d’autres, c’est que c’est la première fois qu’un gouvernement européen affrète un vol spécial à cette fin.

Rappelez-vous le 22 décembre dernier dans ce billet intitulé ; Leurs rêves sont nos cauchemars ; LEURS RÊVES SONT NOS CAUCHEMARS…
Donc, aujourd’hui les migrants retournent dans leur pays en ruine par charters entiers.
Pour éviter la « solution finale » que les têtes puantes leurs réserves, sans doute ?
Au lieu de nous enfumer avec le Potus 2016 – voir ce billet ; Ob La Di – Ob La Da – Oblabla !
et le dernier en date : POTUS2016 en Trumpette !
Rappelez-vous bien que les larbins, des larbins, des larbins, sont tous « copains comme cochons » ; Copains comme cochons !
Réveillez-vous !
 Mieux vaut trop tôt que trop tard !
Et là, franchement, il est moins une !
JBL1960

GANDAHAR

Gandahar est un dessin animé de René LALOUX sorti en 1987

C’était l’histoire préférée de mon fils aîné…

Les « Ilétaitsera » sont restés gravés dans ma mémoire.

Autant vous dire, que de nos jours ce dessin animé n’aurait jamais vu le jour.

Non, on préfère Bob l’éponge et sa caissàouts…

Rien à voir !

JBL1960

 

 

 

Rien à changer…

À peine…

C’est parce qu’ils en ont ; Rien à cirer !

Source Wikistrike du 1er février 2016 ;

Jacques Girardot s’est vu bloquer par facebook la sortie de cette vidéo ;

Vidéo censurée par YT impossible à intégrer donc, voici le lien en cas de nouvelle censure = http://www.youtube.com/watch?v=J0jQ05uHlDE

La Voix de la Russie – Oliver Renault 22/10/2013 écrivait ceci sur Jacques Girardot :

Jacques Girardot a travaillé pour la Direction de l’armement au Ministère de la Défense dans le secteur de la vente des chars et missiles, au budget annuel de quatre milliards d’euros par an. La conscience professionnelle de Jacques Girardot va faire basculer sa vie du jour au lendemain à partir de 2011 en mettant les doigts dans un engrenage kafkaïen. « J’ai découvert des fraudes sur les appels d’offres de la part du Ministère de la Défense ». A travers cette épreuve, Jacques Girardot va dénoncer plus largement la situation de l’État français et son affaire révèle qu’en France, les citoyens peuvent se retrouver dans une telle situation. Le harcèlement de l’État qu’il subit depuis 2011 l’a poussé à utiliser ses capacités analytiques d’informaticien pour comprendre la forme de société dans laquelle nous vivons. « L’État manipule les Français et les traumatisent pour les rendre aveugles et c’est son objectif », dit-il quand on l’interroge sur ce qu’il a découvert. « Les dépenses des Français pour la santé augmentent de plus en plus. La population française devient de plus en plus malade. Les gens deviennent complètement soumis et ne réagissent plus à rien », conclut-il. « J’ai eu un an de harcèlement moral, un an de mise au placard où j’étais payé en restant chez moi. Je ne venais plus au travail. En février 2013, j’ai été licencié du Ministère de la Défense. » Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2013_10_22/En-France-nouveau-cas-de-harcelement-dEtat-et-de-repression-psychiatrique-0559/

Jacques Girardot, pause le bon diagnostic quand il dit que « L’État manipule les Français et les traumatisent pour les rendre aveugles et c’est son objectif ».

Je rappelle simplement qu’on ne résoudra pas notre problème étatique en changeant d’état, mais en le supprimant.

On est ici dans un Système vertical.

Et ça, c’est juste pas possible ; Car il est impossible de sauver l’humain avec l’État.

L’État n’est pas le remède ou la solution, il est une grande partie du problème, il est irréformable et ne pourra JAMAIS œuvrer pour les gens… Jamais. Puisqu’il résulte de la division politique de la société, il en est le garant, l’outil de la préservation de la division politique des peuples.

On ne peut retrouver l’unité politique qu’en se débarrassant de l’État.

À mon sens, il faut partir du particulier (la commune) et aller vers le général (la confédération des associations libres).

Pour développer et pratiquer 3 choses essentielles au niveau local, puis en associations libres et volontaires :

  1. L’autosuffisance : Contrôle des ressources pour défier les institutions.
  2. La réorganisation : Canaliser les énergies.
  3. Le repositionnement : Comprendre qu’il est vain et futile de coopérer avec toute autorité institutionnelle. L’État et les institutions font parties du problème et non pas de la solution.

Ça vous fait pas drôle de revoir Giscard réciter dans le poste, les pouvoirs donner au Président de la République Française par l’Art. 5 de la constitution de 1958 définie par De Gaulle, son modèle…

Tous ceux qui viennent réclamer le pouvoir dans ce Système vertical ;

« C’est pour mieux vous manger, mes enfants ! »

Donc, le mieux c’est encore de ne jamais leur donner !

Et c’est valable pour tout le monde, les Maîtres de l’Univers, inclus ;

DÉMOCRATIE j’écris ton N.O.M.

Et ce n’est pas les déclarations des uns et des autres qui sont faîtes pour nous rassurer, rappelez-vous Ciotti ; Avis à la Population Française !

Et je ne suis pas la seule à pressentir et dénoncer le truc ; Greg, dans son 35ème épisode de JNSPC a bien enfoncé le clou et j’en ai fait un billet dès le 29/12/2015.

Ici ; COUP D’ARRÊT D’URGENCE !

Le mieux est d’arrêter de consentir, dès maintenant, partout…  ¡YA BASTA!

 Bon, quand on voit le Barnum Zunien, on se dit que c’est pas gagné, hein ?

Avec leur POTUS2016 en Trumpette !

Et si on leur montrait l’exemple

JBL1960

=*=

Mise à jour du 30/04/2016 ;

Pour moi, il y a un lien entre la mise en place d’un gouvernement de l’ombre  -comme en Allemagne, avec cet article de Gordon Duff – source Veteran Today – que vient de traduire et publier R71 ici ;

https://resistance71.wordpress.com/2016/04/30/11-septembre-nucleaire-28-pages-manquantes-arabie-saoudite-israel-et-la-connexion-allemande-du-terrorisme-international/

Et la mise en place du Group Bilderberg ici ;

Ainsi que la création de l’Union Européenne par le juriste d’Hitler ; Walter Hallstein, François Asselineau ayant été le seul à remettre à jour cette information, que l’on avait soigneusement mise sous le boisseau.

Extraits choisis de l’article de GD traduit de l’Anglais par R71 ;

Puis une autre question survient: Est-ce que ce “triumvirat” qui semble orchestrer ce chaos organisé, incluant la fabrication d’une crise des réfugiés pour déstabiliser l’UE, travaille seul ?

L’Allemagne est-elle une victime ou, comme la plupart des Allemands le pensent, Merkel est-elle partie prenante dans tout cela et si oui, pourquoi ?

NdJBL1960 : Bah, ça fait un moment qu’on se doute pourquoi ; C’est au N.O.M. du gaz

Ceci nous amène à explorer une hypothèse, qui il y a encore quelques années semblait être à la limite du conspirationnisme, peut-être même un peu plus. Une réévaluation est peut-être à l’ordre du jour.

L’Allemagne a commencé à apparaître sur les radars avec des rapports concernant une organisation de renseignement secrète et la complicité de ses membres dans la prolifération nucléaire. De Veterans Today:

“En Mai 2014, un informateur de haut niveau lié au ministère de la justice des Etats-Unis (NDT: le FBI dépend du ministère de la justice US…) nous a contacté avec cette histoire.

Il nous a dit que l’Allemagne a un long protocole secret avec Israël depuis des décennies, qui voit l’Allemagne financer la recherche et le production israélienne d’armement et lui fournit des sous-marins spécifiquement configurés pour le lancement de missile de croisière nucléaires, en retour Israël donne à l’Allemagne des armes nucléaires.

A ce moment là, le “pourquoi” de l’Allemagne, un membre de l’OTAN, voulait des armes nucléaires n’était pas clair. Il devait y avoir plus à cette histoire, bien plus.. et bien oui, c’est le cas.

Ce qui fut apporté fut cette bizarre histoire de la “démocratie libérale” la plus forte d’Europe, qui est en fait quelque chose de bien différent, une nation dirigée par un gouvernement de l’ombre (NdT: elle n’est pas la seule..), infiltré du “réchauffé” de l’Allemagne nazie, qui ont juré de mettre à bas “l’occident corrompu et de ses démocraties élimées.”

Et donc, on comprend mieux à la lecture complète de l’article le degré d’implication de l’Allemagne, surtout quand on a en mémoire l’interview de Jean-Loup Izambert suite à la sortie de son livre « 56 » sur le « terrorisme Européen » ici et .

L’article mystérieux

Hier, VT a reçu un article publié il y a un an par le quotidien allemand Die Welt, écrit par le colonel Hans Rühle, ancien chef de la planification au ministère de la défense allemand.

Cet article nous a été envoyé par un ancien enquêteur de l’IAEA ((International Atomic Energy Agency), physicien nucléaire. Ce qu’il avait à dire était à la fois stupéfiant et imbibé d’implications dramatiques.

Le titre de l’article en allemand est : Hat Deutschland Israels Atomwaffen finanziert? (PDF) (NdT: “L’Allemagne a t’elle financé les armes nucléaires d’Israël ?”)

Un exposé si détaillé et si vivide écrit par un haut-fonctionnaire allemand retraité ayant travaillé avec l’OTAN, exposé qui non seulement prouve la véracité du programme nucléaire israélien et son existence effective, mais qui détaille une large complicité criminelle du gouvernement allemand, aurait dû résonner fortement autour du monde.

Au lieu de cela, ce fut immédiatement oublié, jamais traduit en anglais (NdT: ni en français à notre connaissance…) et jamais cité par quiconque, incluant spécifiquement ceux dont le travail est de renforcer les traités de non-prolofération nucléaire.

Surtout quand on lit ceci ;

Ceci amène aussi une autre question, tout aussi sinistre et pas si saugrenue qu’elle en a l’air. Est-ce l’Allemagne du “DVD” de Merkel et non pas la Belgique qui serait le véritable HQ du terrorisme européen ?

J’ai souvent avancé l’idée que les psychopathes aux manettes (les vrais ; Pas les Oblabla, Cameron, Kékel, Hollandouille, Vlad, Herdogan & Consort) avaient conçu un Plan il y a plus de 200 ans, dont l’objectif était la mise en place d’un N.O.M. Et ceux d’aujourd’hui, adaptent le Plan initial en fonction de l’évolution des évènements, des parties en présence, des personnalités au pouvoir ou dans l’ombre…

Et ils placeront à sa tête celui qui a le plus de chance de faire appliquer le N.O.M. d’une manière détournée qui fera que la population mondiale accepte plus facilement cette idée.

Et si c’était Vlad ?

D’où, de nombreux articles, billets parlant d’un accord secret entre USA/Russie, entre Oblabla & Vlad suivant les évènements en Syrie et qui légitime cette interrogation.

À cette affirmation, certains avancent que si c’est Poutine qui prend la tête du N.O.M. ça leur va très bien…

Or, un Nouvel Ordre Mondial édicté par les psychopathes aux manettes sera notre perte, Vlad ou pas.

Seul, un changement de paradigme sur la base d’une décolonisation concertée et d’un confédéralisme démocratique initié par nous, les peuples de la Terre pourra inverser le cour des choses…

Soyons des grains de sable, tous, avant de disparaître à jamais et mettons à l’arrêt définitivement cette machine qui nous broie, nous écrase, pacifiquement, sans arme, ni haine, ni violence…

JBL1960

Ob La Di – Ob La Da – Oblabla !

« Notre nation est née dans le génocide lorsqu’elle embrassa la doctrine que l’américain originel, l’Indien, était un être inférieur. Avant même qu’il y ait eu un grand nombre de nègres sur nos côtes, la balafre de la haine raciale avait déjà défiguré la société coloniale » Martin Luther King

Je reproduis ci-dessous l’excellent billet d’entrefilets qui livre une analyse ciselée au laser de l’Amérique d’aujourd’hui en période électorale.

De cette Amérique blanche, malgré la caution métis qu’aura été Oblabla sur l’injonction des psychopathes aux manettes pensant encore tromper leur monde, et trompant de moins en moins de monde… Enfin, encore de trop, puisque que le cirque continue encore et encore.

Chrétienne à l’extrême, portant la doctrine chrétienne de la découverte en oriflamme.

Et à la testostérone mise en étendard jusque dans le choix d’Hilary…

http://www.entrefilets.com/potus_2016_un_casting_au_potentiel_devastateur.html

Potus 2016: un casting au potentiel dévastateur

01/02/2016 Après les huit ans bling bling du libidineux Clinton, les huit ans de sang du corporate-pantin Doobleyou, nous achevons donc les huit ans de vide absolu de Barak Hussein Obama, premier Président «noir» des États-Unis, mais uniquement cela. Huit ans durant, le bonhomme se sera en effet contenté de paraître, de cultiver dans un même élan son image, ses abdos et sa famille-potiche pour survendre la fiction hollywoodienne de son personnage. Huit ans durant, il aura ainsi été sublime et martial jusqu’au grotesque dans chacune de ses apparitions, parfaitement dressé par une armée de communicants-nounous à jouer comme personne du rythme, des intonations et des silences de ses récitations, à s’indigner ici, ou à pleurnicher là, pour émouvoir la ménagère et humidifier la groupie de rédaction avec sa «human touch» de papier glacé. Huit ans de communication pure donc, huit ans de simulacre, de vide, huit ans pour rien. Barak Hussein Obama n’aura même pas été un mauvais président. Il n’aura rien été du tout. Et c’est sur ce vide sidéral que s’engage désormais le casting pour le prochain Potus (President of the United States), avec un potentiel cette fois réellement dévastateur pour l’Empire.

Ciao pantin
Comme de coutume depuis Clinton, l’ère d’Obama se terminera donc par l’obligatoire petite farce filmée sensée nous prouver que l’homme était bel et bien un être humain «comme vous et moi», avec un cœur et de l’humour. La pantalonnade donnera ensuite le coup d’envoi à l’avalanche de bobo-analyses où les plumitifs de la presse-Système tenteront le «bilan» de huit ans de vide pourtant seulement rempli par une mesurette sociale, d’ailleurs promise au démontage républicain, et des discours, des postures et encore des discours. Évidemment, il s’en trouvera qui mettront à l’actif de la speakerine US sortante la réintégration de l’Iran dans le grand concert des nations (rions un peu), alors même qu’elle répondait à une évidente nécessité stratégique de la machinerie de l’Empire dans sa guerre contre l’Asie pour le contrôle du «pipelineistan», et qui donc serait survenue même avec Pluto dans le bureau ovale.
En réalité, la sortie d’Obama des écrans cathodiques-Systèmes sera un non-évènement conforme à l’essence même de sa Présidence.
Ce qui nous intéresse en revanche, ce qui nous intéresse beaucoup, c’est la suite bien sûr.

En route vers l’éclatement ?
Chez les démocrates, en pole position provisoire figure l’inénarrable hystéro-récidiviste Hillary Clinton, dont le destin oscille désormais entre l’investiture et l’inculpation pour cause de divulgation d’emails top-secrets (1). Bien sûr, après nous avoir mystifiés avec un premier Président «noir» comme gage de l’éternel renouvellement de la flamboyante démocratie US, l’establishment-Système rêve de nous rejouer le coup avec cette fois la première Présidente US «femme» de l’Histoire, histoire justement d’endormir encore une fois tout le monde pour 8 ans.
Sauf que la dame en question est désormais dans la ligne de mire du FBI et pourrait bien se retrouver inculpée en cas de chute de popularité. Or elle est opposée à un outsider qui non seulement se revendique comme anti-establishment, mais qui a le mauvais goût de grimper dangereusement dans les sondages. La victoire de Bernie Sanders aux primaires porterait ainsi un coup de grâce politique définitif à la l’ex-première Dame éconduite, façon «He came, He saw, She died».
De l’autre côté de l’échiquier, la compétition républicaine met aux prises l’hyper-milliardaire aussi halluciné qu’hallucinant, Trump, également autoproclamé anti-establishment, challengé sur son hyper-droite par Cruz, un menteur invétéré texan (2).
La possibilité d’un duel final entre deux candidats échappant à tout contrôle de l’establishment, Trump et Sanders, est donc une réelle possibilité qui constituerait dès lors un tournant quasi révolutionnaire et potentiellement destructeur pour la matrice-Système étasunienne. Et peu nous importe dès lors de juger de la qualité des personnalités en lice, tant la victoire d’une Hillary, que toute notre presse-Système bobo-atlantiste trouverait parfaitement acceptable, serait pourtant la garantie d’un océan supplémentaire de sang et de violence à travers le monde. Et puis venant d’un clergé politico-médiatique européen qui fait à longueur d’année la promotion du totalitarisme bruxellois et de la déconstruction sociale, les jugements de valeur sur les uns ou les autres ont nécessairement quelque-chose de profondément risible.
L’important est ailleurs. Et il réside tout entier dans le caractère hautement explosif de la situation étasunienne pour la pérennité de sa petite routine nihiliste.
La réjouissante panique qui gagne l’establishment à Washinton-Disney, et qui pousse un autre milliardaire pro-Système cette fois, Michael Bloomberg, à vouloir claquer sa fortune pour sauver les meubles, nous apparaît donc un signe encourageant de l’accélération de la crise d’effondrement de l’État imposteur étasunien, dont la chute est pour nous à la fois le préalable et le détonateur nécessaires à l’effondrement attendu du Système néolibéral dont il est la matrice.

1 State Department declares 22 Clinton emails contained top secret information

2 Ted Cruz, un menteur surdoué à l’assaut de la Maison Blanche

=*=

Ce n’est pas que j’ai le cœur à plaisanter, mais depuis le début celui que j’appelle Oblabla me remet en mémoire cette mélodie ; Ob La Di – Ob La Da – Oblabla – Oh !

C’est le retour au réel qui est moins joyeux…

Copains comme cochons !

Et encore, c’est pas gentil pour les cochons…

Mais c’est toujours nous les dindons de la farce !

Parfois, on nous donne une info, mais on ne l’appuie pas.

C’est à dire, qu’on la diffuse, histoire de dire qu’on a fait son boulot, mais, on ne s’étend pas dessus au cas où les gueux s’y attarderaient…

Bon, pour ma part, je suis une gueuse, vu que le féminin de gueux c’est gueuse…

Donc, hier, le Nouvel Obs, publie cette info ;

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20160131.OBS3724/en-pleine-polemique-clara-gaymard-quitte-general-electric.html

En pleine polémique, Clara Gaymard quitte General Electric

Par Caroline Michel – le 31/01/2016

La patronne du groupe américain en France officialise son départ quelques jours après avoir été convoquée à l’Elysée pour s’expliquer sur les suppressions de postes chez Alstom.

Mission accomplie pour Clara Gaymard. Trois mois à peine après avoir bouclé l’acquisition de la branche énergie d’Alstom, la patronne française de General Electric a annoncé à notre confrère « Challenges » qu’elle s’apprêtait à quitter le groupe américain, confirmant des informations de « L’Obs ». L’annonce doit en être officialisée demain par un communiqué interne.

C’est Marc Hutchinson, le responsable européen de General Electric, qui devrait dans un premier temps reprendre ses fonctions. Quant à Clara Gaymard, 56 ans, elle devrait, d’après nos sources, se consacrer à la société d’investissement Raise, dont elle pilote déjà le fonds de dotation. Elle devrait désormais épauler directement le président et fondateur, Gonzague de Blignières, un ancien de la Barclays qui a levé plusieurs centaines de millions d’euros auprès de grands groupes (Accor, Bouygues, Danone, EDF) et de grandes familles du capitalisme français (Dassault, Bettencourt) pour financer des PME innovantes.

Cela aurait fait dix ans cette année que l’épouse à la ville de l’ancien ministre Hervé Gaymard piochait dans son volumineux carnet d’adresses pour prêcher la bonne parole de General Electric dans le tout-Paris politique et des affaires. Elle n’a cessé de prôner l’intensification des relations économiques entre la France et les Etats-Unis, au nom de la défense des emplois industriels en Europe. Faut-il y voir un rapport ? Son départ intervient au moment où General Electric a annoncé 6.500 suppressions dans la branche énergie d’Alstom que le groupe vient de racheter, dont 765 en France, en contradiction avec les engagements pris auprès du gouvernement français au moment de l’acquisition. Mercredi, Clara Gaymard a dû se rendre à l’Elysée pour s’en expliquer auprès de François Hollande et d’Emmanuel Macron, en compagnie de Jeffrey Immelt le patron américain de General Electric.

Immelt a promis de créer 1765 emplois dans les trois ans sur le territoire français. Mais cette promesse n’a pas rassuré les syndicats qui ont publié une lettre ouverte commune au président de la République pour dénoncer « la logique boursière de ce plan ». Dans les couloirs d’Alstom, il se dit que la position de Clara Gaymard promettait d’être intenable à mesure que la polémique enflait et aurait pu semer d’embûches le parcours de son mari Hervé Gaymard comme soutien d’Alain Juppé dans la course aux primaires à droite.

Outre Raise, Clara Gaymard aura cependant de quoi s’occuper puisqu’elle est entrée au conseil d’administration de Veolia en mars dernier et est aujourd’hui pressentie pour intégrer celui de Bouygues. Caroline Michel

 Bon alors, pour ceux qui aurait oublié qui est Hervé Gaymard ; c’est là ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Gaymard

Le cœur de l’affaire concerne le logement occupé par Hervé Gaymard — alors ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie — et sa famille. Des premières révélations du Canard enchaîné du 14 février, il apparaît que cet appartement parisien de la rue Jean-Goujon, un duplex de 600 m2, représente un loyer mensuel de 14 400 euros entièrement payé par l’État. Hervé Gaymard annonce immédiatement qu’il quitte cet appartement. Sa défense consiste à signifier qu’il ignorait le montant du loyer et que ses origines et ses revenus modestes ne lui permettent guère de s’acquitter lui-même d’un tel montant. Une semaine plus tard, le 22 février, un second article du Canard enchaîné révèle qu’Hervé Gaymard connaissait les coûts inhérents à cet appartement et qu’il avait d’ailleurs participé à son choix en le visitant préalablement à sa location ; l’article révèle également que de coûteux travaux ont également été engagés, toujours à la charge de l’État. Enfin un article de Libération du 25 février révèle qu’Hervé Gaymard est assujetti à l’ISF et qu’il est multi-propriétaire, en particulier d’un appartement à Paris situé Boulevard Saint-Michel. Le 25 février, Hervé Gaymard démissionne de sa fonction de ministre moins de trois mois après l’avoir commencée.

Gaymard c’est un mix en Cahuzac et Thèvenoud, mais de droite !

Mouarffff ! Quel panier de crabes !

Bon, je m’explique, outre que l’info est dégoulinante de collusions en tous genres, de clientélisme à tout va, comme on dit chez les gueux et les gueuses ; C’est mon cul et ma chemise, quoi !

Vous avez bien lu ; La Gaymard, s’en va pour ne pas gêner le parcours de son mari, Hervé, comme soutien d’Alain Juppé dans la course aux primaires à droite.

Alors, on savait qu’Ubu était marié avec la Pécresse, qui est parti prenante dans le vidage des salariés d’Alstom et pour éviter les « doublons »… Je vous laisse imaginer la gueule des doublons… Ici ; Ubu est marié…

Et on est pas mal à dire que le Juppé aurait été adoubé lors du dernier Bilderberg, et je l’ai traité dans ce billet ici ; NAZE III est en lice…

Et dans le même temps, on peut lire, sur Marianne.net le 31/01/2016 :

« Cohn-Bendit choisit « Le moins pire » : Juppé

Sans déconner ?

Et c’est pas fini, le même jour toujours sur Marianne, on peut lire un article ;

Il est prêt à tout : Juppé et le coup du « Beer pong »

Bien décidé à ne pas se laisser ringardiser, le candidat à la primaire de la droite soigne sa jeunesse et sa coolitude. Imaginez-le se faire un petit « beer pong », musique à fond et caméras braquées sur lui…

Heu ! Non, merci les gars, on a pas envie d’imaginer ça…

Au risque de me répéter ; La solution c’est quand même d’arrêter tout ce cirque, non ?

J’ai déjà attiré votre attention sur les intentions de tous ces zommes politic, dans un billet où je traite du retour en politique prévu et inévitable quoi qu’il en prétende, de Jean-François Copé, ici ; Le retour de JFC, ou pas !

Bien sûr, je ne suis pas grand chose, mais, Paul Craig Roberts ne dit pas autre chose dans son dernier billet qu’à traduit Résistance71 et publié sur son blog que voici en lien ; https://resistance71.wordpress.com/2016/02/01/resistance-politique-echec-et-effondrement-attendent-la-civilisation-occidentale-paul-craig-roberts/

Dans ce billet intitulé ; L’occident en est réduit à se piller lui-même ; PCR enfonce bien le clou, voici quelques extraits :

[…] Auparavant, lorsqu’un pays souverain se retrouvait plus endetté qu’il ne pouvait payer, ses créditeurs devaient rajuster le montant de la dette sur ce que le pays pouvait payer. Au XXIème siècle, comme je l’explique dans mon livre The Failure of Laissez Faire Capitalism, cette règle traditionnelle a été abandonnée. […]

[…] La nouvelle règle est que le peuple d’un pays, même un pays dont les dirigeants ont accepté des pots-de-vin afin de permettre l’endettement de leur pays envers l’étranger, doit avoir ses retraites, l’emploi, et les services sociaux laminés ainsi que les ressources de valeur de la nation telles que les systèmes de distribution des eaux municipales, les ports, la loterie nationale et les parcs nationaux, comme les îles grecques protégées, vendues aux étrangers, qui ont ainsi toute la liberté d’augmenter les prix de l’eau et des services, refuser au gouvernement grec par exemple les revenus de sa lotterie nationale, et vendre l’héritage national protégé de la Grèce à des requins du foncier. […]

[…] Non content de sa suprématie sur les “peuples démocratiques”, le 1% avance d’autres pions avec ses “traités” Trans-Antlantique et Trans-Pacifique. Ceux-ci sont supposés être des “accords de libre-échange” qui bénéficieront à tout le monde. En vérité, ce sont des accords secrets, particulièrement bien gardés qui donnent le contrôle des lois des gouvernements souverains aux entreprises privées. […]

[…] C’est çà l’Amérique aujourd’hui: une police corrompue, des procureurs corrompus, des juges corrompus, mais un max de bénéfices pour le capitalisme made in USA avec ce travail très bon marché carcéral. Les économistes têtes pensantes du libre-marché glorifient les prisons privées, affirmant qu’elles seraient plus efficaces et elles le sont de fait… à fournir un travail d’esclave aux capitalistes. […]

[…] et pourtant ceux-ci continuent de voter pour les partis politiques qui les ont trahi et les trahissent. […]

Il y a bien une solution pour arrêter tout ce cirque ;

Retirer votre consentement.

C’est vous qui voyez.

Mais faudra pas venir chouiner après.

D’autant que ce 1% n’est que 0.01% en réalité…

JBL1960

C’est interdit alors ? Une fois !

Je ne sais pas si cette info est vrai ou bidon.

J’en appelle donc à mes lecteurs belges, qui sont de plus en plus nombreux, ce dont je les remercie.

Donc, les Belges ne pourront peut-être plus fumer chez eux !

Info wikistrike du 1er février 2016 (c’est pas sourcé) : http://www.wikistrike.com/2016/02/en-belgique-vous-ne-pourrez-peut-etre-bientot-plus-fumer-chez-vous.html

Les Belges ne pourront peut-être bientôt fumer chez eux

Le docteur Roland Lemye, vice-président de l’Absym, le principal syndicat de médecin de Belgique, veut interdire aux fumeurs de consommer du tabac au sein de leur habitation. Dans une carte blanche publiée par le journal Le Soir lundi, le médecin explique vouloir ainsi protéger les enfants des effets nocifs du tabac. La santé des plus jeunes justifie, selon le Dr. Lemye, l’interdiction de fumer dans la sphère privée. Aucun pays au monde n’interdit actuellement la consommation de tabac dans les logements sur l’ensemble de son territoire.

Plusieurs villes américaines ont cependant déjà franchi ce pas tandis que Melbourne ou Tokyo, entre autres, ont proscrit la cigarette des parcs, plages et de certains quartiers.

Bon, on peut légitimement ce poser la question du comment on met en œuvre l’application d’une telle connerie, si tant est que ce fut vrai ! Et puis tant qu’on y est ; pourquoi pas envisager d’interdire les gens de baiser, une fois !
Tenez, c’est encore Coluche qui aura le dernier mot pour cette fois-ci…

Le 9 octobre 2018 ; On me signale, une fois de plus, que la vidéo de Coluche a été supprimée, le message de YT est que toutes les vidéos de Coluche ne sont plus disponibles pour atteinte au DDA !

 

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/le-parlement-europeen-adopte-le-projet-de-droits-d-auteur-sur-internet_127436

Allez je remets le sketch de Coluche « Le Belge » une fois, via Dailymotion !

 

JBL1960

Et mort aux oncs !

Et ça fait du monde ; MAIS NI PAR MACRON – NI PAR PERSONNE : On ne veut pas être gouverné-e-s ! 2 Textes Fondamentaux au format PDF Mise à jour du 19 novembre 2019