« Artung ! »

Vous êtes libres !

Et donc, certaines conditions s’appliquent…

Cet excellent article, signé Manlio Dinucci, pour nous rappeler que ça urge… Et que le fascisme est dans la place !

Le site Mondialisation-ca a traduit et publié l’article de Manlio Dinucci du 05/01/2016 source originale ; http://ilmanifesto.info/ucraina-heil-mein-nato/

«Coup d’état» en Ukraine sous régie USA/OTAN : « Heil mein Nato »

L’art de la guerre

La feuille de route pour la coopération militaire Otan-Ukraine, signée en décembre, intègre désormais pratiquement les forces armées et l’industrie guerrière de Kiev dans celles de l’Alliance sous conduite USA. Il ne manque plus que l’entrée formelle de l’Ukraine dans l’Otan. Le président Poroshenko a annoncé à cet effet un « référendum » dont la date est à définir, en pré-annonçant une nette victoire des « oui » sur la base d’un «sondage» déjà effectué. De son côté l’Otan garantit que l’Ukraine, « un des plus solides partenaires de l’Alliance», est « fermement engagée à réaliser la démocratie et la légalité ».

Les faits parlent clair. L’Ukraine de Poroshenko -l’oligarque qui s’est enrichi avec le saccage des propriétés d’État, duquel le premier ministre Renzi loue le « sage leadership » – a décrété par loi en décembre la mise au ban du Parti communiste d’Ukraine, accusé d’ « incitation à la haine ethnique et violation des droits humains et des libertés ». Sont interdits par loi même les symboles communistes : chanter l’Internationale comporte une peine de 5 à10 ans de réclusion.

C’est l’acte final d’une campagne de persécution analogue à celle que marquèrent l’avènement du fascisme en Italie et du nazisme en Allemagne. Sièges de parti détruits, dirigeants lynchés, journalistes torturés et assassinés, militants brûlés vifs dans la Bourse du Travail à Odessa, civils sans armes massacrés à Marioupol, bombardés au phosphore blanc à Slaviansk, Lougansk et Donetsk.

Un véritable coup d’état sous régie USA/Otan, avec l’objectif stratégique de provoquer en Europe une nouvelle guerre froide pour frapper et isoler la Russie et, en même temps, renforcer l’influence et la présence militaire des États-Unis en Europe. Comme force d’assaut ont été utilisés, dans le putsch de Place Maïdan et dans les actions successives, des groupes néo-nazis entraînés et armés à cet effet, comme le prouvent les photos de militants Uno-Unso entraînés en 2006 en Estonie. Les formations néo-nazies ont ensuite été incorporées dans la Garde Nationale, entraînée par des centaines d’instructeurs étasuniens de la 173ème division aéroportée, transférée de Vicence en Ukraine, accompagnés par d’autres de l’Otan.

L’Ukraine de Kiev est ainsi devenue le « vivier » du nazisme renaissant au coeur de l’Europe. A Kiev arrivent des néo-nazis de toute l’Europe (Italie comprise) et des USA, recrutés surtout par Pravy Sektor et par le bataillon Azov, dont l’empreinte nazie est représentée par l’emblème calqué sur celui des SS Das Reich. Après avoir été entraînés et mis à l’épreuve dans des actions militaires contre les Russes d’Ukraine dans le Donbass, on les fait rentrer dans leurs pays avec le «laissez-passer » du passeport ukrainien. Simultanément on diffuse en Ukraine l’idéologie nazie parmi les jeunes générations. Dont s’occupe en particulier le bataillon Azov, qui organise des camps d’entraînement militaire et de formation idéologique pour enfants et adolescents, auxquels on enseigne avant tout à haïr les Russes.

Cela advient avec la connivence des gouvernements européens : par initiative d’un parlementaire de la République Tchèque, le chef du bataillon Azov, Andriy Biletsky, aspirant « Führer »  de l’Ukraine, a été accueilli au parlement européen en tant qu’ «orateur invité». Le tout dans le cadre de l’ «Appui pratique de l’Otan à l’Ukraine», comprenant le «Programme de potentialisation de l’éducation militair » auquel ont participé, en 2015, 360 professeurs ukrainiens, instruits par 60 experts Otan. Dans un autre programme Otan, «Diplomatie publique et communications stratégiques», on enseigne aux autorités à «contrecarrer la propagande russe» et aux journalistes à «générer des histoires factuelles depuis la Crimée occupée et l’Ukraine orientale».

http://www.mondialisation.ca/coup-detat-en-ukraine-sous-regie-usaotan-heil-mein-nato/5499455

Avec Erdogan faisant l’apologie du système présidentiel de l’Allemagne nazie, pour qui c’est un modèle : http://fr.sputniknews.com/international/20160101/1020703546/turquie-systeme-etat-nazisme.html

Le même Erdogan, membre de l’OTAN, et qui souffle le chaud et le froid sur son envie, ou pas, d’entrer dans l’UE…

Finalement, le bordel est total.

Renzi joue la partition qu’on lui a collé sous le nez.

Et c’est la même pour tout le monde.

Le dés sont pipés d’avance dans ce jeu de dupes.

La seule solution qui vaille, à mon sens, c’est de retirer d’un coup sec, le tapis de dessous leurs pieds… En arrêtant de voter déjà…

Mais, ce n’est que mon avis…

JBL1960

Publicités

Charlie or not Charlie ?

Je sais pas, mais y’a beaucoup de Charlots, non ?

En jetant un œil sur Marianne, je tombe sur ça ;

Un an après, la droite a toujours du mal à être « Charlie »

de Louis Hausalter
Oh pétard ! Je sens que ça va cogner ! pensais-je en moi-même
Et Dieu, que Marianne était jolie… Avant…
Comme disait Michel Delpech
http://www.marianne.net/an-apres-droite-toujours-du-mal-etre-charlie-100239233.html
« Charlie Hebdo » est loin de faire l’unanimité chez les ténors de Les Républicains, coincés entre la défense de la liberté d’expression et l’humour féroce de l’hebdomadaire satirique, pas tellement en phase avec leur électorat.

A droite cette semaine, c’est un peu cinquante nuances de « Je suis Charlie ». Ou plutôt de « Je ne suis pas Charlie »… Un an jour pour jour après , c’est avec un certain embarras que les personnalités du parti Les Républicains évoquent l’hebdomadaire satirique. Quand ce n’est pas avec agressivité. Invitée de France Info ce jeudi matin, Nadine Morano ne s’est ainsi pas privée de fustiger à nouveau le journal. Est-elle « Charlie », lui demande-t-on ? « Je suis la France », élude l’eurodéputée. « Je n’ai jamais été ‘Charlie Hebdo’ parce que je ne l’aime pas », ajoute-t-elle, expliquant que l’hebdomadaire « a déjà été condamné neuf fois pour injure ». Il est vrai que Nadine Morano est l’une des cibles régulières des caricaturistes de l’hebdomadaire. En octobre dernier, après ses propos sur la « race blanche », l’ancienne ministre était ainsi représentée en couverture du journal comme « la fille trisomique cachée de De Gaulle ». Jean-Frédéric Poisson, lui non plus, n’est pas tellement Charlie. Le président du Parti chrétien démocrate (PCD) fondé par Christine Boutin n’a en tout cas pas aimé la couverture de l’hebdomadaire cette semaine, caricaturant un Dieu armé avec cette légende : « 1 an après, l’assassin court toujours ». « Ce n’est pas drôle, pas intelligent et ce n’est absolument pas adapté à la situation », a critiqué le député LR, mercredi sur LCP. « Je suis croyant, comme des millions de Français. L’idée que, même pour rire, on puisse dire que Dieu est un assassin, ce n’est pas acceptable ». « Je ne suis plus Charlie », abonde Isabelle Balkany dans , en s’insurgeant contre un supposé « terrorisme intellectuel de la laïcité ».

Parmi les ténors du parti, le ton est plus prudent mais pas ravi ravi non plus. Prenez Alain Juppé, interrogé mardi sur Europe 1 : le maire de Bordeaux, qui n’est certes pas connu pour être un grand rigolard, ne goûte surtout pas l’humour sauce Charlie. La une de cette semaine, « elle ne me fait pas rire », assène-t-il. « Je me suis senti Charlie, évidemment lorsqu’on a assassiné des journalistes de la rédaction. Ma solidarité a été profonde et sincère. Mais quand j’ouvre ‘Charlie Hebdo’je ne suis pas toujours Charlie. »

Même distance chez Valérie Pécresse, invitée de BFMTV mercredi. Certes, « ‘Charlie’ a le droit de titrer comme il veut et de caricaturer comme il veut », prend bien soin de préciser la nouvelle présidente du conseil régional d’Ile-de-France. Mais il y a un mais : « Je pense qu’il faut faire attention quand même, je ne pense pas que tous les dieux soient des dieux de haine, soient des dieux assassins. Les messages des grandes religions sont tous des messages d’amour. » Pas question, pour , de dire du mal de la religion.

Rachida Dati, elle, l’a précisé dès lundi : elle n’est pas une lectrice de Charlie Hebdo« Il y a certaines couvertures qui ont pu me heurter mais je ne les regarde pas, je ne l’achète pas », a déclaré l’eurodéputée. Pour elle, « on a le droit aussi d’être un peu heurté parfois » car « il ne faut pas non plus s’interdire d’avoir des émotions, des sentiments ». Enfin, le patron des centristes de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, est lui aussi très réservé. « Je ne suis pas sûr que la provocation soit la meilleure réponse aux barbares », a-t-il réagi lundi au micro de BFMTV. Exercice compliqué pour ces politiques de droite, en cette semaine d’hommages aux victimes des attentats, que d’exprimer leur solidarité tout en assurant à leurs électeurs que Charlie Hebdo, ce n’est pas (du tout) leur tasse de thé.

C’est un festival de conneries quand même ;

Bon, on a perdu Morano (et c’est tant mieux) qui elle assène à tout bout de champ qu' »Elle est la France ! » Merci, Madame…

Bon, Juppé, le futur Naze III, lui s’est évidemment senti Charlie, dès le 7 janvier de l’année dernière. Moi, à sa place, je me serais sentie très con, mais je ne suis pas à sa place !

Bon alors, Marie-Chantal Pécresse ; Je la re-cite ; « Je pense qu’il faut faire attention quand même, je ne pense pas que tous les dieux soient des dieux de haine, soient des dieux assassins. Les messages des grandes religions sont tous des messages d’amour. » Ben voyons…

Donc tous les crimes au nom d’un Dieu, c’était un message d’amour…

Bah, oui on est con nous aussi ou on le fait exprès.

Va dire ça aux Natifs, aux Peuples Originels, aux Africains…

Je vous tue car mon dieu me l’ordonne,

mais c’est un message d’amour…

Bon, comme des millions de gens, je suis athée, pire, ayant renié mon acte de baptême je suis une affreuse : apostat !

Je n’ai jamais été CHARLIE et ne le serai jamais.

Et, si j’ai bien compris que pour l’opinion publique sous dictature 2.0 du Maréchal Hollandouille ;

Qui ne communie pas dans la commémoration, ne peut -être que du côté des assassins.

C’est la suite logique de l’affirmation de la Nathalie Saint-Cricq ;

Sans doute si le Maréchal va au bout de sa logique mortifère, dont nous sommes la cible, et qu’on le laisse faire, la prochaine étape sera l’ouverture de camps d’internement où finalement, n’importe qui pourra se retrouver un jour. Vu la manière dont il pratique l’état d’urgence et 2700 perquisitions plus tard…
Peut-être nous y croiserons-nous ?
Qui sait ?
L’invisible JBL1960

NAZE III est en lice…

Bon, on est quelques uns à dire, depuis un moment déjà, que le Juppé (sauf catastrophe) aurait été choisi par les psychopathes aux manettes qui se mêlent de tout pour être le prochain baltringue de l’Élysée.

Après sa présence confirmée au Bilderberg 2015 et les gaffes à répétition de Naze I.

Le rejet grandissant de Naze II.

Voilà-t-y pas que Dame Bernadette, qui n’est pas très chouette, quoique…

Commence son oukaze ;

Lu sur 20 minutes ;

A la surprise générale, Bernadette Chirac encense Alain Juppé

SOUTIEN L’ex Première dame n’est d’habitude pas tendre avec le maire de Bordeaux…

Aurait-elle retourné sa veste concernant Alain Juppé ? En tout cas, Bernadette Chirac a eu des mots doux à son sujet, mercredi lors du lancement de l’opération pièces jaunes, comme le relate Francetv info.

Interrogée sur les chances d’Alain Juppé à la présidentielle de 2017, l’ex Première Dame s’est montrée plutôt optimiste : « Je pense qu’il a sa chance. En tout cas, c’est un garçon extrêmement droit et honnête et qui a de grandes qualités morales et intellectuelles. Après, les Français jugeront », a-t-elle déclaré.

Elle a souligné aussi qu’« Alain Juppé a été un des premiers et plus importants collaborateurs de Jacques Chirac ». Des propos plutôt étonnants, quand on se souvient des différentes piques qu’elle avait pu lui lancer précédemment et des fois où elle l’avait clairement snobé dans des lieux publics.

Un changement d’attitude

Et comme pour contrebalancer sa sortie sur lui en 2014 (cf : « Il n’attire pas les gens, les amis, les électeurs éventuels. Il est très très froid »), l’ancienne première dame a déclaré : « Actuellement il court le terrain, il parle plus qu’avant. »

Rooorrr !

Bon, c’est tellement téléphoné tout ça que c’est juste drôle et que les occasions de se marrer sont rares en ce moment avec Naze II et sa clique…

C’est Naze I qui a dû tomber de sa chaise haute en lisant cela…

Bon, inutile de vous le rappeler, mais pour moi, la votation ça sert à rien, sinon à les laisser continuer, indéfiniment…

Et pour s’en convaincre, je vous invite à lire ou relire le discours de l’EZLN proclamé du fin fond du Chiapas dès le 1er janvier 2016 car nous sommes ceux que nous attendons et personne, personne, ne viendra nous sauver sinon nous-même…

Suffit juste de le comprendre, une bonne fois pour toute ;

D’arrêter de se mentir ;

Et de se sortir les doigts du nez !

JBL1960

 

 

Le gaz part, toujours…

J’ai déjà traité cette terrible info ici, sur mon blog il y a peu ; Ici

Mais, la fuite de gaz ne s’étant pas dissipée toute seule, comme il se l’imaginait sans doute, cette info est à nouveau à la une puisque l’état d’urgence y a même été décrété ;

Californie : L’état d’urgence déclenché à cause d’une fuite de méthane

POLLUTION Un puits de méthane – gaz à effet de serre – fuit massivement depuis plusieurs mois à Porter Ranch, une banlieue de Los Angeles…

C’est une catastrophe écologique de grande ampleur qui vient de toucher la Californie. Le gouverneur a déclaré l’état d’urgence mercredi autour de Los Angeles à cause d’une fuite de méthane massive qui a forcé des milliers de résidents à évacuer.

Cette fuite est « incomparable, catastrophique » car c’est du méthane, un gaz à effet de serre « 80 fois plus puissant que le CO2 à l’échelle de 20 ans, et qui agit beaucoup plus rapidement », dénonce Stephanie Pincetl, professeure de sciences environnementales.

Cette promulgation permet de mobiliser l’ensemble des agences gouvernementales de l’Etat pour venir en aide à la population des environs de Porter Ranch, une banlieue de Los Angeles où un puits de méthane fuit depuis déjà plusieurs mois.

Nausées, maux de tête et saignements chez les riverains

Plusieurs milliers ont été relogés par la compagnie de distribution gazière Socal Gas et plusieurs milliers d’autres ont demandé à l’être.

A cause de la fuite de méthane et notamment d’additifs nauséabonds destinés à signaler les fuites de méthane, gaz inodore, beaucoup d’habitants des environs ont souffert de nausées, saignements de nez et maux de tête. Kristine Lloyd, porte-parole de Southern California Gas Company (SoCalGas), a déclaré que tout était mis en œuvre pour réparer la fuite, qui selon les autorités dégage entre 30 000 et 58 000 kilogrammes par heure de méthane dans l’air.

C’est « l’équivalent de 3/4 des émissions de toutes les raffineries de pétrole de la Californie en un an », souligne Stephanie Pincetl. Même si les autorités affirment que la fuite depuis le site d’Aliso Canyon de Socal Gas ne pose pas de danger sérieux pour la santé des riverains, l’impact environnemental pourrait être dévastateur.

Des infrastructures vieillissante

L’autorité de la qualité de l’air en Californie (California Air Resources Board) estime que la fuite est si massive qu’elle augmente la production de gaz à effet de serre pour toute la Côte est de 25 %. « Nous ne pourrons évaluer son impact que lorsque la fuite sera définitivement arrêtée et que nous bénéficierons de chiffres », a déclaré David Clegern, porte-parole de l’agence gouvernementale.

La fuite, à plus de 2 400 mètres de profondeur dans un puits gazier, a été détectée le 23 octobre par des employés de Socal Gas.

L’incident de Porter Ranch « montre la vulnérabilité » d’infrastructure datées, estime Stephanie Pincetl, professeure de sciences environnementales à l’université UCLA. Source ; 20minutes

L’administration « Évitons les conneries » d’Oblabla toujours si prompte à infliger des amendes, le plus souvent record, c’est normal pour la nation exceptionnelle et indispensable, à tout ce qui bouge… (VAG par exemple)

Et là, personne lui dit rien. C’est normal, ou c’est pas grave.

Les deux peut-être.

Quand je pense qui y’en a pour vouloir faire du fraking en France…

Pourtant y suffit de regarder ce qui s’est passé en Angleterre, très récemment, pour comprendre en 2 secondes, que c’est une très très mauvaise idée. Mais, les têtes puantes dans notre pays sont spécialistes dans le domaine des mauvaises idées…

JBL1960