Toi d’abord !

Parce qu’un Empire sans terre est un Empire à terre (fut-il exceptionnel et indispensable) :

Le pape a dit ;

Place Saint-Pierre, au Vatican, le pape François a exhorté, lors de la messe de minuit, les 1,2 milliard de catholiques dans le monde à rechercher « sobriété » et « sens de la justice » dans une société « éprise d’apparence »

« Dans un monde qui est trop souvent dur avec le pécheur et mou avec le péché, il faut cultiver un fort sens de la justice », a lancé le pape argentin dans une brève homélie devant des milliers de fidèles dans la basilique Saint-Pierre de Rome.

« Dans une société souvent éprise de consommation et de plaisir, d’abondance et de luxe, d’apparence et de narcissisme, Dieu nous appelle à un comportement sobre, c’est-à-dire simple, équilibré, cohérent, capable de saisir et de vivre l’essentiel », a-t-il poursuivi dans une basilique comble, à l’occasion de cette fête qui est avec Pâques un des deux célébrations centrales du christianisme.

J’ai juste envie de lui dire ;

Toi d’abord…

Le Vatican est juste le plus petit État au monde, qui possède Sa Banque ;

IOR ; L’Istituto per le Opere di religione (« Institut pour les œuvres de religion ») a été fondé le 27 juin 1942 par le pape Pie XII. Cet Institut a transformé l’institution précédente, l’Amministrazione delle Opere di religione (« Administration des œuvres de religion » qui n’était en aucune façon une banque)4 soumise à une commission cardinalice (la Commission ad pias causas) et mise en place par le pape Léon XIII, le 11 février 1887, cette administration devant selon ses statuts recevoir les capitaux des ordres religieux et du clergé romain (fonds très limités à la disposition du pape après la perte complète des États pontificaux en 1870), les gérer afin de financer les « œuvres de religion ». Ces fonds ont considérablement augmenté dans le cadre du règlement de la Question romaine à la suite des Accords du Latran de 19295. En dotant ce nouvel institut de la personnalité juridique, Pie XII peut ainsi facilement transférer ses capitaux à l’étranger et les soustraire aux nazis, et ce grâce au premier président de l’Institut pour les Œuvres de Religion, le cardinal Alberto di Jorio choisi sur recommandation de Bernardino Nogara6,7.

Le but de l’IOR est « d’assurer la conservation et l’administration de biens mobiliers et immobiliers transférés qui lui sont confiés par des personnes physiques ou morales et destinés à des œuvres de religion ou de charité »8.

L’institut n’est donc pas un département de la Curie romaine et n’est donc pas parmi les départements de cette structure administrative centrale de l’Église catholique romaine énumérés sur le site web du Saint-Siège [réf. souhaitée]  9.

L’IOR n’est pas une banque centrale chargée de la politique monétaire d’un pays et du maintien de la stabilité d’une monnaie et de la masse monétaire.

L’institut ne ressemble pas non plus à une banque normale, en ce que tous les profits ne vont pas aux actionnaires qui dans ce cas n’existent pas, mais sont utilisés à des fins religieuses et charitables.1

Depuis le premier janvier 2013, la Deutsche Bank qui gère les paiements monétiques au sein de la Cité Vaticane s’est vue dans l’obligation de désactiver l’utilisation de tous ses terminaux électroniques sur ordre de la Banque d’Italie, car le Saint-Siège n’a pas encore atteint les standards requis au niveau international contre le blanchiment d’argent.11

IOR – La Banque du Vatican ;

La Banque du Vatican est considérée comme une banque profitable et rentable. Dans les années 1990, la Banque a investi plus de US$ 10 milliards dans des sociétés étrangères. En 1968, les autorités du Vatican ont embauché Michele Sindona en tant que conseiller financier, en dépit de son passé douteux. Sindona était le principal responsable de l’afflux massif d’argent (technique d’escroquerie de la cavalerie : achats de banques avec les dépouilles de la précédente) quand il a commencé le blanchiment de sommes d’argent issues du narcotrafic lié à la famille Gambino (en prenant une taxe de 50 %) grâce à une société écran nommée « Mabusi ». Cet argent a été obtenu avec l’aide d’un autre banquier, Roberto Calvi, qui a géré la Banque Ambrosiano. Calvi et Sindona étaient membres de la Loge p. 232.

Une théorie apparaît concernant l’empoisonnement de Jean-Paul Ier. Selon celle-ci, Paul Casimir Marcinkus est mis en cause33 : en effet, lorsqu’il est devenu pape en 1978, il est informé de suppositions d’actes répréhensibles à la Banque du Vatican et demande à Jean-Marie Villot, le cardinal Secrétaire d’État et chef de la Curie papale, de mener une enquête de fond. Jean-Paul Ier meurt 33 jours après son élection, pouvant laisser supposer qu’il avait été assassiné en raison de la découverte d’un scandale. Cette théorie contredit la version officielle du décès du pape mais elle est corroborée par les déclarations du repenti Vincenzo Calcara34 au juge Paolo Borsellino. La version officielle attribue sa mort à un infarctus ou une crise d’urémie.

La Banque du Vatican au cœur de La City de Londres ;

« Charité bien ordonnée, commence par toi même » – Tu vois, je connais bien mes classiques.

Empire colonial ; Couronne, Pape, City de Londres…

Les Piliers de l’asservissement du monde

https://resistance71.wordpress.com/tag/coeur-de-lempire-vatican-dc-et-city-de-londres/

N’oubliez jamais, que les bulles papales de la discorde furent édictées, notamment, par le Pape Alexandre « Borgia » VI ; Rodrigo de Borja, né Roderic Llançol i de Borja le 1er janvier 1431 à Xàtiva (Royaume de Valence, couronne d’Aragon), mort le 18 août 1503, devenu Rodrigo Borgia après son arrivée en Italie, fut pape sous le nom d’Alexandre VI de 1492 à 1503.

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/09/lorigine-profonde-du-colonialisme-occidental-les-bulles-pontificales-romanus-pontifex-1455-et-inter-caetera-1493/

Quel rapport me direz-vous avec le Pape François 1er ?

Ce pape, qui appelle les catholiques du monde entier à la sobriété et sens de la justice dans une société éprise d’apparence ; Refuse juste de faire exploser les bulles de la discorde.

Mieux il a légitimité la doctrine chrétienne de la découverte en canonisant le missionnaire franciscain du XVIIIème Siècle ; Junipero Serra l’évangélisateur de l’Ouest Américain en septembre 2015…

En finalisant cette canonisation de Serra, le pape François donnera par la même occasion un coup de brosse à reluire sur la sanctification que son prédécesseur Alexandre VI appela dans ses bulles “la propagation de l’empire chrétien” et “un objectif sacré et louable devant dieu”, objectif qui fut de subjuguer, de réduire et d’asservir les terres et les îles non-chrétiennes, ainsi que leurs habitants, à la foi de l’église catholique apostolique et romaine.

En Bolivie, il prononça ces paroles ;

« Je demande humblement un pardon, non seulement pour les offenses de l’Église même, mais pour les crimes contre les peuples autochtones durant ce que l’on appelle la conquête de l’Amérique ».

Le Pape a assuré que les leaders sud-américains de l’Église ont par le passé commis « de graves péchés envers les peuples natifs d’Amérique et cela au nom de Dieu ».

Amandina Quispe, de la nation Campesino, au Pérou, a toutefois rappelé que l’Église devrait aussi remettre des terres qu’elle avait conquises des Autochtones pendant cette période. «L’Église a volé nos territoires et détruit nos temples à Cuzco pour y construire ses églises – et ils nous font maintenant payer pour les visiter», a-t-elle déploré.

Sans déconner ;

Vous pensez que tout cela est daté, qu’il faut pardonner, oublier…

Ben, non. Regardez ce film « Unrepentant ; Le génocide des amérindiens au Canada (vostfr) de Kevin Annet. C’était pas il y a 500 ans, ni même, 250 ans non. Mais bien dans les années 50, 60, 70…

Le pape François pourrait déclarer nulles les bulles ponticales Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493) fondement de la Doctrine Chrétienne de la Découverte.

Car nous avons compris que l’Empire Anglo-Américain, que j’appelle les Zunies,  s’était construit sur ce présupposé :

« Le colonialisme occidental depuis le XVème siècle jusqu’à aujourd’hui, est fondé sur une doctrine religieuse, raciste, eurocentriste, hégémonique et génocidaire : La doctrine chrétienne dite de la « découverte », édictée et codifiée dans les bulles papales Romanus Pontifex de 1455 et Inter Caetera de 1493. »

Et comme nous ne vivons bien évidemment pas dans un monde « postcolonial » comme l’idéologie dominante voudrait nous le faire croire. Les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et bien sûr Israël, sont des pays coloniaux, dirigés par des gouvernements coloniaux dont la pseudo-légalité est fondée sur la jurisprudence de décisions de cours suprêmes (Johnson vs McIntosh, Marshall, 1823), toutes émanant de la doctrine chrétienne de la découverte, devenue dogme fondateur de la société coloniale occidentale.

Chacun peut agir, ici et maintenant ;

Perso, c’est pourquoi j’ai lancé un mouvement de reniement de son acte de baptême pour faire abolir les bulles papales et la doctrine chrétienne de la découverte qui ont permis depuis 500 ans au moins l’anéantissement des Amérindiens. Et qui depuis près de 2000 ans assoie sa domination par la conversion forcée par le baptême.

Et pour permettre à celles et ceux qui le veulent de se faire débaptiser et de le faire en contestation de la doctrine chrétienne de la découverte qui prévaut encore aujourd’hui puisque les États-Unis, tout comme Israël, se présentent comme le Nouveau Monde dédié au Nouveau peuple élu;

Les mots ont un sens, les actes aussi.

Sachant que toute propriété volée doit être rendu selon la règle de la Loi et que les traités doivent être mis en application selon la Loi.

Bien entendu ; Chacun peut croire en ce qu’il veut ; Ben c’est justement là le problème, non ? C’est croyez en ce que vous voulez, mais en mon Dieu, est préférable ! Sinon, c’est… La Mort ? Bon, ça demande réflexion et analyse.

Dans le cas de l’Amérique du Nord, nous avons noté et compris que pour la première fois dans l’histoire, des colonies, peuplées d’immigrants, volant et pillant des terres annexées au nom de la chrétienté et du droit divin dans un premier temps, étendant leurs possession en dépouillant sans vergogne les natifs de l’endroit, allaient devenir un empire dont, et c’est bien là l’unicité historique en même temps que la plus grande chance légale d’y mettre un terme, la terre, le territoire est totalement illégitime et a été établie sur la base exclusive de lois chrétiennes racistes permettant le vol, le pillage, le génocide (encore en cours aujourd’hui au Canada avec les viols et assassinats de vos petites filles et jeunes femme autochtones) et l’ethnocide des populations locales, reconnues comme non-existantes du fait qu’elles étaient « non-chrétiennes » et païennes. Nous savons que cet empire n’a aucune base territoriale légale ni légitime. Et nous voulons aider à détruire l’empire sans détruire les hommes, car nous savons aujourd’hui, qu’en utilisant les flèches légales et en attaquants les dogmes erronés qui le fondent sous la forme de bulles papales datant du XVème siècle, qui sont le fondement même des lois de la propriété sur le continent des Amériques. Vos nations autochtones des Amériques ont la capacité, et nous pouvons les y aider, à détruire l’empire sans détruire les hommes. Détruire l’idéologie et la structure coloniale, sans détruire les ressources humaines.

Nous pensons que cela peut se faire de manière LÉGALE, sans armes, ni haine, ni violence.

Nous avons intégré le fait que « La terre ne nous appartient pas, nous appartenons à la terre ». Nous avons donc pleinement intégré le concept de non propriété ancré dans les sociétés amérindiennes.

Nous avons également interprété la Doctrine Chrétienne de la Découverte à l’aune du jugement de l’affaire Johnson contre McIntosh, que les juristes actuels appellent toujours « La doctrine américaine de la découverte ». La racine du mal est et demeure religieuse.

Aujourd’hui le congrès des États-Unis possède un pouvoir plénier aux dessus des nations et tribus autochtones et peut donc faire ce qu’il veut.
Nous souhaitons changer de paradigme politique, changer de système politico-économique et donc détruire le monstre froid qui nous «gouverne ». C’est pourquoi, comprendre les origines profondes du colonialisme est primordial, parce que ce n’est que lorsque la vision sera claire, dénuée des écrans de fumée diffusés par la propagande oligarchique de toujours, que la conscience politique reviendra à son meilleur pour nous permettre de reprendre les commandes du bateau ivre à la dérive sur lequel nous sommes et le remettre en ligne parallèle avec celui des peuples indigènes que nous avons menacé depuis des siècles. Nous voulons, à vos côtés, dire haut et fort, que l’empire anglo-américain n’a absolument aucune légitimité territoriale.

Les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ne possèdent rien et il en va de même de toutes les nations d’Amérique du sud et centrale.

Je pense que l’avenir de l’humanité passe par l’organisation d’un nouveau paradigme politique et social, un renouveau politique passant par l’avènement des confédérations de communes égalitaires, fraternelles et donc libres.

Vous nous avez tracée la voix, vous peuples indigènes traditionnels du monde, qui vivez au gré de la loi naturelle et de l’entraide mutuelle.

Je pense que l’avenir de l’humanité passe par la délivrance du colonialisme toujours actif et bien présent. Ceci se produira lorsque les peuples colons occidentaux, enfin libérés et émancipés de l’idéologie colonialiste qui leur a été imposée aveuglément au fil de l’histoire, se tiendront debout, côte à côte avec leurs frères et sœurs des peuples indigènes, provoquant de la sorte une véritable réconciliation culturo-politique et une union qui sera fatale à l’oligarchie répressive dominante.

De là, les peuples reconquerront véritablement leur souveraineté et c’est ensemble que nous gèreront le monde, la nature et ses ressources, par la base, sans délégation de pouvoir et sans mesure de répression.

En conclusion, ne surtout rien attendre de ce pape.

Ne surtout rien attendre des religions en général.

Ouvrez-vos yeux, vos mains, et votre cœur.

Et surtout, surtout, relever la tête et ne baissez plus les yeux.

Regardez le ciel, les nuages, la lune, les étoiles, tête haute !

JBL1960

Mise à jour le 5 juin 2016 | JBL1960

Résistance71 a traduit de l’anglais le contre rapport de la Commission Vérité & Réconciliation sur le génocide au Canada intitulé « Meurtre par Décret » et publie la 1ère partie sur son blog dont voici le lien vers l’article complet ;

https://resistance71.wordpress.com/2016/06/05/meurtre-par-decret-le-contre-rapport-de-la-commission-verite-reconciliation-sur-le-genocide-au-canada-1ere-partie/

Note de Résistance 71 : Le rapport dans sa version imprimée fait plus de 400 pages. De celles-ci, les 155 premières sont narratives et explicatrices. Le reste du rapport étant une suite d’appendices regroupant les documents et témoignages ayant servi à dresser le rapport et à évaluer la commission gouvernementale et ses actions. Notre traduction ne sera donc pas exhaustive mais représentative de larges extraits sélectionnés pour être les plus significatifs. Certaines parties du rapport contiennent les témoignages recueillis de quelques survivants des pensionnats, témoignages poignants et horrifiques des brimades, expérimentations et tortures subies ainsi que des témoignages d’assassinats en règle d’enfants autochtones dans de nombreux pensionnats. Nous nous limiterons à quelques exemples choisis. Pour ceux qui peuvent lire l’anglais, nous ne pouvons qu’encourager la lecture complète du rapport qui se trouve ici  :   http://murderbydecree.com/       

Version PDF réalisée par JBL de la traduction substantielle faite par R71 du contre-rapport Meurtre Par Décret : https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/06/mpdtr710616.pdf

Extraits choisis ;

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada fut une réponse intérieure rapide de l’église et de l’état taillée sur mesure pour présenter leur propre narratif sur les crimes ayant eu lieu dans les pensionnats pour Indiens.. Ce fut, en rapport à tout standard d’objectivité, une falsification élaborée d’un crime monumental.

D’entrée, la commission a été créée et constituée par ces mêmes institutions de l’église et de l’état qui furent responsables des crimes perpétrés par les pensionnats pour Indiens et maintenant en charge de l’enquête ; ce simple fait disqualifie totalement la CVR comme étant un corps neutre et crédible. De fait, la CVR n’a commencé son travail qu’une fois que les deux institutions se fussent elles-mêmes légalement immunisées de toute responsabilité possible pour ces crimes: une manœuvre qui clairement constitue une obstruction flagrante à la justice.

[…]

10 Avril 2011 : Dix anciens de la nation Mohawk invitent Kevin Annett sur leur territoire à Brantford (Ontario) pour les assister à récupérer les restes d’enfants enterrés dans des fosses communes près du plus ancien pensionnat pour Indiens du Canada, l’Institut Mohawk qui fut géré par l’église d’Angleterre/anglicane. Le mois suivant, le 29 Mai, alors qu’il faisait des recherches archivales à Londres, Kevin Annett est expulsé d’Angleterre sans aucune raison.

Octobre-décembre 2011 : Le TICEE (Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État) et les anciens de la nation mohawk commencent leur enquête commune sur les enfants disparus de Brantford en employant un radar à grande pénétration. Des fosses communes sont presque immédiatement détectées sur la base de rapports de témoins oculaires. Des fouilles sur un de ces sites commencent en Novembre et y sont découverts des boutons d’uniforme de l’école et 16 échantillons d’ossements dont l’un est confirmé par un expert légiste comme étant un ossement en provenance d’un jeune enfant. Cette toute première découverte d’ossements sur le site d’un des pensionnats pour Indiens est complètement ignorée par les médias canadiens et ce malgré une conférence de presse tenus par les Mohawk en novembre.

Janvier 2012 : Les fouilles en territoire mohawk sont sabotées par des agents payés du gouvernement au sein du conseil local de bande ; mais deux anciens demeurant attachés au projet, publient leurs trouvailles. Le même mois, la CVR du gouvernement publie son “rapport intérimaire” qui confirme qu’un nombre non déclaré d’enfants sont morts dans les pensionnats sans donner de noms ni sans établir qui était responsable.

1er juillet 2012 : Encouragée par ce qui fut découvert à Brantford, Le TICEE réunit le Tribunal International de Droit Coutumier (TIDC) à Bruxelles. Celui-ci commence un procès criminel qui inculpe le Canada et ses églises, la couronne d’Angleterre et le Vatican de génocide et de crimes contre l’humanité et de s’être engagés dans une conspiration criminelle. 30 personnes sont inculpés et sommées de se présenter devant le tribunal, incluant la reine Elizabeth II d’Angleterre, le pape Benoît XVI et le premier ministre canadien Stephen Harper, aucun d’entre eux ne répond ni ne conteste les accusations ou preuves apportées contre eux dans la procédure judiciaire.

11 février 2013 : L’inculpé principal du procès du TIDC, le pape Benoît XVI, Joseph Ratzinger, démissionne soudainement de sa position pontificale juste cinq jours après que le Vatican ait reçu une note diplomatique du gouvernement espagnol annonçant que, basé sur l’affaire mené par le TIDC, un mandat d’arrêt pourrait être émis contre Ratzinger s’il entrait en territoire espagnol.

25 février 2013 : Le jury du TIDC trouve Joseph Ratzinger et les autres défendants du procès, coupables de crimes contre l’humanité et de s’être engagés dans une conspiration criminelle. Les prévenus sont condamnés in abstentia (par défaut) à 25 ans de prison sans possibilité de remise de peine, à la perte de tout leurs biens et de leur autorité. Des mandats d’arrêts sont émis contre les coupables le 25 février.

Avril-août 2013 : Trois autres prévenus officiels du Vatican du procès sont aussi trouvés coupables et démissionnent de leurs positions respectives: Tarcisio Bertone, le secrétaire d’état du Vatican, le cardinal irlandais Sean Brady et aussi le chef des jésuites Adolfo Pachon ainsi que l’archevêque de Canterbury Justin Welby. Basés sur les témoignages de 29 témoins occulaires les trois inculpés de la secte du culte du 9ème cercle sont tous trouvés coupables et condamnés à la prison à vie in abstentia. Des mandats d’arrêt à leur encontre sont émis.

15 janvier 2015 : Fondé sur la condamnation et la nullification légale de l’autorité de la couronne d’Angleterre en résultat du verdict du TIDC du 25 février 2013, des patriotes canadiens déclarent l’établissement de la république souveraine du Kanata sous l’autorité de la loi internationale et du droit coutumier. Des ordres de cessation d’activité sont donnés à tous les agents de la couronne au Canada et une convention constitutionnelle est annoncée.

3 juin 2015 : Le Canada reconnaît qu’un génocide s’est produit au sein du système des pensionnats pour Indiens et que des milliers d’enfants en sont morts (New York Times du 6 Mars 2015). En réponse à cette déclaration, le TICEE réunit une nouvelle coalition qui va établir le Tribunal International pour les Disparus du Canada (TIDC) en décembre 2015.

1er Mars 2016 : Le contre rapport à la CVR et sa désinformation est publié par the TIDC.

=*=

Mise à jour du 7 juin 2016 | JBL1960

Résistance71 publie la 2ème partie de sa traduction du Contre rapport de la Commission Vérité et Réconciliation, publié par le Tribunal International pour les Disparus du Canada en conjonction avec des Commissions Citoyennes d’Enquête préalables

Le 01/03/2016 – Toronto & Bruxelles

https://resistance71.wordpress.com/2016/06/07/meurtre-par-decret-le-contre-rapport-de-la-commission-verite-reconciliation-sur-le-genocide-au-canada-2eme-partie/

Extraits :

Donnez-nous un enfant pour 7 ans et il sera notre pour la vie.” Avait dit le père fondateur de l’ordre des Jésuites au XVIème siècle Ignatius Loyola. On pourrait ajouter dans le contexte canadien “du moins, le peu qui survivra…

[…] Faisant écho du précédent établi au procès de Nüremberg, il n’est pas aujourd’hui nécessaire de prouver l’intentionnalité derrière le génocide canadien, car de par sa nature même, un tel crime a pour intention d’éliminer un peuple indigène non-assimilable. Ce crime n’a pas émergé d’actes isolés perpétrés par des individus esseulés (NdT: des “moutons noirs” du système), mais bien plutôt de programmes bien planifiés et de leurs idéologies sous-jacentes qui sont basiques au Canada chrétien. De fait, quelque crime de groupes que ce soit prouve sa propre intentionnalité et peut, doit être poursuivi en justice sur cette base.

lien PDF vers le contre rapport original en anglais de 400 pages ;

http://murderbydecree.com/

=*=

À Steven Newcomb d’Indian Country Today Media Network

Qui nous a démontré que le code avait changé !

&

À Kahentinetha de Mohawk Nation News ;

Et Thahoketoteh ;

Niawen…

De l’invisible JBL1960

Publicités

21 réflexions sur “ Toi d’abord ! ”

  1. Wow, awesome blog structure! How long have you been blogging for?
    you make running a blog glance easy. The overall look of your website is wonderful, as well as the content material!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s